08 mai 2014

Toulouse, Moissac et Montauban ... Granité à l'Expresso de Bill Granger ... Biscotti Chocolat-Cerise façon Martha Stewart ...

 
mosaïque en cours

Bien ... Nous voici donc toujours en région toulousaine ... et pour le coup, juste à Toulouse ! Vu le temps qu'on a mis pour y arriver, restons-y un petit moment ... une journée, en fait ... Demain, nous irons faire une tour à Moissac, la patrie du raisin Chasselas ...

Nous voilà donc sortis du métro, à la station Palais de Justice. Place Lafourcade, plus précisément ... L'escalator nous dépose devant une magnifique fontaine en pierre blanche : L'Ariège et la Garonne (1896), œuvre du sculpteur Alexandre Laporte, un élève du sculpteur Alexandre Falguière (la précision est pour ceux qui aiment la sculpture ... et ceux qui prennent chaque jour le métro dans le quartier de Montparnasse sans savoir bien qui est ce Falguière ! ;o)) )). Huit mètres de haut pour six mètres de large, on peut dire qu'elle est imposante ! Mais élégante et allégorique en diable ...

statue Toulouse

Tournons le dos à la place Lafourcade et dirigeons-nous vers la Garonne, justement ... en suivant l'allée Paul Feuga ...

le béarn

Au n°1 de cette allée, une jolie maison néogothique à l'histoire étonnante ... qui intrigue et aiguise l'imagination des Toulousains depuis un siècle ... Construite au tout début du XXème siècle à l'emplacement d'un ancien gibet, elle aurait été hantée par les fantômes des victimes du bourreau de l’époque.

On ajoute que le peintre qui y habitait y aurait assassiné l’un des ses modèles. Le fantôme de la dame serait longtemps revenu tournicoter de la maison ...

Aujourd'hui, bien rénovée après un incendie dans les années 80, on ne parle plus de ces fantômes mais, qui sait, peut-être viennent-ils encore gratter quelques pieds, la nuit ? ;o)

maison rouge toulouse

Et la voilà, la Garonne, celle qui fut si joliment chantée par Claude Nougaro ... On la traverse par le pont Saint-Michel ...

Garonne

On passe devant la centrale hydroélectrique municipale, qui fut édifiée au début du XXème siècle pour assurer l'éclairage public de la ville ...

centrale hydroélectrique

... et puis l'on traverse un autre petit pont ...

pont de Banleve

Pas de crue aujourd'hui ... contrairement à il y a quelques semaines ... et nous voilà alors sur l'Île du Grand Ramier.

barrage

Avec devant nous cet édifice que je me devais d'aller voir d'un peu près ! Comme vous l'aurez constaté, il fait un temps de ... crotte ? ... et les photos seront un peu ... caca ? ... , ;o))) Mais bon, cela ne retire rien au charme de la piscine Nakache.

Piscine 1

L'île du Grand Ramier, à l'origine siège d'une poudrerie, devient en 1904 un grand parc public. Ce parc est très vite populaire avec son théâtre en plein-air, son kiosque à musique, son café-restaurant, ses fêtes et ses bals.

le ramier

À partir de 1920, des établissements sportifs s'installent sur l'île du Ramier. En 1928, l'Émulation Nautique s'y transporte. Elle y fait construire un terrain de pelote basque, des courts de tennis et deux pontons. Le Rowing-Club s'y installe aussi.

le ramier 2

C'est à cette époque aussi que la municipalité décide de faire construire une piscine municipale dont l'architecte sera Jean Montariol. La piscine d'été est inaugurée en 1931, celle d'hiver, en 1934. Le Stadium, que vous voyez derrière sur la photo ci-dessus, date de 1937 ...

piscine 6

Elle est classée depuis 1993, ce qui ne m'étonne guère.

Piscine 2

Pour qui aime l'architecture des années 20-30 ...

Piscine 4

... l'ensemble est à ne pas manquer !

le ramier 3

Tiens, un peu de ciel bleu ... Autour de ce grand bâtiment tout blanc, il est du plus bel effet ! ;o))

piscine 5

Voici le bâtiment de l'Émulation Nautique dont je vous parlais à l'instant ...

ENT

... et quelques-uns des somptueux avirons du club !

ent 4

De très très beaux objets ! ;o)

ent 2

On rebrousse chemin ...

ent 5

... encore un peu de marche ...

du cinéma plein les yeux

On repasse devant la centrale hydroélectrique ...

centrale 2

...et nous voilà, sur l'autre moitié du pont Saint-Michel, devant une très, très jolie vue !

toulouse 1

Les bords de la Garonne ... somptueux ! On longe la prairie des Filtres ...

bords de garonne

... pour atteindre bientôt le quartier Saint-Cyprien ... Tout au fond de la place Saint-Cyprien. Direction Chez Raymond, un petit restaurant repéré dans le Routard. Comme toujours.

Chez Raymond

Une salle tout en longueur. Le restaurant tient plus de monde que la devanture ne le laisserait supposer.

Raymond 1

Pour une poignée d'euros (13 €, en fait) on a droit a un repas pantagruélique. Une institution toulousaine d'une vraie authenticité. Si vous aimez les moments simples et conviviaux, Chez Raymond est l'endroit qu'il vous faut !

De grandes tables couvertes de nappes à carreaux, des repas " à la bonne franquette ", des plats simples mais bons et copieux, préparés avec des produits du terroir. Au menu du jour, donc ... une soupe, une entrée, un plat, un dessert et un quart de vin ! L'ambiance est chaleureuse, le service est adorable et rapide ! Et on vous accueille même à 14 heures, ce qui n'est pas si fréquent ...

Bref, un véritable coup de cœur, vous l'aurez compris !

Menu

La soupe est délicieuse ... Paul, en reniflant mon bol, revient vite sur sa décision de ne pas en prendre ... pour le plus grand plaisir de la dame qui nous sert !

SOupe

Un pâté de tête en salade ...

fromage de tête

... ou bien une autre salade, au roquefort, cette fois ...

Salade au roquefort

Une belle côte de veau, avec de la salade, encore et toujours, pour moi ... ou en sauce avec des pâtes pour les garçons ...

Côte de veau

... et pour terminer, une bonne île flottante. J'adore l'île flottante !

île flottante

À 15 heures, la salle est presque vide et remise en état pour le soir ... Je quitte l'endroit ravie, en notant bien l'adresse sur mon carnet magique !

salle chez Raymond

On continue à traverser le quartier Saint-Cyprien, populaire et plaisant  ...

le rouge et le noir

Un peu plus au Nord, nous voilà devant l'impressionnant dôme en cuivre de l'église de l'hôpital de la Grave ... La chapelle Saint-Joseph de la Grave.

hôtel Dieu 1

L'hôpital de la Grave est mentionné dans les écrits depuis le XIIème siècle, cité dans une charte du Comte de Toulouse Raymond IV. On sait qu'il accueillit les pestiférés aux XVIème siècle et qu'un siècle plus tard, il se "consacra" aux mendiants, prostituées et aliénés en tout genre ! ...

Hospice Général

Revenons un peu en arrière ...

 café de Toulouse

... et longeons un instant la Garonne majestueuse ...

