04 juillet 2016

Paris au Mois de Mai et une Fête des Mères autour d'un Rôti de Magrets de Canard à l'Orange et de gros Choux à la Crème et aux Fraises ...


 mosaïque paris printemps 2016

Ah, Paris au mois de mai ... Des fois, il fait beau, des fois pas ! Cette année, c'est pas ! ;-) Mais ce n'est pas grave, Paris même sous la pluie reste Paris ! Alors nous y voilà encore pour quatre jours ... Des petits moments de vacances volés à un quotidien un tantinet trop chargé ! À peine sortis du train, aux alentours de midi, nous voilà déjà dans le métro ... Direction Richelieu Drouot ...

métro richelieu drouot

Quand il pleut, les activités indoor sont les bienvenues et la salle des ventes de Drouot est une option intéressante !

drouot 7

D'autant plus qu'aujourd'hui, nous assistons à une vente d'animaux naturalisés et autres curiosités  liées à la nature, ce qui devrait particulièrement plaire à Paulo, qui est du voyage avec moi, encore une fois.

drouot 6

Mes deux garçons fréquentent Drouot avec leur grand-mère depuis leur plus jeune âge et ils adorent !

drouot 5

Je dois avouer qu'il y a des ventes étonnantes et que j'adore la façon dont les commissaires priseurs s'y prennent pour faire monter les enchères !

drouot 4

Ce drôle de perroquet 1900 me plaît bien mais il ne sera vraiment pas évident à placer dans la maison ... Tant mieux, de toute façon, il a déjà été octroyé ... et pour fort cher ...  à quelqu'un d'autre ! ;-)

drouot 3

Dans la salle d'à côté, une vente de meubles ...

drouot 2

Ce secrétaire-là ferait bien mon affaire ! Aujourd'hui, on expose juste ... Pour la vente, il faudra revenir ...  Zut alors !!! :-)

drouot 1

Évidemment, ce n'est pas une heure passée à Drouot qui va avoir fait s'arrêter la pluie qui tombe désormais à seaux ! Direction donc quelques passages parisiens ... qui reprennent là leur fonction originelle ... Passer d'une rue à l'autre sans se tremper ni se crotter les pieds quand il pleut ! On traverse donc le passage Jouffroy, situé entre la rue Montmartre et la rue de la Grange-Batelière, qui possède une librairie que j'aime beaucoup ...


Et ensuite le passage Verdeau, qui mène alors à la rue du Faubourg Montmartre.


passage verdeau 1

De quoi faire un peu de lèche-vitrine agréable ...

 gainsbourg et birkin

... tout en espérant que la pluie s'arrête un moment.

 librairie farfouille

Cela dit, il y a des endroits pires pour poireauter ...

gérard Philipe

Alors je ne me plains pas.

lecteurs

Moi, vous me mettez devant une pile de livres et mon bonheur est complet !

achat de livres

Paul, c'est plutôt devant une pile de chemises ou de chaussettes, allez savoir pourquoi ! ;-)

collants

Dans la rue des Gravilliers, on dépasse les restes du Grand Hôtel d'Estrée, édifié vers 1550 par Jean d'Estrée, dont la petite fille Gabrielle deviendra, 40 ans plus tard, la maîtresse et favorite d'Henri IV, celle qu'il regrettera toujours de n'avoir pas pu épouser et qui lui donnera trois enfants.

vélo et astrée

On peut entrer dans la cour ...

le grnad hôtel d'astrée

Un restaurant s'est installé là et les soirées d'été doivent y être bien agréables !

terrasse hotel d'astrée

Un peu plus loin dans la même rue, une ancienne "fabrique de cannes et manches de parapluies" est devenue un bar à vin. C'est chouette que ce dernier ait gardé la vieille devanture ...

fabrique de cannes

On tourne dans la rue Beaubourg ... J'aime bien cette grande enseigne, un chouilla cachée par les arbres en feuilles ... La France Horlogère ...  Un joli graphisme pour l'agence parisienne d'une revue d'horlogerie bisontine des années 60. Qui existe encore, je crois bien ...

la france horlogère

Plus moderne comme image, cette Low Res Alice de Space-Invader ... Pourtant, même de près, elle est plutôt mignonne ! ;-)

alice

Fin de la promenade, toujours sous une bonne pluie, devant l'Hôtel de Ville ...

plantations sous la pluie

On saute dans notre 72 et on rentre à Boulogne. La journée fut longue ... Nous dormirons bien  !

devant l'hôtel de ville

Mercredi matin, direction Bercy et ses anciens entrepôts à vins reconvertis en jolies boutiques ...

 tonneau

On aimerait avoir un joli ciel bleu comme ici ...

elyx 1

... mais ce n'est pas gagné !!!

kayser a bercy

On commence par un petit café chez Eric Kayser ...

petit dej chez Kayser

... et en en sortant, on tombe sur une jolie exposition "Elyx by Yak" ... L'histoire d'un petit bonhomme-bâton qui découvre Paris ... Le dessinateur, c'est Yacine Ait Kaci ...

elyx 3

Son "Street Art digital" me plaît beaucoup ...

elyx 7

Il est drôle ...

elyx 4

... et peut être assez rafraîchissant ! ;-)

elyx 6

Notre idée première, cela dit, en venant à Bercy-Village aujourd'hui, ce sont les Puces du Design ...


les puces du design 1

...  qui ouvrent aujourd'hui et pour tout le week-end à venir ...

les puces du design 2

Le quartier est pour l'instant assez tranquille ...

la poste

... et comme nous venons de nous apercevoir que les Puces n'ouvrent qu'à 14 heures, nous filons dans le parc de Bercy ...

fête de la nature

Le parc, composé de trois jardins conçus par les architectes Bernard Huet, Madeleine Ferrand, Jean-Pierre Feugas, Bernard Leroy, et les paysagistes Ian Le Caisne et Philippe Raguin entre 1993 et 1997, est un endroit délicieux.  Le premier de ces jardins, le plus proche de Bercy-Village, c'est le "jardin romantique", ravissant avec sa "maison du lac", anciennement poste de garde des entrepôts.

maison blanche à Bercy

 ... et ses bassins où se côtoient, en plein ville, poissons ...

 pêche interdeite 2

... et volatiles ...

 héron

... en tout genre ...

canard

Attention à ne pas les gêner ... ni les écraser ! ;-)

poule d'eau

Pendant que nous nous promenons, je vous propose un peu d'histoire, ...

Le parc de Bercy occupe l'emplacement d'anciens entrepôts vinicoles. Le quartier de Bercy était, au début du 19ème siècle, le plus important centre de négoce en vins et spiritueux au monde et il a poursuivi son activité jusque dans les années 1950.

 fleur jaune

C'est à Lutèce, donc pendant l'époque romaine, que l'on commença à planter des vignes. Au 13ème siècle, Paris abritait l'un des plus grands vignobles d'Europe et c'est sous le règne de Louis XIV que s'ouvrit à Bercy le premier entrepôt de vin.

lilas 2

Au 19e siècle, le négoce était florissant. S'installer à Bercy, pour les négociants en vins, avait deux intérêts majeurs ... Ils étaient proches de la Capitale tout en n'étant pas soumis à ses taxes puisque Bercy était situé en dehors des limites de Paris.

fleurs blanches

Ils faisaient venir le vin par bateau sur les quais de la Seine, et par wagon-citerne, depuis la gare de la Rapée, une des gares de la Petite Ceinture, aujourd'hui fermée.

fleurs mauves

 Bercy était à cette époque surnommé le " Joyeux Bercy ", car le tout-Paris venait faire la fête dans les guinguettes qui avaient investi les bords de Seine. Le vin, bien moins cher qu'à Paris, coulait à flots dans des établissements répondant aux noms bucoliques de " Rocher de Cancale",  "Marronniers" ou encore "Soleil d'Or". Les dimanches étaient organisées des fêtes, des joutes, et même des feux d'artifices ...

comme un hortensia

De nombreux métiers se côtoyaient à Bercy. Il y avait bien sûr les négociants en vins et spiritueux, mais aussi des tonneliers, des charretiers ... Le site de la Mairie de Paris nous apprend qu'on y croisait aussi le " jaune d'œuf ", c'est-à dire l'homme qui était chargé de revendre les jaunes d'œufs dont les blancs étaient utilisés pour la clarification du vin.

Dès le 20ème siècle, et particulièrement au moment de la destruction des fortifications de Thiers, dans les années 1920, l'activité des entrepôts commença à décliner sérieusement.

Le nom des rues du quartier rappellent cette grande époque de Bercy ... rue de Pommard, rue de Chablis, rue de Mâcon... De bien doux noms !

Pour célébrer son passé vinicole, on a planté une vigne qui donne lieu chaque année à des vendanges.

vignes bercy

Les rues pavées ont gardé les rails qui permettaient la circulation des wagons-citernes.

rails

Trois anciens bâtiments vinicoles ont été conservés.

 entrepôt

 Le Chai de Bercy, qui abritait une chaîne d'embouteillage, est devenu un lieu d'exposition.

La partie centrale du parc, "les parterres", est composée de 9 carrés de culture, dont un potager fréquenté par les écoliers du quartier.

 artichauts

La Maison du Jardinage et sa serre sont au centre du parc ... La Maison du Jardinage, ancien bureau de perception des taxes, est aujourd'hui un lieu de conseil pour les amateurs de jardinage qui peuvent demander conseil à des spécialistes ou se perfectionner grâce aux ouvrages d'une bibliothèque spécialisée. Elle présente des expositions temporaires, organise des cours de jardinage et initie les enfants à la découverte du monde végétal par le biais d'ateliers.

serre

Enfin, la "Grande Prairie" est un lieu propice au jeu ...

manège 1 

...  à la promenade ... et au repos ! Enfin ... quand il fait beau !

marches Bercy

N'oublions pas, juste derrière,  l'originale construction de l'architecte Frank Gehry, initialement destinée au Centre Culturel Américain et devenue depuis le Musée du Cinéma. 

la cinémathèque

Empruntons maintenant la passerelle Simone de Beauvoir, qui ne date que de 2006.

sportifs 

C'est le 37ème pont sur la Seine à Paris, entre le pont de Bercy et le pont de Tolbiac.

pont de bercy

On y fait du sport ...

sportifs 2

... et en arrivant au bout, nous voilà au-dessus du joli Batofar, un ancien "light ship" irlandais qui stationna le long des côtes irlandaises entre 1955 et 1975. Il est depuis 1999 un lieu dédié à la musique.

le batofar

Un autre bateau amusant est "La dame de Canton", une authentique jonque chinoise construite à la fin des années 70 qui, après quelques voyages sur toutes les mers du monde, est venue s'amarrer là ... Un restaurant, un lieu de concert, là aussi ... et en été, quand il fait beau, une sympathique terrasse ...

la dame de canton

Vous voyez que sur la passerelle, devant la bibliothèque François Mitterand, il ne fait ni beau, ni chaud !

ala et paul devant la BNF

Aujourd'hui, nous partagerons la culture ... et le temps de chiotte ! Oui, chasse d'eau puissante, en plus ! ;-)

partageons la culture

Forcément, la grande esplanade de la Bibliothèque nationale de France est bien vide.

la BNF

J'aime bien ce bâtiment, à la fois classique et minimaliste, édifié en 1996 par l'architecte et urbaniste Dominique Perrault. Ses quatre grandes tours évoquent joliment quatre livres ouverts.

Panneaux de bois BNF

On ne va pas traîner sur l'esplanade ...

À la BNF 

... et on va vite tâcher de trouver un abri, la pluie tombant désormais à seaux sur nos têtes ...

immeuble noir

On trouve un endroit où nous abriter, le temps de laisser passer l'averse.

MK 2

Devant le cinéma, des food trucks ont élu domicile ... et nous mettent en appétit ! Mangera-t-on une bricole thaï, à midi ?

haï fast food

... ou bien un burger à "la Brigade" ?

a brigade

On va voir si la pluie s'arrête, quand même ... parce que s'asseoir sur les jolis bancs en bois trempés, ce n'est pas bien festif ! ;-)

pub quinzaine cannes

En fait, c'est sur le Camion qui Fume, que l'on ne présente plus, que notre choix va se porter.

le camion qui fume 2

C'est qu'ils sont vraiment bons, les burgers du Camion qui Fume. Gracianne m'avait offert le livre qu'ils ont un jour édité et je me souviens avoir préparé la fête des 20 ans de Clément avec ! C'est par ici,, si vous voulez vous replonger dans l'ambiance ...

le camion qui fume 1

Mais pour le moment, comme la pluie a cessé ... sans doute pas pour longtemps, cela dit ..., on va plutôt déjeuner vite fait !