Garonne hospice

Nous voilà devant l'ancien château d'eau, qui de ses huit pompes en cuivre poli alimentait en eau les fontaines publiques de la rive droite de la ville. Il fonctionna entre 1829 et 1870, soit pas très longtemps ... Il est depuis le milieu des années 1970 un lieu de culture dédié à la photographie.

Château d'eau

En face du château d'eau, un autre ancien hôpital toulousain ... L'Hôtel-Dieu Saint-Jacques ...

Hôtel Dieu SAint Jacques

En fonction depuis le XIIème siècle, il verra ses derniers malades quitter les lieux en 1987. Il est aujourd'hui occupé par l'administration du CHU de Toulouse.

l'hôtel dieu expli

Les bâtiments actuels datent pour l'essentiel du XVIIème siècle.

jardins de l'hôtel dieu

Dans les jardins, une grosse coquille de pierre rend hommage à Saint-Jacques ...

coquille

Le musée d'histoire de la Médecine de Toulouse se trouve dans l'un des bâtiments.

musée d'histoire de la médecine

On entre par une très belle porte ...

vieille porte

Voici un aperçu du type architectural de l'endroit ... mais pas de bol, le musée n'est pas ouvert aujourd'hui ! La chance me poursuit ... ;o)

scalier

En faisant un petit tour dans le ravissant jardin, je vois sur l'une des façades de l'hôpital ce drôle de tourniquet ... Je vous en avais montré un à Lyon, une fois, il y a longtemps ...

tourniquet

"Le Tour de l'Hôtel-Dieu Saint-Jacques". Je vous laisse découvrir ici pourquoi et comment il fonctionnait ...


le tour

Située le long de la Via Tolosana, Toulouse était une ville-étape de pèlerinage importante, mentionnée dans tous les itinéraires pour Saint-Jacques de Compostelle. Au Moyen-Âge, plus d’un millier de pèlerins y transitent chaque jour.

La masse de pèlerins trouve de quoi se loger et se soigner dans l'un des petits établissements hospitaliers de Toulouse, l'Hôpital Saint-Jacques du Bourg, situé près de Saint-Sernin. En 1633, on dénombre une trentaine de ces établissements destinés à recevoir les pèlerins.

 En général, ils comptent tout au plus une dizaine de places (3 à 4 pèlerins par lit) et sont financés par des fondations pieuses ou encore par des particuliers. Leur existence est éphémère. Lorsqu'il n'y a plus d'argent pour les faire fonctionner, ils ferment ... ou sont rattachés à de plus grosses structures.
 Ces hôpitaux, nombreux et disséminés partout dans la ville, inquiètent les habitants et les autorités qui mettent en avant les risques d'épidémies ...

Le 25 février 1524, un arrêt du Parlement réunit tous ces petits hôpitaux autonomes à l’Hôpital Saint-Jacques du Bout du Pont, qui date, lui, de 1313 et sera renommé Hôtel-Dieu en 1554.

Il possède tous les atouts pour accueillir les voyageurs malades ou blessés : Situé hors du bourg, on y accède, après la fermeture des portes de la ville, par le Pont Couvert (dont vous pouvez encore voir une pile sur la photo ci-dessous), évitant ainsi les risques de propagation des maladies parmi les habitants.

la pile du pont

On emprunte maintenant le Pont Neuf ...

vue des quais

... et nous voilà de l'autre côté de la Garonne.

hôtel particulier

Sur le Quai de la Daurade.

Quai de la Daurade

Avant d'arriver à l'église du même nom, voici l'École des Beaux-Arts, ancien Palais des Arts et des Sciences Industrielles édifié par l'architecte Pierre Esquié en 1895 ...

sculpture

 ... et doté d'une superbe façade sur laquelle s'alignent les noms des plus grands peintres, architectes et sculpteurs français ...

beaux arts

En se retournant, on a une superbe vue sur l'Hôtel-Dieu ...

l'hôtel dieu fin

... et sur la coupole de l'hôpital de la Grave ...

coupole

On continue en direction de la remarquable basilique Notre-Dame de la Daurade ...

la daurade

Une église sans clocher, à la façade classique ornée de colonnes, un peu comme la Madeleine à Paris. Un projet ambitieux puisqu'il s'agit de reproduire, en 1764, la basilique de Saint-Pierre de Rome. Les travaux vont être interrompus par la Révolution.. Elle ne sera terminée qu'en 1883. Elle abrite une Vierge Noire.

l'autel de la vierge noire

Le culte de la Vierge Noire est particulièrement dédié aux femmes enceintes. On raconte que cette Vierge a de nombreux miracles à son actif. Elle aurait sauvé le quartier Saint-Michel d'un incendie en 1672. La statue sera brûlée à la Révolution, en 1799, sur la Place du Capitole. En 1807, une nouvelle statue la remplacera. Elle est aujourd'hui habillée par les plus grandes maisons de haute-couture françaises ...

la vierge noire

Sortons, maintenant ...

tronc

... et allons arpenter les rues du Vieux Toulouse ...

balcon

Si vous aimez les vieilles pierres, vous serez servis !

terrasses

J'aime tout particulièrement l'ancien Hôtel de Bernuy ...

hôtel de bernuy 2

... dont la façade date de 1504 ...

hôtel de Bernuy

... et la cour, de 1530 !

collège

L'hôtel fut conçu par l'architecte et sculpteur Louis Privat, dans le plus pur style Renaissance. Jean de Bernuy était l'un des commerçants les plus riches de Toulouse, ayant fait fortune dans le commerce de pastel. Depuis 1567, l'hôtel abrite des écoles.  Le collège des Jésuites de 1567 à 1762, puis le collège Royal à partir de 1764. Il accueille aujourd'hui le collège et le lycée Pierre-de-Fermat ... Chanceux lycéens !

lycée Pierre de fermat

Allez, levez la tête ...

jolie terrasse

... et admirez ...

façades Toulouse

Balcons, mascarons, on ne sait plus où poser les yeux ... Enfin, je ne sais plus où poser les yeux !

façade 2

Me voilà devant le Capitole !

Place du Capitole

... sur la place du même nom.

cafés

L'hôtel que vous voyez ci-dessous date du milieu du XIXe siècle. C'est là que descendaient lors de leurs escales, au milieu des années 20, les pilotes de l'Aéropostale. Jean Mermoz séjournait dans la chambre N°20 tandis que Saint-Exupéry occupait la chambre N°32, dont le grand balcon donne sous la place du Capitole. Une partie de l'hôtel est désormais inscrite au titre des Monuments Historiques.

Grand balcon

Engageons-nous dans la rue du Taur ...

eglise du thaur

L'occasion d'admirer l'église Notre-Dame du Taur ...

clocher

... dont la façade s'achève en clocher-mur de type toulousain.

clocher 2

Pas loin, presque en face, une vitrine qui m'intrigue. Celle de la boutique Régals. Voilà un gâteau, le fenetra, qui m'a l'air tout à fait délicieux ... À base d’amandes et de citron confit, c'est un dessert très ancien, typique de la cuisine occitane. Son origine remonte aux Romains qui le consommaient durant la fête des Morts.

gâteau du fenetra

Un bout de ciel bleu apparaît ...

rue toulouse

Tout de suite, le paysage change ...

rayon de soleil

... et éclaire joliment le superbe portail Renaissance qui marque l'entrée de la Cinémathèque ...

cinémathèque de Toulouse

... ou encore le signe "Bureau de Bienfaisance" inscrit sur cette ancienne maison de charité.

bureau de bienfaisance

On arrive au bout de la rue du Taur ...

angle de rue

Toujours de la petite brique bien rouge et de grandes fenêtres. Du joli fer forgé, aussi ...

hautes fenêtres

Et ça, sous le soleil, il n'y a pas plus beau !

angle

La basilique Saint-Sernin sous le soleil, c'est assez magique aussi ...

SAint-Sernin

N'est-ce pas ?

clocher saint-sernin

Un petit arrêt ...

clem et paul

... et l'on repart ! ;o)

petite maison

La fin de la journée est encore plus agréable que son commencement ...

GIBBS toulouse

... avec les rayons du soleil qui viennent lécher les bâtiments ... et nos épaules !

permis de construire

La brique ensoleillée du Musée Saint-Raymond est éblouissante ...

gargouille

Le bâtiment qui abrite aujourd'hui le musée des Antiques de Toulouse date de 1523. Il était alors un collège. C'est un bel exemple de l'architecture universitaire médiévale toulousaine.

archi médiévale

Quelques moments de lèche-vitrine avant de ressauter dans le métro ...

m PIgnon

Qui veut un vélo douillet ?

pelotaon

Ou bien un petit gâteau et une bonne tasse de thé ?

le salon d'eugénie

À moins que, puisque l'on s'approche de l'apéritif, vous ne préfériez un petit arrêt dans l'une des brasseries qui longent, sous les arcades ...


arcades

... la place du Capitole ?

retour place du Capitole

Place que l'on retraverse pour marcher jusqu'à la station Jean-Jaurès.

la place

Bel endroit !

Pâques russes

On emprunte la rue du Poids de l'Huile. On atteint très rapidement la place du Président Thomas Wilson ... Une jolie statue du poète occitan Pierre Goudouli (1580-1649) orne le centre du square.

fontaine 2

En contournant la place, on croise la rue d'Austerlitz ... À noter ce bel immeuble Art Déco qui abrite l'hôtel Ours Blanc ...

Hôtel de l'OUrs Blanc

... et le chouette écrin du cinéma UGC ... Allez hop, dans le métro ! Il est temps de rentrer. Demain sera un autre jour ... et une autre balade !

UGC

À Moissac, par exemple, ça vous dit ?

moissac 1

C'est joli, Moissac. Une petite ville située dans le Tarn-et-Garonne, dans l'arrondissement de Castelsarrasin. Le Tarn la traverse. Majestueux.

Moissac 2

On entre dans la ville, en venant de Toulouse ...

moissac 3

... par le Pont Napoléon, dont l'initiative de la construction revient à Napoléon, on s'en serait douté ...


pont napoléon

... mais qui fut seulement terminé par Napoléon III.

moissac 4

Quoiqu'il en soit, Napoléon est passé par là !

 moissac 5

Voici le moulin de Moissac, où furent hébergés pendant la Seconde Guerre mondiale la communauté des Éclaireurs Israélites de France, grâce à la bienveillance de la population et des autorités locales.

moulin de Moissac

Mais parlons un peu de ce Tarn, qui fut à l'origine du développement économique de la ville de Moissac. Au Moyen-Âge, il est la voie de communication principale vers Bordeaux et l'Angleterre. C'est la route des farines et du vin. Avec la découverte de l'Amérique, le commerce fluvial prend un essor majeur. On connaît les farines locales jusqu'aux Antilles ! Les moulins sont très actifs à cette époque.

moulin 2

Le commerce fluvial connaît son apogée pendant le XVIIIème siècle, d'où les très belles maisons de cette époque dans le quartier du Vieux Port. C'est sans doute pourquoi Napoléon, quand il passe à Moissac en 1808, promet un pont entre les deux rives du Tarn. Les moulins tournent à plein régime et le port voit passer des chargements de draps, de vins, de céréales ou encore d’épices…

La fête des marins qui a lieu chaque année à la Pentecôte témoigne de ce passé fluvial illustre.

Un pont-canal est construit en 1845. 356 mètres de long, 15 arches de pierre, il est superbe !

 pont de Moissac

Dommage, il est vide le jour où nous passons. 

 Pont Canal moissac

 Les écluses resteront fermées pour un moment encore ...

ecluse du cacor

Continuons malgré tout notre promenade historique ... ;o))

Avec le déclin du commerce fluvial, la navigation marchande va laisser la place à une navigation de plaisance. Des ports de plaisance, donc, sont alors installés à Moissac.

port de plaisance moissac

Mais le Tarn est un fleuve capricieux. Il est la cause des tragiques inondations de mars 1930, qui, avec des vagues de plus de 2 mètres, vont laisser après quelques heures plus de 80% de la population sans abris. 1400 maisons détruites, 120 victimes dans la commune ! Le pont de chemin de fer est détruit et l'on déplace alors la voie ferrée sur le pont-canal, pour un temps tout au moins. Un petit film d'une quinzaine de minutes sur You Tube relate cet épisode tragique de la vie de Moissac ...

On reconstruit donc ce qui a été détruit dans la plus pure architecture 1930.

ANM

Ce qui vous explique pourquoi nous sommes ici aujourd'hui ... ;o))

porte de l'ANM

À la même époque, Moissac devient station uvale.

uvarium 1

Les curistes profitent des bienfaits du raisin Chasselas, dont la ville s'est fait une spécialité ...

uvarium 2

... en dégustant ce fruit autour du kiosque de l’Uvarium ...

fresque moissac

... véritable petit chef-d'œuvre de l'architecture Art Déco ...

mosaïque au sol

... très bien conservé aujourd'hui encore.

pied lampadaires

Un petit tour dans ce quartier reconstruit s'impose.

moissac 7

Chaque maison mérite qu'on s'y attarde.

Moissac 6

Allons faire un tour dans le centre-ville, maintenant ... Pas moyen de faire autrement que de s'arrêter devant cette extraordinaire halle ...

halle moissac 2

... édifiée dans les années 30, là encore, grâce à la générosité de la ville de Paris ...

halle moissac 1

... qui fit un don substantiel pour participer à l'effort de reconstruction de la ville après les redoutables inondations dont je vous parlais il y a un instant.

don de la ville de Paris

Elle sert aujourd'hui de salle de spectacle ...

halle moissac 3

... et accueille toute sorte de programmes !

force athlétique

Une autre jolie halle, datant elle de 1891 et alliant la pierre, la brique et la fonte ...

halle de la place des récollets

... accueille le marché hebdomadaire.

tariquet

En cette fin d'hiver, à l'heure du déjeuner, la ville est extrêmement calme ... Ça nous laisse le temps de nous intéresser aux belles façades ...