le camion qui fume 4

Entre deux gouttes, on a fait notre choix.

 pluie parisienne

Pour Paul et moi, ce sera un burger à la fourme d'Ambert, aux oignons caramélisés et sauce au porto. Pour ma maman, ce sera un végétarien.

burgers

Et c'est sans parapluie que nous pouvons déguster nos victuailles !

pique-nique burger

J'aime bien, ces moments improbables !!!

burger au bleu

On repart ensuite vite fait vers la Seine ... en dépassant quelques jolis immeubles.

drôles de fenêtres

La balade fait rire tout le monde.

lala et paul sur les marches de la BNF

Il faut avoir envie de se promener dans de telles conditions ! ;-)

la BNF sous la pluie

Ceci nous amène a découvrir une barge que je ne connaissais pas ... et qui se trouve être un restaurant universitaire.

la barge du crous

Elle est située juste à côté du Batofar.

le batofar 2

Devant la barge, des containers transformés en bistrot ...

containers du crous

La prochaine fois, on se tentera le déjeuner !

prix repas crous

Pour le moment, on emprunte le pont de Tolbiac pour revenir sur la rive droite ...

la bnf et la seine

On s'arrête un moment devant cette plaque de marbre, qui évoque le souvenir d'aviateurs qui préférèrent jeter dans la Seine leur avion, touché au cours du  bombardement de la centrale électrique de Chevilly-Larue le dimanche 3 octobre 1943, plutôt que de risquer de percuter des habitations de Paris. Aucun des quatre membres de l'équipage, qui appartenaient tous aux forces aériennes françaises libres (FAFL), ne survécut.

les aviateurs

Nous voilà très vite à nouveau à Bercy Village.

bercy village

La pluie n'a pas repris ...

kiosque

Pas de quoi, cela dit, aller faire une bronzette sur les bords de Seine ...

elyx dans la seine

... mais un rayon de soleil tente néanmoins de percer.

un rayon de soleil

Un petit café-dessert chez Kayser, à nouveau ... et il est 14 heures.

goûter chez Kayser

Allez, les Puces viennent d'ouvrir ... Entrons vite !

les puces du design 3

Les stands ne sont pas encore tous bien prêts, la pluie vient de s'arrêter de tomber et il faut sécher un peu ce qui est mouillé ...

on essuie les tables

On ressort les meubles dehors, on les réinstalle joliment ...

deux fauteuils

On reproduit des intérieurs ...


mouton

... avec des objets que je ne possèderai jamais ! ;-)

rare vintage

J'ai toujours aimé l'architecture ... et l'architecture d'intérieure lui est intimement liée ...

bar

Aujourd'hui, je fais une plongée dans l'univers des Mad Men ...

chaises roses

J'adore cette série, qui met en scène la vie d'une agence publicitaire à New York dans les années 60 et traite des changements moraux et, plus généralement sociaux, de la société américaine à cette époque ...

danish collectables

Les décors et les costumes, l'ambiance aussi, font de cette série un petit bijou !

étagères

Les lampes de Jacques Biny ...

lampe cendrier

... j'ai toujours adoré.

belle lampe de bureau

 La couleur apparaît, les matériaux se modernisent ... Sur le moment, on n'y prêtait guère attention mais aujourd'hui, je bave devant chacun de ces objets ...

 fauteuils jaunes

On aurait dû tout garder, en fait ! ;-)

petite table

 D'autant que Paul commence à bien s'y intéresser aussi ...

architecture industrielle

Oh, voilà une jolie "Coquelle" Le Creuset. J'ai un jour acheté la même pour 30 euros aux Puces de Vanves ... Je la garde bien précieusement ! :-)

coquelle

Et me voilà à naviguer entre des dizaines de stands remplis de ces objets que j'affectionne tant ...

meuble de salon

Si je le pouvais, j'achèterais un grand loft à New York et le remplirais de ce que je vois ici ! ;-)

perroquet

J'aime bien cette grosse lampe-champignon !

chaises

Et cette petite table aussi ...

table plumes

Quant au tout-plastique des années 70, j'en ai une petite nostalgie aussi ... même si c'est moins facilement "casable" dans un appartement ! ;-) Mais ce bureau Orix rouge et son fauteuil assorti, créés par Vittorio Parigia et Nani Prina pour Molteni dans les années 70, j'adore ! Je pense qu'on dépasse 2000 euros, pour ces deux belles pièces-là ... Moins cher quand même que les deux fauteuils des années 40 de tout à l'heure, recouverts de peau de mouton, que l'on pouvait emporter pour la modique somme de 38 000 euros ! ;-) Pour 22 000 euros de plus, vous aviez le canapé assorti !

bureau rouge

Ces lampes-là (j'aime aussi le style industriel ... mais qu'est-ce que je n'aime pas !!!???), sont à 1000 euros pièce ... Paul les reluque aussi ... Ça va l'encourager à pousser ses études, ça ! ;-) Il va falloir qu'il en gagne, des procès, pour assouvir ses envies ! ;-)

lampes

Quant à moi, je tombe sous la charme, à peine les yeux posés dessus, sur ce service à café de porcelaine allemande ... Je sais, des fois, j'ai de drôles d'idées ... Paul et Clem ont un cadeau de fête des mères tout trouvé ! On ne fait ni une ni deux, on l'embarque ! Bien emballé, il devrait arriver entier à Cannes ...

service à café

Je pense qu'avec la pluie d'aujourd'hui, nous n'aurons pas besoin des pompiers ! De toute façon, leur véhicule me semble un peu petit pour intervenir sur quoique ce soit ! ;-)

fire appliance

À ce point de notre promenade, ma maman rentre faire la sieste ! Nous, on redémarre. On saute dans un métro et on revient sur nos pas. C'est que je veux voir de plus près ces immeubles extraordinaires qui commencent à envahir ce quartier autrefois bien plus populaire. C'est surtout le "Nid" de Rudy Riccotti qui m'intrigue. Couvert d'un treillage de poutres de bois, je dois avouer qu'il est impressionnant.

le nid de rudy ricciotti

Le quartier va devenir un pôle incontournable de l'architecture ultra-moderne à Paris !
l'immeuble noir T8

C'est un coin à street art, aussi ...

fresque orange

Il y a de très grandes pièces, d'ailleurs ...

fresque 1

Le quartier est en plein mutation.

des grues

Les architectes les plus réputés du moment sont sur le pont.