À la ville de Paris

Et il y en a ...

boutique moissac

Encore une ville ravissante ...

bacons Moissac

... à ajouter à mon carnet des plus belles découvertes de notre patrimoine français ...

balcons hôtel de ville de moissac

Si vous ne connaissez pas déjà, la suite du billet devrait vous en convaincre vous aussi !

fenêtre Moissac

Comme je vous le disais à l'instant, Moissac est un passage obligé sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, le long de la via Podiensis, qui part de la ville du Puy-en-Velais. Près de 20 000 pèlerins font halte chaque année ...

abbaye saint-pierer

... à l'Abbaye Saint-Pierre ...

place abbaye

... célèbre pour son portail de 1130, chef d'œuvre de l'architecture romane.

 portail saint pierre

Le tympan s'inspire  de l'Apocalypse de Saint-Jean. En son centre, le Christ entouré des symboles des quatre évangélistes Marc, Luc, Matthieu et Jean ... Tout autour les vingt-quatre vieillards du récit de l'Apocalypse selon Saint-Jean.

le christ

Célèbre aussi pour son cloître de la fin du XIème siècle, considéré comme l'un des mieux conservés de l'Occident chrétien.

cloître 4

En attendant, c'est l'heure de déjeuner ...

place 3

... et quelques gouttes de pluie commencent à tomber !

place 2

Nous n'aurons pas à chercher bien loin ...

l'auberge du cloître 2 

Approchons-nous ...

l'auberge 1

L'auberge du Cloître propose une formule qui nous paraît bien alléchante.

l'auberge 2

On attendra donc un peu pour visiter le fameux cloître.

porte du cloître

On s'installe dans une jolie salle.

clem à table

La vue sur la placette est agréable et la pluie peut bien tomber ... Ce n'est qu'une petite averse, après tout ...

l'auberge du cloître 

La salade de saumon arrive, superbement présentée ...

salade de saumon fumé

... mais le truc le meilleur, c'est cette crème d'asperges aux girolles ... Un vrai poème, une nourriture des dieux ... Réellement !

crème d'asperges aux girofles

En attendant le plat suivant, un peu de lecture ...

routard pays toulousain

De lecture à haute voix, pour que tout le monde sache bien où l'on est ! ;o)

moissac routard

Pavé de bœuf pour tout le monde, ensuite, excellent. Même si les garçons trouvent que les portions sont un peu chiches. C'est sûr que comparé aux repas des jours précédents,  ... ;o))) Mais enfin moi, je trouve le rapport qualité-prix tout à fait raisonnable ... et c'est vraiment délicieux ! De toute façon, ce soir, c'est cassoulet ... Alors on peut bien diminuer un peu les rations à midi ... ;o)))

boeuf

OK, je leur accorderai que la part de la divine tarte au chocolat relève plus de la mignardise que du franc dessert ... Mais bon, comme je viens de vous le dire, ce soir, ce sera cassoulet ! ;o)

tarte au chocolat

On termine de déjeuner vers 14 heures.

fin de service

C'est le moment d'entrer dans le célèbre cloître de l'abbaye ...

cloître 5

De fait, il est d'une beauté à couper le souffle !

clem et paul

31 mètres sur 27 de pure merveille !

colonnes

Le cloître est achevé en 1100 sous l'abbatiat d'Anquistil ... ce que je n'aurais pas à vous raconter si vous arriviez à déchiffrer les inscriptions ci-dessous ! ;o)))

cloître 6

Il présente quatre galeries charpentées ...

galeries

... dont les arcades retombent sur soixante-seize colonnettes en marbre.

dentelle

Soixante-seize chapiteaux ...

volatiles

... sculptés sur leurs quatre faces ...

pas de poisson

... historiés de scènes de la Bible ou ornés de motifs floraux ...

bateau

Un trésor parfaitement conservé de l'art Roman ... enfin, si l'on occulte les mutilations des figures des chapiteaux du cloître pendant la Révolution, période où l'abbaye est transformée en fabrique de salpêtre et qui mettra un terme définitif à pas loin de 1000 ans de communauté religieuse à Moissac ...

poissons

De la dentelle de pierre ...

dentelle de pierre

Quand un brin de soleil arrive pour éclairer tout ça, ...

clem cloître

... c'est juste magique !

paulo

Mais sous l'averse qui ne manque pas de suivre, ça a son charme aussi !

averse

Et quoiqu'il en soit, le soleil ne tarde pas à revenir ...

cloître et ciel bleu

Alors il n'y a vraiment pas lieu de se plaindre, ne pensez-vous pas ? ;o)

cloître

Entrons dans la salle capitulaire, ...

salle capitulaire

... aux plafonds voûtés ravissants ...

plafond

Si vous vous en sentez encore capable, grimpons dans le clocher-porche ...

escalier

... seule partie à subsister des bâtiments d'origine de l'abbaye ...

le clocher vu du cloître

La fortification comporte un chemin de ronde, un parapet crénelé, des archères et une galerie à mâchicoulis.

clocher 3

C'est beau, non ?

tour porche 3

Une architecture sobre et impressionnante ... À l'étage, la chapelle Saint-Michel ...

tour porche

... offre une vue plongeante à l'intérieur de l'église.

vue plongeante

La voûte, en forme de coupole, est animée de douze arcatures qui partent de douze colonnes et se rejoignent autour d'un oculus.

coupole

 J'aime bien rechercher sur les colonnes de pierre les petits signes laissés par les tâcherons lors de la construction de l'abbaye ... Ici, j'en trouve plein ! ;o)

marque de tacheron

Redescendons, maintenant. Nous voici dans le narthex, cet "antichambre" de l'église, un lieu de transition symbolique et matériel pour les moines, reliant l'abbaye, l'église et l'extérieur. Marchands, personnes non baptisées et même prostituées peuvent s'y tenir alors qu'ils n'ont pas accès à l'église proprement dite.
 

porche 1

Voici un drôle de pélerin ...

en route vers compostelle

Zut, les portes de l'église sont fermées ...

entrée de l'église

On ressort donc ... Nous reviendrons un peu plus tard ... Au cas où ... ;o)

depuis l'église

Je vous laisse regarder quelques détails de la façade de l'église ...

façades abbaye

On pourrait y passer des heures ...

coins 2

... tant sont nombreux et étonnants les personnages découpés dans la pierre ...

détail 1

D'un réalisme épatant !

frise

Tiens, j'ai marché sur une ammonite ?

ammonite

Notez ce beau cadran solaire ...

cadran solaire

Contournons l'abbatiale ... Voyez comme le ciel est redevenu bleu en quelques minutes ...

derrière l'abbaye

... et comme il se recharge vite en nuages ...

puit fontaine

Un détail incroyable de l'histoire de l'abbaye ...  classée "Monument Historique" en 1847, mais sans doute un peu trop tard ! Pourquoi trop tard, me demanderez-vous ?

chemin de fer

Eh bien imaginez que lors de la construction de la ligne de chemin de fer Bordeaux-Sète, les ingénieurs ont eu la merveilleuse idée que de pratiquer une saignée au beau milieu de l'abbaye,  détruisant à jamais le réfectoire.

plan

La voie ferrée sépare donc l’abbaye en deux. Brutalement. Très brutalement, comme vous pouvez le voir ici ...

chemin de fer 3

Mais bon, il reste quand même des choses à voir ... De jolis témoignages d'un passé lointain qui fut le nôtre et qu'il est bon de parfois se réapproprier ...

fenêtres de l'abbaye

Pour en terminer avec cette visite, entrons maintenant dans l'église, dont l'accès nous fut interdit une heure durant ... par une célébration d'obsèques, nous venons de nous en rendre compte ...

église

La décoration des murs est étonnante. On pourrait croire à un papier peint. D'ailleurs, chaque visiteur touche ces murs pour se rendre compte finalement ...

peinture 2

... qu'il s'agit d'une peinture !

peinture 1

Les vitraux sont modernes mais font entrer une belle lumière ...

vitrail

À découvrir aussi, une très belle "mise au tombeau" en bois de noyer polychrome de la fin du XVème siècle ... Les personnages de la scène ... Joseph d'Arimathie et Nicodème, Marie soutenue par Saint-Jean. Marie-Madeleine tient les aromates de l'embaumement. Deux pleureuses encadrent ces personnages. Notez les costumes d'époque (début de la Renaissance), représentés dans leurs moindres détails.

la mise au tombeau

Fin de la visite d'un endroit vraiment somptueux ... Bon, eh bien il repleut !

pluie

On réintègre donc notre voiture en ne nous arrêtant pas vraiment pour admirer les façades comme j'aurais aimé le faire ...

étonnante façade

... et l'on repart, en empruntant un joli pont ...

pont suspendu

C'est Paul qui nous conduit, fort bien au demeurant. Nous dînons ce soir à  Labastide-d'Anjou ... et nous sommes un peu en avance, puisque nous ne voulons pas repasser par la maison ... Nous décidons de nous arrêter un moment à Montauban, pensant trouver une ville sans grand charme et sans grand-chose à voir ... L'erreur !!!!! Déjà, quand on se gare devant la maison où naquit Antoine Bourdelle, je sens mon intérêt se mettre en marche ...

Bourdelle, Montauban

... et je commence à regretter sérieusement de n'avoir qu'une heure ou deux pour découvrir la ville. Tant pis, un premier tour de chauffe, dira-t-on ... Pour mieux y revenir, c'est sûr !


Au 11 rue de l'Hôtel de Ville, voici un très joli hôtel particulier de la fin du XVIIIème siècle construit pour la famille Duval de Monmilan, héritière des fameuses faïenceries d'Ardus.

hôtel particulier montauban

Son magnifique portail est orné de quatre majestueuses colonnes ioniques.

porte hôtel particulier

... et de deux portes superbes au décor Louis XVI de guirlandes entrelacées, de fleurs et de fruits ...

hôtel particulier 18ème

Au-dessus de la porte, l'imposte en fer forgé est ornée de cornes d’abondances fleuries et de motifs en épingles à cheveux. En son centre, les initiales des propriétaires d'alors, un D et un M ...

Imposte D et M

Au fond de la cour, une niche, sans doute une ancienne fontaine, abrite un grand lévrier en terre cuite ... Ravissant.

statue Montauban

De l'autre côté de la rue, voici un salon de thé dans lequel nous envisageons de passer un moment, le temps d'une averse, par exemple ... ;o)

le Goût Thé

Très bon choix.

salon de thé montauban 2

Une carte appétissante de pâtisseries maison ...

panneau goûter

Rien de sophistiqué mais c'est là tout ce que j'aime ...

salon de thé montauban

Les plus gourmands succombent aux plaisirs d'un excellent clafoutis aux poires ... avec un thé délicieux ... 

 Le Goût Thé 
24, rue de l'Hôtel de Ville 
82000 Montauban

clafoutis

Une éclaircie pointant le bout de son nez, nous allons marcher un peu ... Nous sommes tout près du musée Ingres ...

musée Ingres

... installé dans l'ancien Palais épiscopal du XVIIème siècle. Évidemment, pas le temps d'aller le visiter ... Ou comment apprendre à vivre avec la frustration ... ;o))

palais épiscopal

Nous passons devant le square Picard. Au loin, l'église Saint-Jacques de Montauban ... devant laquelle nous repasserons dans quelques minutes.

église montauban 1

Je m'arrête par contre quelques instants devant le joli bâtiment de style néoclassique construit autour de 1910 pour abriter la bibliothèque municipale de Montauban. Le squelette du bâtiment est en béton armé, une nouveauté à cette époque, qui permettra de protéger les archives qui seront conservées ici.

bibliothèque montauban

 Tournons le dos au square et longeons maintenant le tribunal de commerce.

tribunal de commerce 1

Engageons-nous sur le Pont Vieux ...

musée Ingres 2

Depuis là, la vue est belle ...

Montauban

En cette fin d'après-midi, la lumière est irréelle ...

pont vieux

Un ciel subitement très bleu ...

le santa maria

... à peine troublé ...

Quais Montauban

... par quelques bandes de nuages ...

lampadaire

Le Tarn calme, lisse comme un miroir ...

pont montauban

Bien plus calme qu'il y a quelques jours, si l'on en croit les troncs d'arbres coincés dans les piles du Pont Neuf ...

crue

Le sol est encore luisant de l'averse de tout à l'heure ...

pont vieux 2

Nous voilà dans de très bonnes conditions pour admirer les quais du fleuve ... Le quai de Villebourbon, d'abord, situé sur la rive gauche, avec au loin le clocher de l'église Saint-Orens ...

Quais montauban

Pas le temps de nous aventurer sur cette rive, pourtant  architecturalement intéressante, semble-t-il, puisque détruite et reconstruite à plusieurs reprises après les terribles inondations dont le Tarn est capable ...

de l'autre côté du pont

On rebrousse donc chemin sur le Pont Vieux ...

1851

Étonnante lumière, vraiment, vous ne trouvez pas ?

Musée Ingres 3

Je vous laisse admirer tranquillement ...

église montauban

Une jolie fin d'hiver ...

église montauban 2

Un paysage d'une tranquillité absolue ...

au bord de l'eau

... même en pleine ville à six heures du soir ! Mais nous arrivons de l'autre côté du pont.

reflets

Voici le tribunal de commerce. De face, cette fois-ci ...

tribunal de commerce 2

C'est encore un bâtiment néoclassique dont la façade date de 1836. À l'étage se trouve un musée d'Histoire Naturelle, paraît-il intéressant.

balance

Devant, le monument aux Morts de la ville ...

bourdelle 2

Première commande importante d'Antoine Bourdelle, en 1894. Il est alors dans l'atelier de Rodin. Sa vision romantique d'un évènement si meurtrier (la Guerre de 70) est violemment mise à mal et c'est grâce à l'intervention de Rodin en personne qu'il pourra enfin, à partir de 1897, réaliser cette sculpture selon son idée. Une bonne chose !

bourdelle 1

Le monument sera inauguré en 1902.

bourdelle 3

Je trouve ce bâtiment blanc magnifique. Très élégant. Dessus, une inscription ... ou plutôt trois ... Caisse d'Épargne, d'abord, tout en haut, et puis de part et d'autre, deux plaques ... L'une indique 1835, l'autre 1865 ...

immeuble blanc

Regardez maintenant comme la brique est belle ...

traînée de nuages

... avec ces derniers rayons de soleil ...

angle

... qui viennent la lécher en révélant ses couleurs éclatantes ...