travaux sous la pluie

Le coin de la rue du Chevaleret est en train de changer et la transformation est sévère !

la rue du chevaleret

En même temps, il en avait peut-être besoin ...

logements sociaux

Cela dit, je le photographierai sous toutes ses coutures ...

le printemps du Chevaleret

... en espérant qu'il ne disparaîtra pas totalement !

apéro compostage

 On traverse le joli square Héloïse et Abélard ...

joli square

Il y a toute une vie, dans les squares parisiens ...

moineau 2

Et il s'y passe toujours quelque-chose !

paris a la belle étoile

Au fait, avez-vous votre permis de vegétaliser ? ;-)

kiosques en fête

Nous voilà maintenant rue Dunois.

la rue dunois

À l'angle de la rue Dunois et de la rue Charcot, un très bel immeuble, genre atelier d'artiste ...

bel immeuble pour artiste

On remonte ensuite vers la place Jeanne d'Arc, avec, au milieu, sa belle église Notre-Dame de la Gare ... On se sent comme dans un village ...


notre dame de la gare

À côté de l'église, la vieille école ...

ancienne école

Il fait bon marcher sous les arbres en fleurs ...

en passant devant l'école

En descendant le rue Jeanne d'Arc, on passe devant ce panneau ...

société philanthropique

... et devant cet immeuble-là.

immeuble social

Il s'agit du tout-premier immeuble social de Paris. Je vous laisse en lire l'histoire sur le panneau ci-dessous.

premier immeuble social

Un peu plus loin, encore une fresque ...

FRSQUE INDIENNE

... et au loin, au-dessus du pont du métro, la coupole de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

le dôme de la Salpêtrière

On fait une belle découverte, avec Paulo ... Au 56 de la rue Jeanne d'Arc, ce très joli petit magasin. Son nom ? Brocnshop ...

showroom brocnshop

Le showroom d'un site internet excellent pour qui aime les années 70-80... mais pas que !

BROCNSHOP 7

Une caverne d'Ali Baba ...

brocnshop 3

 L'objet du 19ème siècle a trouvé là un écrin parfait !

 BROCNSHOP 6

Me voilà prête à retomber en enfance ! ;-)

brocnshop 1

Plein de choses pour les enfants, c'est sûr ...

brocnshop 2

Je dévaliserais bien la boutique !

BROCNSHOP 4

Après quelques tergiversations, Paul choisit une petite lampe-veilleuse cubique que je trouve extra. une pièce italienne des années 70, avec sa boîte intacte, en plus !

veilleuse

Une jolie boutique pimpante, et pleine de trésors, un accueil des plus sympathiques, un site internet pour prolonger la découverte depuis Cannes ... Que demander de plus ? Que c'est bon de découvrir, totalement au hasard, des pépites comme celle-là !

BROCNSHOP 5

On s'engage, en sortant de la boutique, dans le boulevard Vincent Auriol. Vous allez le voir vite, le paysage va changer. Un hélicoptère fait du vol stationnaire un peu plus loin. Au-dessus d'une manifestation, sans nul doute !

hélico

Alors comme je vous le disais, sur le boulevard Vincent Auriol, le paysage change. Mais c'est un paysage parisien et il a toute sa place ici ! :-)


tours 2


Et puis il a une histoire, ce paysage-là ...

tour et fresque

Nous sommes dans la plaine d'Ivry. Quand le baron Haussmann, pour rénover la capitale en 1860, décide d'y faire de grands travaux, tous les territoires situés entre l'ancienne limite de Paris et l'enceinte de Thiers sont annexés à la ville de Paris. C'est alors qu'est créé le quartier de la Gare au sein du 13e arrondissement.

À cette époque,  le quartier offre un paysage mi-ville, mi-campagne : Des champs, des carrières transformées en champignonnières, et puis, çà et là, des habitations. L'endroit n'est pas bien famé et l'installation d'une église et d'écoles est destinée à imposer ici l'ordre du Second Empire. J'ai lu qu'avant la construction de l'église Notre-Dame-de-la-Gare, les offices religieux étaient célébrés dans un ancien cabaret !

Les prix des terrains sont encore très bas dans ce nouveau quartier parisien et cela va attirer les industries, et, par conséquent, une population ouvrière. Entre 1860 et 1870, cette population va doubler. L'habitat est loin des standards haussmanniens et l'état sanitaire du quartier devient préoccupant. De nombreuses œuvres à caractère social et sanitaire vont alors se développer. Le curé de l'église Notre-Dame-de-la-Gare, dès les années 1850, œuvre en faveur des plus démunis, ce qui lui vaudra d'ailleurs d'être épargné durant la Commune de Paris !

En 1900, le quartier a quasiment terminé son urbanisation. Restent quand même des zones bien modestes, voire de bidonvilles le long des fortifications ...

En 1934, la cité Jeanne d'Arc, une grosse cité ouvrière aux loyers bon marché, est rasée car lieu de faits divers peu reluisants. Des immeubles en briques sont édifiés pour reloger le monde mais c'est en 1960 que ces barres que vous voyez ici sortent de terre ! Et ça, ma foi, je ne suis pas sûre que cela ait été la meilleure des décisions !

tours 1

Passons sous le viaduc de la ligne 6 de métro ...

métro aérien

Qui a dit qu'il n'y avait pas de verdure dans le quartier ? ;-)

innocent

Regardez cette petite école, perchée sur une colline couverte d'herbe ? Mignonne, non ?

l'école dans la prairie

Et en face, dans la rue Jenner, une autre jolie école.

école qui tourne

Une école de la République ...

parrainages républicains

Dans le boulevard de l'Hôpital, la manifestation contre la loi du travail bat son plein.

retroit d la loi 

Calme mais décidée ...

manif

Je ne sais s'il y a plus de manifestants ou de cars de police !

crs

On passe devant un drôle de bâtiment, l'église Saint-Marcel, qui se dresse à l’emplacement d’une petite église datant du 19ème siècle. Édifiée en 1966 par Daniel Michelin, elle est construite en béton pour les murs et en ardoises pour le toit,  de petite taille pour ne pas intimider les fidèles qui tendent à déserter les lieux de culte. En 1993, l’église voulant renouer avec sa tradition architecturale, elle commande à Jean Michelin, le fils de Daniel, une avancée triangulaire tout à fait monumentale qui servira de clocher tout en renouant avec la tradition des porches d’église.