arches

Voici, tout près, l'Hôtel de Scorbiac, reconstruit au début du XVIIIème siècle après avoir été endommagé en 1621 lors du siège de la ville ...

sur le quai de montauban

Sa très belle façade.

détails volets

Revenons maintenant devant l'église Saint-Jacques. Construite au XIIIème siècle grâce à d'énormes taxes prélevées sur les riches bourgeois locaux, elle raconte aujourd'hui une histoire de la ville des plus tumultueuses : Après la guerre de Cent Ans, la voûte romane est effondrée. On la remplace par une voûte gothique. On remplace aussi le chevet plat par une abside. Durant les Guerres de Religion, les calvinistes abattent la voûte et la flèche. Le clocher de style toulousain repose sur une base fortifiée  ...

clocher de l'église saint jacques

... qui porte encore les traces des boulets de canon depuis le siège de 1621 par Louis XIII.

 clocher et canons

En 1629, après la reconquête catholique, Richelieu ordonne la reconstruction à l'identique de l'église.  Un temps cathédrale, entre 1629 et 1739, elle est pourvue au XVIIème siècle de nouveaux portails latéraux et d'une tribune. En façade, le portail néo-roman date du XIXème siècle.

église

Au-dessus, une mosaïque, "la Vision d'Ézéchiel" date de la même époque.

fronton église

Non loin de là, au cœur de Montauban, la Place Nationale est l’élément essentiel du plan en damier de l'ancienne cité médiévale.

PLace Royale 1

Sa fonction commerciale est attestée dès le Moyen Âge.

plaque place royale

À l’angle Nord-Ouest de la place s’élevait autrefois la maison commune, siège du pouvoir municipal.

place nationale

Ruinée par deux incendies en 1614 et 1649, elle est entièrement reconstruite grâce à la générosité royale et à la volonté des consuls.

place royale 3

Achevée au début du XVIIIème siècle, elle forme un bel ensemble harmonieux.

place royale 2

Les façades dissimulent de profonds immeubles ouvrant sur de jolies cours intérieures ornées de galeries et de tours d’escalier.

arcades place nationale

Un très joli ensemble ... Je suis vraiment impressionnée !

cadran

Il commence à être un peu tard. Nous devons être à 20 heures à Labastide-d'Anjou ... Ce soir, ce sera cassoulet à l'Hostellerie Étienne. Notre habituel Hôtel de France de Villefranche de Lauragais est fermé. L'occasion d'essayer une autre adresse ... ;o)

En attendant, on retourne à la voiture en empruntant la rue des Carmes ... En passant, un joli magasin à la façade très "Années 50" ...

au muguet de Paris

Voici la mignonne place du Coq ...

placette montauban

... avec, sur un côté, une maison ...

belle maison de montauban

...à la très belle façade.

balcon de bois

Un peu plus loin, en repartant vers le musée Ingres, mon oeil est attiré par cette maison étroite, à première vue sans intérêt.

montauban 2

En m'en approchant un peu, cependant, je remarque des rangées de céramiques décorées d'iris jaunes ... Charmants détails ...

Iris

Il est maintenant plus que temps de repartir. De toute façon, le soleil est en train de se cacher et la lumière ne sera plus aussi belle qu'elle le fut durant ces deux dernières heures ... Mais on quitte Montauban avec la ferme intention d'y revenir très vite. Et pour plusieurs jours, histoire de profiter de tout ce que ce petit bijou de ville a à nous offrir ...

montauban 1

Fin de la journée ... et de notre séjour ... à l'Hostellerie Étienne ...

Hostellerie Etienne

On nous a promis un cassoulet de légende.

cassoulet 1

Nous l'avons ! Et la vie est belle !!!

cassoulet 2


Allez, pour finir, deux trucs sympathiques essayés ces jours-ci, agréables pour remplacer dessert et café lors de nos futurs repas au soleil ...

Le Granité à l'Expresso de Bill Granger ...  

granita et biscotti

Ingrédients :

- 750 ml d'expresso fraîchement préparé ou de café fort
- 100 g de sucre Demerara
- Crème fouettée, pour servir (facultatif)
- Des grains de café concassés, pour servir (facultatif aussi)


Préparation :

Sucrez le café chaud avec le sucre Demerara en remuant jusqu'à ce que le sucre soit dissout. Laissez refroidir. Placez au congélateur pendant environ 2 heures, ou jusqu'à ce que le mélange soit solide sur les bords et fondant au milieu.

Avec une fourchette, mélangez les cristaux depuis l'extérieur vers le centre. Remettez au congélateur et laissez glacer encore pendant 30 minutes.

Retirez et répétez le processus d'agitation, continuez à le faire chaque demi-heure ou jusqu'à ce que le mélange entier soit en cristaux de taille égale. Servez le granité dans des coupes ou dans de petites tasses à café, garni de crème fouettée et de grains de café écrasés. 

NB : Vous pouvez ajuster la quantité de sucre selon votre goût. Gardez cependant à l'esprit qu'une fois congelé, le café semblera moins doux qu'il ne l'était quand vous l'avez goûté chaud ...


Biscotti au Chocolat, Amandes et Cerises séchées ... d'après Martha Stewart ...

biscotti MS


Plus tendres que les biscotti traditionnels, ceux-ci sont cuits pendant un temps relativement plus court.

Ingrédients :

- 6 cuillerées à soupe de beurre ramolli
- 2 tasses de farine
- 1/2 tasse de cacao non sucré en poudre
- 1 cuillerée à café de bicarbonate de soude
- 1/4 cuillerée à café de sel
- 1 tasse de sucre
- 2 gros œufs
- 1 tasse d'amandes concassées
- 1/2 tasse de cerises séchées

Préparation :

1. Préchauffez le four à 180°C.

2.  Dans un saladier , mélangez la farine, la poudre de cacao, le bicarbonate de soude et le sel . Dans le bol d'un batteur électrique, battez le beurre et le sucre jusqu'à consistance légère et mousseuse . Ajoutez les œufs, battez jusqu'à ce que le mélange soit homogène, en raclant les parois du bol si nécessaire. Ajoutez le mélange de farine, cacao, bicarbonate et sel et remuez pour former une pâte ferme. Incorporez les amandes et les cerises séchées.

3. Transférez la pâte sur une plaque couverte d'un silpat ou de papier sulfurisé. Formez deux bûches comme sur la photo ci-dessous.

 biscotti crus

Faites cuire au four jusqu'à ce qu'elles soient légèrement fermes, environ 25 minutes. Laissez refroidir environ 5 minutes. Réduisez la température four à 150°C .

4. Sur une planche à découper, à l'aide d'un couteau à dents, coupez les biscotti en diagonale, en tranches de 1 cm d'épaisseur. Disposez-les ensuite, côté coupé vers le bas, sur la plaque à pâtisserie et laissez cuire jusqu'à ce qu'ils soient croustillants mais encore un peu tendres au centre, soit environ 8 minutes.

biscotti


Voilà, sur ces petites recettes, je vous laisse pour quelques jours, le temps de retourner faire le plein d'images ... À très vite !

56 commentaires:

  1. Des reportages intéressants qui me donnent envie de visiter Moissac et Montauban que je ne connais pas (pourtant pas très loin de chez moi...) Toulouse, je connais pour y aller souvent mais sans avoir le temps d'y faire du tourisme. les détails que tu donnes au fur et à mesure de tes photos...me permettent de satisfaire ma curiosité par rapport à cette ville mal connue de ma part. Merci. Bonne continuation de long week-end...

    RépondreSupprimer
  2. Tellement intéressant comme toujours..
    Je te pique l'expression ..comme un poème♥
    J'avoue que losque le soleil se fait voir..tout est plus coloré.Nous allons faire une petite visite à Québec même sous peu.et je vais accrocher mon chapelet..pour du soleil..
    x

    RépondreSupprimer
  3. L'auberge du Cloître me plaît beaucoup. Pareil pour le salon Le Goût Thé... non mais quel nom original! On entend souvent parler des diverses universités de Toulouse. J'aime bien entendre l'accent particulier des habitants de ce coin de pays.

    Quant au soleil, il vous a tout de même fait honneur, de temps à autre. Nous, on le cherche depuis des mois et il vient tout juste d'arriver. Enfin!! ;-)

    Je suis étonnée de voir ces bâtiments en briques rouges. On se croirait à Boston, par moment.

    Bises

    AnneXX

    RépondreSupprimer
  4. C'est toute une région que je ne connais pas mais qui donne envie d'etre découverte, mon cousin habite à Toulouse mais je n'ai pas encore eu le temps d'aller lui rendre une petite visite !

    RépondreSupprimer
  5. Un bel endroit. J'adorerais m'y promener avec mon appareil.

    Ce cassoulet me fait saliver et tes biscittis sont bien tentants.

    Bises,

    Rosa

    RépondreSupprimer
  6. je vais m inviter a ta table si ça continue, j adore, et tes articles sont tellement genereux bisous

    RépondreSupprimer
  7. du plaisir pour les yeux, du plaisir pour les papilles ,encore une belle ballade.
    bizou

    RépondreSupprimer
  8. je retrouve ce qui m'avait émerveillée à Moissac et Toulouse....et ce cassoulet, OMG

    RépondreSupprimer
  9. Je me suis a nouveau laissée transporter dans de jolies villes que je ne connais pas, de quoi remplir la rubrique "a faire" de mon carnet ! Par contre je connais le Tariquet, hum délicieux ! ... Du coup ce soir moi j'etais a Toulouse avec toi et ta famille, et mon homme à côté de moi en train de supporter Toulouse devant sa télé ;-))))
    Bises, a bientôt. Emmanuelle L.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne connais pas la région mais tu nous fais toujours découvrir des choses tellement intéressantes !
    Merci à toi.
    Bises

    RépondreSupprimer
  11. Ohhh toutes ces belles photos d'architecture et toujours autant d'explications bien utiles et agréables !
    Et toujours ce petit mot pour la faim,.. euh la fin ! ces clichés gourmands ! Mmmm ! on se régale de partout chez toi ^^
    Bises et @ la prochaine !
    Sandy

    RépondreSupprimer
  12. Encore de chouettes balades .. Des coins que je ne connais pas, comme Moissac, dont l'histoire est juste terrible. J'ai zieuté le film, ça parait presque irréel .. Bref, encore un partage généreux, superbement commenté, je ne m'en lasse pas ! Merciii Hélène.
    Bisousss
    kiki

    RépondreSupprimer
  13. Oh purée ma page s’ouvre sur la photo du cassoulet. Il m’ouvre terriblement l’appétit. J’en ai fait une fois, une catastrophe.
    Merci encore pour cette visite.
    Bon dimanche les filles

    RépondreSupprimer
  14. OMG ce cassoulet !!!! je vais en rêver cette nuit, c'est sur ! bisous

    RépondreSupprimer
  15. Coucou ma chère Hélène
    C'est toujours un bonheur que de se promener avec toi. Tu me parles de Toulouse...j'adore cette ville. J'y ai passé pendant 2 ans mon diplôme de 3ième cycle tout en continuant à bosser, je garde un excellent souvenir de cette ville chaleureuse, conviviale. Je l'adore vraiment la ville rose. Le cassoulet à la maison on adore on en fait une fois l'an pour se régaler les jours de creux de vague, ton granité de kfé j'adore et tes biscottis qui changent. C'est toujours comme ça avec toi on se balade, on se pourlèche les babines, on engrenge des infos, des tuyaux. Je prends tout en vrac. Biz bien amicale continue à nous régaler comme tu le fais avec talent et générosité.

    RépondreSupprimer
  16. Dans une autre vie, tu devais être guide touristique ! Tu sais comme personne nous montrer le détail que nul autre que toi sais mettre en valeur. Pour avoir installer une boutique à Toulouse il y a quelques années, j'avais été séduite par la ville rose, malheureusement pas de temps à consacrer au tourisme alors. Ton reportage me donne envie d'y retourner faire un tour, d'aller faire un tour à saint Jérôme qui m'a toujours fait pensé à une pelote d laine ! et retrouver certain pâtissier si il existe toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais adoré être guide touristique, tu sais ... ;o)

      Supprimer
  17. Quel plaisir de vous voir parler si bien de ma ville MOntauban. C'est vraiment dommage que vous n'ayez pas eu assez de temps pour la visiter. C'est une ville magnifique, ou il fait bon vivre. J'adore également aller au "Goût Thé", se promener dans les rues. Depuis 13 ans, notre Maire a entrepris un grand chantier de restauration de certains monuments. TOut a été fait dans les règles de l'art, en respectant l'architecture. Comme disait si bien Lino Ventura dans les Tontons Flingueurs "on ne devrait jamais quitter Montauban" D'ailleurs un rond point rend hommage à Mr LAUTNER, avec des des statues en plexi représentant les acteurs principaux du film. Et devinez comment ce rond point a été nommé? "Le rond point des Tontons Flingueurs!". Et surtout merci à vous Hélène pour ce blog aussi passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon billet n'est qu'un juste hommage à cette très jolie ville ... Comme je l'ai dit, nous y retournerons vite, et pour plus de temps ! Vous avez une grande chance d'y vivre !

      Supprimer
  18. Merci Helene pour cette belle visite, je viens d'y passer un certain temps, crois moi :) J'ai toujours regrette de ne pas connaitre cette belle region, et tu me le fais regretter plus encore. A part le celebre "on ne devrait jamais quitter Montauban", cite plus haut, je n'avais aucune idee de ce q quoi pouvait ressembler la ville. Elle est vraiment belle, c'est une excellente surprise. L'abbaye de Moissac est splendide elle-aussi. Et puis Toulouse, evidemment. On irait bien s'y perdre.

    Je crois que je vais t'emprunter le granita di caffe (des qu'il nous refait un peu chaud).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment été conquise par Montauban, Gracianne ! Quelle ville ravissante ...