'église saint marcel

Encore un peu de street art, avec cette pieuvre de Kraken, un artiste plutôt mystérieux ... Le Kraken, c'est d'ailleurs aussi le nom de la créature monstrueuse issue des légendes médiévales scandinaves, un genre de calamar géant ...

kraken 1

Nous voilà en bout de cortège au métro Saint-Marcel ... Le cortège de la manif et les voitures de police sont immédiatement suivies par les véhicules de nettoyage de la ville de Paris. Une organisation sans faille ! ;-)


métro saint marcel

À cet endroit, le métro de la ligne 5 devient aérien.

le train rentre sous terre

Ou rentre sous terre, tout dépend de quel côté on se place !!!

grilles du métro

On se retrouve très vite devant l'entrée de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière ...

panneau la salpetriere

Il faut que je vous raconte deux ou trois trucs, à propos de la Salpêtrière ... Figurez-vous que Paris n'a jamais bien aimé les pauvres ! Dès 1350, une ordonnance royale ordonne "que les pauvres valides fuient la ville et fauxbourgs de Paris, avec défenses de mendier, à peine du fouet et d’être mis au pilori ; et à la troisième fois signés d’un fer chaud au front, et bannis desdits lieux". Cool, non ?

Dans la première moitié du 17ème siècle, l’augmentation croissante des pauvres, mendiants et vagabonds de Paris entraîne de nombreux vols et agressions dans la capitale.
On décide que les enfermer serait sans doute la meilleure façon de les contrôler. L’Hôpital Général est peut-être la solution.

Le 27 août 1612, Marie de Médicis fonde le "bureau et hôpital des pauvres enfermés", ou hôpital de la Pitié, pour aider les pauvres.  C’est l’arrêt du 16 juillet 1632 qui prévoit un véritable enfermement des pauvres à Paris. Il interdit aux pauvres de mendier sous peine d’être arrêtés et conduits dans les prisons du royaume.

la pitié salpé

Ce sont les lettres patentes d’avril 1656 qui font don de la maison de la Salpêtrière, acquise par Louis XIV le 12 janvier 1650, à l’Hôpital Général. Elle est chargée d’accueillir les femmes, jeunes filles et enfants mais aussi des couples sans ressources. Le 18 avril 1657, un arrêt de la Cour du parlement annonce que "la Cour […] enjoint à tous les pauvres mendiants valides et invalides, de quelqu’âge qu’ils soient, de l’un et l’autre sexe, de se rendre […] dans la cour de l’hôpital de Notre-Dame de la Pitié […] pour être par les directeurs envoyés et départis aux maisons dépendantes dudit Hôpital Général, auxquelles ils y seront logés, nourris, entretenus, instruits et employés aux ouvrages, manufactures et services dudit hôpital".

un pied d'artichauts

On trouve une petite utilité aux filles pauvres ou de mauvaise vie. Ce qui revient un peu au même, dans les esprits de l'époque ! ;-)

les filles du Roy

 Les pauvres mendiants qui ne se seront pas rendus à la Pitié dans les délais prévus y seront amenés de force par les officiers de police.  À partir du 20 avril 1684, une nouvelle catégorie de la population parisienne est à enfermer : les femmes débauchées.

Et c’est à la Salpêtrière qu’elles devront être "enfermées".  Outre la déportation dans les colonies, l’Hôpital général devient le principal mode de mise à l’écart des prostituées jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

encore la pitié

En 1684, après la décision d’enfermer les femmes de mauvaise vie ou débauchées, dont certaines sont considérées comme dangereuses au même titre que les folles, on décide la construction de l’énorme prison de « La Force », dans laquelle seront emprisonnées les plus célèbres des empoisonneuses de l'époque, la "Voisin" et la "Silvestre".

Un siècle plus tard, c'est la fameuse comtesse de la Motte qui y sera condamnée à perpétuité, en 1786, dans l’affaire du Collier de la Reine. Le procès-verbal d’exécution du jugement "condamne la Dame de La Motte à être, ayant la corde au col, battue et fustigée nue de verges et flétrie d’un fer chaud en forme de la lettre V sur les deux épaules, par l’exécuteur de la Haute Justice, au devant de la porte des prisons de la Conciergerie du Palais ; ce fait, menée et conduite en la maison de Force de l’Hôpital Général de la Salpêtrière pour y être détenue et renfermée à perpétuité". Ça craignait sec, hein ?

À  la Révolution, le statut de l'hôpital change et on se met à y soigner les femmes pour leurs problèmes neurologiques ou de comportement plutôt qu'on ne les y enferme.

Philippe Pinel entre comme médecin à la Salpêtrière en 1795.

philippe pinel

Il a travaillé auparavant deux ans à Bicêtre et s’est livré à des recherches thérapeutiques, recommandant les saignées, les purgatifs, les bains chauds ou tièdes, les vésicatoires sur la tête, et les émétiques. Il reste dans les esprits celui qui a "libéré les enchaînées". Ce n’est qu’en 1807 qu’on supprime totalement les chaînes et autres fers aux pieds et aux mains dont les folles sont affublées.

des fleurs devant la pitié

Bien. Et si on repartait ?

toits de la gare ?

Nous sommes infatigables. Paris nous donne des ailes.

un jeune garçon

On est très vite dans le coin du Jardin des Plantes ...


sauvez la gloriette de buffon

Dans la rue Buffon ...

petit passage près du jardin des plantes

... au coin de la galerie de paléontologie.

mammouth

On entre dans les jardins ...

dodo

Ravissants jardins, surtout en cette saison où la végétation explose !

des fleurs

Quelques flaques d'eau subsistent, après la pluie d'hier. Sympa pour les petits garçons qui aiment patauger dans l'eau ...

sauts dans les flaques

... et pratique pour le bain des corbeaux !!!

les corbeaux se baignent

Le soleil est de retour ...


la grande galerie

On va en profiter.

les serres

De l'autre côté du jardin ...

la ménagerie

... la Grande Mosquée, où nous ne nous arrêterons pas cette fois-ci.

la mosquée de paris

Rue Daubenton ... devant l'excellent cinéma La Clef ...

rue daubenton

Jetez un œil en passant à ce drôle de sens interdit !

les interdits

... et à cette petite mosaïque ronde qui rappelle la mire de notre enfance.

piano

On grimpe la rue Mouffetard ... Je m'arrête devant le n°81 ... Elle est très belle, cette entrée d''un hôtel particulier ...

entrée d'hôtel particulier

Le célèbre photographe Eugène Atget y fut sensible, lui aussi, en son temps ... comme en témoigne ce cliché de 1912 trouvé sur le site de photos de la ville de Paris. Je vous laisse le lien dudit site, Paris en Images, il est vraiment sympa à regarder ...