      Supprimer
  19. Coucou c'est encore moi ! eh oui :))
    A mon tour je t’invite sur mon blog, viens vite voir mon dernier billet, il va se passer un truc inédit dimanche soir : http://www.cuisinetcigares.com/2014/05/inedit-monsieur-cigares-en-cooking-live-avec-azlin-bloor.html
    @ très vite, je compte sur toi :)
    Sandy, Bizzzzz

    RépondreSupprimer
  20. Mais c'est pas possible!....j'avais raté ce billet!...ouf, c'est réparé....et je suis ravie d'avoir découvert une région que je ne connais pas du tout. MrD y est allé pour un congrès et m'en a parlé longtemps.....on y retournera.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut y aller, Babeth. Tu ne le regretteras pas. Belle campagne, architecture remarquable et divine gastronomie ! Tout un programme !

      Supprimer
  21. Merci pour cette promenade dans Toulouse ... même en photo, j'ai apprécié !
    Et finir par ces biscotti ... un pur moment de gourmandise !!

    RépondreSupprimer
  22. Une jolie ballade en photo, elles sont superbes. Je ne connais pas Toulouse, ça l'air d’être une très jolie ville.
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  23. (^‿^) ❀

    MERCI pour ce délicieux partage chère Hélène !!!

    J'aime me balader en ta compagnie ! C'est toujours BON et BEAU à la fois et en même temps toujours très joyeux !!! J'adore !!!

    Je te souhaite un excellent dimanche
    et je t'envoie d'énormes bises en direct d'Asie jusqu'à Cannes !!!!!

    RépondreSupprimer
  24. Un très beau billet!
    J'ai beaucoup apprécié cette balade.
    Bon dimanche.
    Bises.
    Thérèse
    Les délices de Thérèse

    RépondreSupprimer
  25. Encore une bien belle ballade; on ne s'ennuie pas chez toi;)
    Merci pour la délicieuse recette des biscottis. je la garde bien précieusement
    Bon dimanche ensoleillé. Bises

    RépondreSupprimer
  26. J'ai habité à Toulouse pdt plus de 3 ans, tes photos me rappellent bcp de choses lol merci pour la balade!!! c'est une très jolie région!
    le granité et les biscottis ont l'air trop top! bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que la région est vraiment merveilleuse ...

      Supprimer
  27. Merci Hélène!! Encore une bien jolie ballade chez toi!! Ces biscottis sont terribles! L'association chocolat cerise me parle bien car j'ai fais hier un cake chocolat-cerise qui nous a régalé!! Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  28. Merci pour ce beau partage, de belles photos qui donne envie d'y visiter la ville :)Bel après-midi

    RépondreSupprimer
  29. T'es un vrai guide touristique ! toujours autant le bonheur les balades avec toi ! Merci pour la visite et les biscottis en fin de billet sont à croquer ! Bonne journée

    RépondreSupprimer
  30. Tant d'images sublimes, deux recettes fortes en saveurs, que de merveilles!

    RépondreSupprimer
  31. Merci pour cette promenade fabuleuse, j'adore découvrir les endroits à travers tes présentations !
    Amitiés d'Isa-Marie

    RépondreSupprimer
  32. Une superbe excursion dans cette belle ville inconnue pour moi, mais qui donne envie d'y faire un tour. Tout y est beau, et la gastronomie est bien au rendez-vous (lol).
    Merci pour ces beaux partages gourmands et culturels.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  33. J'aurais pas pu trouver meilleure guide que toi pour me faire découvrir cette superbe ville rose que je ne connais pas du tout. Et tu as le nez, ou plutôt le palais pour dénicher de bons endroits ou manger. Sympas tes petites adresses de restos.
    bises à vous

    RépondreSupprimer
  34. Bonjour Hélène,
    Superbe balade dans cette région que j'adore et ce parler si particulier, pour moi c'est un peu ma madeleine! j 'y ai passé de nombreuses vacances et habitant Paris à l'époque c'était un réel bonheur d'y revenir chaque année. Il y a énormément de beaux villages. Auvillar que j'adore, Bruniquel, Saint Antonin Nobleval, et tellements d'autres!! Je suis sûre n'avoir pas tout découvert!
    Hélène Guide touristique, c'est sûr, avec ta passion les touristes en redemanderait. En attendant le prochain billet je vais nous faire des biscottis qui m'on fait de l,oeil. Bises Hélène.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a toujours de belles choses à découvrir, c'est certain ... et c'est une chance !

      Supprimer
  35. Un magnifique voyage que tu nous propose. Quand je dis que la France st un musée à ciel ouvert.... Toulouse est prévue dans nos projets. Nous y avons d'excellents amis toulousains qui vivaient avec nous à Montréal.Belle soirée

    RépondreSupprimer
  36. Je viens de finir de lire ton dernier message, je prends mon temps pour le découvrir afin de ne pas en perdre une miette. Le cassoulet... hum je rêve d'une recette secrète. Retournes tu au Salon Coté Sud cette année? A très vite et au plaisir de te lire encore et toujours. Bisous

    RépondreSupprimer
  37. Tu fais toujours de très beaux reportages qui me permet de visiter à distance tous les endroits que tu nous montres !
    Je te souhaite une très belle journée en ce mardi,
    Bisous, Doria

    RépondreSupprimer
  38. je suis née à toulouse alors je connais bien cette région même s'il y a bien longtemps que j'en suis partie! merci pour cette agréable balade!

    RépondreSupprimer
  39. un petit coucou en attendant ton prochain voyage.
    bizou

    RépondreSupprimer
  40. Un petit clin d’œil sur mon blog...
    A très vite Hélène, je viens souvent chez toi chercher de belles idées.
    Merci !

    RépondreSupprimer
  41. Toulouse la ville rose Midi Pyrénées
    tu te rapproche de chez moi 300 km
    bisous

    RépondreSupprimer
  42. J'ai gardé un souvenir impérissable de Toulouse où je suis allée plusieurs fois. Bien heureuse d'y "retourner" dans vos pas.

    L'Abbaye Saint-Pierre et le cloître de Moissac sont magnifiques +++

    Bisous du soir.


    RépondreSupprimer
  43. Encore une bien belle ballade en ta compagnie aussi instructive que gourmande.
    Je ne connais pas Toulouse. Merci pour cette belle découverte.
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  44. Comme toujours c'est un plaisir de passer su ton blog et de découvrir les belles balades dont tu as le secret! J'ai eu la chance de découvrir Toulouse l'année dernière comme tu le sais peut être et cette ville m'a énormément charmé, même si je n'ai pas eu le temps d'en découvrir l'arrière-pays qui a l'air magnifique, comme en témoignent tes photos! A bientôt :)

    RépondreSupprimer
  45. Merci pour cette charmante balade, je connais un peu les coins..mais c'est toujours bien sympa de les découvrir à nouveau avec un autre regard!
    bises et bon dimanche
    Sicacoco

    RépondreSupprimer
  46. Chez Raymond, je note. Pour l'instant il fait toujours aussi moche et même il pleut alors les ballades au bord de la Garonne ce sera pour quand le printemps sera vraiment arrivé. J'ai déménagé depuis mais j'habitais à deux pas de l'ïle du Ramier, JaimeTout y pratique le canoé et l'ainé est né à la Grave. J'aime bien ton billet qui me raconter des pans de notre histoire. Biz Boljo

    RépondreSupprimer
  47. Une référence cette Martha :) J'aurais bien mangé avec vous à l'Hostellerie! Bonne soirée.

    RépondreSupprimer