52773-10

Nous passons devant La Montagne, l'endroit préféré de Paul pour prendre l'apéro ...

la montagne

 Comme la happy hour ne commencera que dans une vingtaine de minutes, on continue la balade ! ;-)

six heures et quart

On traverse la place de la Contrescarpe ...

place de la contrescarpe

On tourne ...

belle porte

... et on vire ...

fontaine wallace

... dans ce délicieux quartier.

maison de diderot 

 On salue Diderot au passage, qui passa le pas de cette belle porte durant quelques années et fut même arrêté ici en Juillet 1749, pour la publication de sa "Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient"... Un joli texte qui fit scandale à l'époque et pour lequel il se retrouva enfermé pendant trois mois au château de Vincennes.

diderot

Il flotte enfin comme un air de printemps sur Paris. C'est bien bon !

beaux balcons sur ciel bleu

Une jolie façade, au 9 de la rue de l'Estrapade.

BSJ

Celle de l'ancienne Brûlerie Saint-Jacques ...

brûlerie saint jacques

Elle arbore encore son enseigne ...

brûleur de café ?

On prend la rue Blainville, maintenant. Anciennement rue Contrescarpe, comme l'indique cette "plaque" gravée dans la pierre ...

rue contrescarpe

Puis la rue Tournefort, en ayant une petite pensée pour ses résistants qui cachèrent au péril de leur vie ceux qui vinrent libérer le France en 1945 ... 42 parachutistes français du plan Sussex furent cachés par une certaine madame Andrée Goubillon dans cette maison-là entre 1944 et 1945. C'est bien de mettre des noms sur ces gens qui firent de grandes choses dans l'ombre ...

hommage

Et grâce à Internet, on peut même parfois mettre de images, sur ces noms ... Voici donc cette "Madame Andrée", trouvée sur l'excellent site Plan Sussex 1944 !

Goubillon_Andree

Revenons à notre époque, maintenant ... J'aime bien cette librairie qui rassemble les ouvrages d'une quinzaine d'éditeurs indépendants. Je trouve l'idée sympathique.

les éditeurs associés

J'aime bien aussi, même si ça n'a aucun rapport, la tranche de cette vieille maison.

tranche de maison !

Voilà comment je vois Paris, moi ! Des petites rues tranquilles ...

fresque et vélo

Des enfants qui courent sur les trottoirs ...

enfants

Il faut juste savoir trouver ces endroits-là et il est sûr que, aujourd'hui touriste mais anciennement parisienne, j'ai plus de chance de profiter pleinement de ça que si j'y habitais encore ... :-)

maison de mérimée

Allons, il est six heures et demie et nous revoilà à "la Montagne ... sans Geneviève" ... ;-)

menu la montagne

Quoi, nous avons l'air fatigué ? :-)

apéro hour

Un apéro saura nous remettre d'aplomb, c'est sûr !

l'apéro de la montagne

Parce que si vous croyez que la journée est terminée ... eh bien, vous vous trompez !

maison étroite

On a eu un tel temps de cochon ce matin que marcher ce soir dans la rue d'Ulm ... ou dans la rue Rataud ... sous le soleil, ... ça n'a pas de prix !

normale sup

Alors on en profite, même si nos pieds ne nous portent presque plus !

laboratoire de physique

L'occasion quand même de pousser le petit portail que vous voyez ici, juste à droite ...

entrée de service

... et de découvrir le joli jardinet ...

centre culturel irlandais

... de l'ancien collège des Irlandais de Paris ...

collège montaigu

... bien caché derrière de grands marronniers en fleurs ...

kilmacduagh

... et dont l'entrée principale se situe dans la rue d'à côté, la rue des Irlandais, justement ! ;-)

collège des irlandais

Un peu d'histoire si ça vous intéresse ... Je vous laisse lire un instant ...

college des irlandais 2

... et nous repartons !

nuit européenne des musées

Vers le Panthéon, cette fois !

le pantheon 1

Un petit arrêt sur la place de l'Estrapade ...

belle placette

Je vous montre au passage la belle façade, et surtout les grilles ravissantes, de l'adresse française de la société Universal Music ...

grilles d'Universal

Et cette jolie autre façade, juste à côté, toujours dans la rue des Fossés Saint-Jacques.

balcons verts

Encore un saut dans le temps, juste en passant devant une affiche ...

whitesnake

Voici une ravissante enseigne. Côté pile ...

clé

... et côté face, sur fond de ciel bleu ...

clé 2

Encore une "plaque" de rue gravée dans la pierre d'un immeuble ...

rue des fossez saint jacques

Et puis nous voilà, très vite, devant un endroit terrible, que Paul connaît bien pour l'avoir fréquenté à plusieurs reprises déjà ...

de clercq

De Clercq, le roi de la frite, est dans la rue Saint-Jacques ! ;-) Eh bien, après un cornet de ces frites excellentes avec de la sauce au poivre, nous n'aurons au moins plus besoin de dîner. On pourra aller se coucher illico !!!

des frites

Les nuages s'amoncellent à nouveau au-dessus de notre tête ...

rue soufflot

Il va être temps de rentrer ...

le pantheon 2

On passe bavarder un moment avec ma belle-sœur Marie-Hélène dans son cabinet de la rue Monsieur le Prince ... Un peu de lèche-vitrine dans la rue Racine ... La journée se termine ... Demain sera un autre jour, sans doute encore bien riche en découvertes ...

costume

Vendredi matin ... On part à pied, pas à bicyclette ! ;-)

les 24 heures velib

Enfin, en métro, plutôt, et jusque dans le 18ème, le quartier de mon enfance ... Ma maman a lu un truc dans un journal sur la REcyclerie, porte de Clignancourt, et j'ai hâte de découvrir de quoi il retourne vraiment ... Comme hier matin, le temps laisse vraiment à désirer !

La RE cyclerie 2

 Pendant 70 ans gare ferroviaire du réseau de la petite ceinture, la Gare Ornano a réouvert ses portes le 14 juin 2014 et accueille aujourd'hui La REcyclerie.

 recyclerie 12

Dans cette ancienne gare, donc, dont le charme et l'authenticité sont restées intactes,  la Recyclerie est un lieu de loisirs axé sur le low-tech, dont les trois grands principes sont les 3 R : Réduire – Réutiliser – Recycler.

 recyclerie 52

 Les initiatives collaboratives et le do it yourself sont les valeurs de base de cet endroit étonnant.

 la recyclerie, le programme

 La REcyclerie, c’est à la fois un café-cantine, une ferme urbaine et un atelier de réparations collaboratif. Une entreprise de restauration gère le bar-cantine. Une association d’animation, Les Amis Recycleurs, s'occupe des activités pédagogiques et culturelles.


Le projet a plusieurs objectifs, comme celui de privilégier la consommation collaborative, de renforcer l’échange local ...

recyclerie 19 

... de sensibiliser aux valeurs du recyclage, de la réparation et du do it yourself.

 recyclerie 25

L’association compte aujourd’hui une centaine d'adhérents qui, en payant leur adhésion annuelle de 25 euros, soutiennent les valeurs et l’économie de la REcyclerie.

 recyclerie 22

Ils peuvent emprunter gratuitement les objets partagés de l’Atelier de REné ...

recyclerie 23

 Ils participent gratuitement aux animations organisées par les REnés et la Ferme urbaine...

recyclerie 32

Ils bénéficient des conseils de REné et de la réparation gratuite de leur petit mobilier et petit électroménager.

recyclerie 26

 Et puis il y a la ferme ! La Ferme Urbaine de la REcyclerie est installée sur près de 1000 m2 et  respecte la biodiversité de la Petite Ceinture.

recyclerie 39 

Elle est constituée de plusieurs espaces interdépendants implantés le long des voies de la petite ceinture.

 recyclerie 46

Une basse-cour, un jardin d’herbes aromatiques et d’arbres fruitiers, des constructions en bois locaux ...

recyclerie 42

Tiens, Mr. Chat est passé par là ...

 recyclerie 41

... deux systèmes de compostage, qui utilisent les matières organiques essentielles générées par le restaurant, épluchures, marc de café, bols en carton et autres déchets ...

 recyclerie 38

... une prairie mellifère sur le toit pouvant accueillir 4 ruches, réduisant le ruissellement des eaux de pluie et créant une isolation thermique naturelle. ...

 recyclerie 43

... un système d’aquaponie qui permet de cultiver sur une petite surface un grand nombre de végétaux et d’élever des poissons comestibles. Il est alimenté par la récupération des eaux de pluie et fabriqué à partir de matériaux de récupération. L'idée est à terme de mettre en place une serre qui accueillera un système agricole aquaponique, permettant de développer la culture des légumes en symbiose avec un élevage de poissons ...

 recyclerie 40

Quant au potager collectif de 400m2, c'est désormais un incontournable.

Le travail du sol est effectué de manière non mécanisée, avec les matières disponibles sur place.  Les espaces de la Ferme Urbaine sont gérés et entretenus par un ingénieur agronome et un jardinier-paysagiste.

 potager

 On commence notre promenade dans le ferme en passant sous ce tunnel végétal en branches de châtaignier.

recyclerie 50

Un poulailler, sur deux étages, a été réalisé avec les habitants du quartier. Vingt poules et un coq vivent ici, occupant une place importante au sein de l’écosystème de la Ferme, et sont nourris avec les  déchets du restaurant, soit entre 6 et 12 kg par jour.  Une fois par mois, les poules sont lâchées dans le potager afin d’éliminer certains nuisibles.

 recyclerie 44

Les poules pondent plus de 4000 œufs par an ...


ercyclerie 48 

...  qui sont offerts au public.

recyclerie 24

On passe par le jardin d'herbes aromatiques ...

 recyclerie 45

... en notant toutes les bonnes idées ...

 recyclerie 37

Ici, c'est l’atelier de REné, le royaume de l’entraide, celui du refus de l’obsolescence programmée en réparant plutôt que de jeter, celui d'une consommation responsable. Un atelier partagé ouvert à tous, presque tous les jours de l’année.

On y apprend à créer, à réparer et à recycler. Le bricoleur chevronné transmet son savoir au débutant. On partage le savoir autant les outils.

 recyclerie 15

On peut y déjeuner, aussi, à la REcyclerie ... Dehors quand il fait beau ...

recyclerie 36

 ... ou dedans, sur les tables et les chaises de récup en formica. J'adore le décor !

recyclerie 21

De toute façon, il y a presque autant de végétation dedans que dehors ...

recyclerie 1

 Le bar-cantine de la REcyclerie partage évidemment les valeurs de la maison et la cuisine est faite sur place avec des produits frais de qualité. Le locavorisme est à l'honneur, les plats végétariens aussi. Il y a de la viande aussi, cependant, et toujours un plat végétalien, ce qui fait que tout le monde est content !

La carte est alléchante et les prix, très corrects.

notre carte, la recyclerie

 La formule du déjeuner est une bonne affaire !

recyclerie 30

Je dirais même que le choix peut être difficile, tant la sélection est appétissante !

recyclerie 29

On commande au comptoir ...

recyclerie 27

En attendant les plats, on se promène un peu ...


recyclerie 33

Le décor est joli et ça vaut le coup de s'attarder un peu dessus ...

recyclerie 3

On va ensuite choisir sa table. La nôtre, en formica rouge ...

 table rouge

... surplombe les voies de la Petite Ceinture ...

recyclerie 2

On a un buzzer et quand les plats sont prêts, la cuisine nous prévient.

ercyclerie 17

Pour ce qui est des plats, justement, ils sont juste magnifiques ! Tant au niveau de la présentation que de la quantité (énorme!) et surtout, du goût ! Paul a choisi une poitrine d'agneau confite aux épices servie avec une semoule aux dattes.

recyclerie 4

Ma maman reçoit sur son assiette deux gigantesques wraps de poulet à la thaï, et une salade d'épeautre tout à fait délicieuse aussi ...

recyclerie 7

Quant à moi, c'est vers une tarte aux champignons et aux marrons servie avec des pousses de betterave que je vais me diriger. On arrose cela d'un divin jus de pomme et gingembre. Très, très "gingembré" ! ;-) Un délice, vraiment ! Il y a aussi un jus de bissap, du vin ... bref, rien que des bonnes choses !

recyclerie 8

Et elle est succulente, je n'ai pas d'autre mot ! Ultra-copieuse aussi, je dois le signaler !

recyclerie 9

Il faut savoir que l'on peut venir ici, à l'heure de l'apéro, déguster des tapas, ou boire de bons cocktails un peu plus tard dans la soirée. Pour ce qui est des vrais repas, on mange à la REcyclerie de 12h à 15h pour le déjeuner puis de 19h à 22h30 pour le dîner. Un brunch à 22€ (20€ pour le brunch végétarien et 12€ pour les enfants ...) est servi le samedi de 12h à 15h et le dimanche de 11h à 16h. On ne réserve pas. Voilà, vous savez tout, on peut se remettre à manger ! ;-)

Pour le dessert, Lala choisit une tarte aux myrtilles ...

recyclerie 6

Paul, un cheesecake aux pêches ... Et moi, un riz au lait. Les trois desserts sont vraiment bons. une mention spéciale pour mon riz au lait, particulièrement fondant et savoureux.

recyclerie 10

On déguste tout cela tranquillement, cependant que la salle se vide petit à petit ...

recyclerie 20

Beaucoup de gens qui travaillent dans le coin viennent déjeuner ici et à partir de 14 heures, l'endroit redevient bien plus calme ...

recyclerie 11

Il est temps ensuite de remporter son plateau en cuisine. On fait bien attention à ce que l'on met dans chaque poubelle et de toute façon, si vous hésitez, on vous aide gentiment.


recyclerie 34

Passez aux toilettes avant de quitter les lieux !

recyclerie 51

Eh oui, à la REcyclerie, même les toilettes ont leur brin de folie ! ;-)

ercyclerie 18

Un petit tour à la bibliothèque, que je ne vous ai pas encore montrée ...


recyclerie 16

Si vous le souhaitez, vous pouvez vous asseoir et feuilleter un ouvrage ou deux ...

recyclerie 28

... dans le Corner de la REcyclerie ...

recyclerie 13

Un coin sympa pour se poser un peu en dégustant les produits des enseignes "Soup and Juice" et  "Alto Café". Un partenariat malin. Décidément, la REcyclerie, c'est une vraie fabrique à idées !


recyclerie 14

Je vous remets ici toutes les indications concernant cet endroit d'exception, juste avant de reprendre notre route ...

la RE cyclerie

Nous voilà boulevard Ornano, donc ... Pas le coin le plus glam de Paris mais là où j'ai vécu mes premières années. Le quartier a connu des dérives difficiles et à l'époque où nous y vivions, autour de 1970, c'était un coin certes populaire, au bon sens du terme, mais sympa !

boulevard ornano

Bref, tout a bien changé mais en y regardant de plus près, il y a encore certains signes de cette élégance passée ... L'hôtel Ibis, par exemple ...

ibis 1

... vous voyez comme il est situé dans un immeuble élégant ?

ibis bis

Et la villa Ornano, juste en face ...

villa ornano 2

Des immeubles bourgeois magnifiques ...

fleurs villa ornano 1

Ma maman, qui travaillait en face, me dit qu'elle a toujours connu des fleurs, dans cette cour ...

les fleurs 2

Et voilà "ma" pharmacie ! :-) On habitait les deux étages au-dessus ... Je m'en souviens plutôt bien, même si j'étais encore très petite ... On entre visiter. Le pharmacien actuel est plutôt sympa et laisse ma maman aller faire un tour dans les réserves, où se trouve encore du très vieux - et beau- matériel !

pharmacie

En ressortant, on prend la rue du Roi d'Alger. Le petit marchand algérien qui me donnait des sacs de cacahuètes quand je passais devant chez lui (ça avait du bon, à cette époque, d'être fille de commerçant du quartier !), celui que je pensais être le "vrai" Roi d'Alger, parce qu'il portait un robe et un petit chapeau avec des fils d'or ... cette boutique-là a fini par disparaître. Sans doute avec mon gentil Roi d'Alger ... Il reste, à côté, une jolie enseigne ... Ma glace à rafraîchir, je l'achète aujourd'hui au supermarché ... ou à la station service ! :-)

glace à rafraîchir

Et voilà"mon" école maternelle ! Celle de la rue des Amiraux ...

L'école maternelle

Et la piscine du même nom, dans laquelle on apprenait à nager ...

iscine des amiraux

Je vous la montre ici car elle est en pleine réfection, ce qui est une bonne chose parce qu'elle est située dans un superbe immeuble à gradins en béton armé des années 20, signé Henri Sauvage !

henri sauvage

Vous savez, l'architecte de la Villa Majorelle, à Nancy ? Un chef d'œuvre du mouvement hygiéniste, cet immeuble ! J'y reviendrai quand la restauration sera terminée.

mmeuble des amiraux

Au coin de la rue, une jolie plaque ... Celle d'un parfumeur, me semble-t-il ...

vidaillet

Nous voilà maintenant au métro Marcadet-Poissonniers ...

métropolitain marcadet

Notez encore l'élégance de ces bouches de métro 1900 ...

métro marcadet

On descend le boulevard Barbès ... On est vite dans un autre monde ... J'aime bien.

calypso rose

La vieille charcuterie "Au Cochon d'Or" s'est reconvertie ...

au cochon d'or

Il reste néanmoins des traces intéressantes de l'ancien Paris  ...

verrière

Le temps est à la mixité ... Cette jolie fresque de M. Chat en montre une vision idéale ...

fresque républicaine

Ce jardin solidaire aussi ...

jardin l'univert

C'est bien que certains se bougent pour essayer d'améliorer les choses ... Se promener à Paris, cela dit, c'est  voyager dans le monde entier ...

uper diva

... et moi, je me régale, avec cette balade ...

ua loin, le sacré coeur

La situation sociale est tendue ... La gentrification n'a pas encore atteint la Goutte d'Or. Pour combien de temps encore ?

le cross de la goutte d'or

Il est dans Paris des quartiers qui ont une vraie histoire.

place et fontaine

Celui-ci en fait incontestablement partie.

magasins de fringues

Allez, je vous laisse flâner tranquillement ...

robes 2

... au milieu des beaux vêtements brodés ...

obes 1

... des boutiques où tout est prévu pour organiser les plus belles fêtes orientales ...

dragées

... et où la gourmandise ...

gâteaux arabes

... occupe toujours une place de choix !!!

pêches en biscuit

Station Barbès-Rochechouart ... Notez son élégant pont en poutre de treillis qui date de 1903 ...

métro aérien 18ème

On se dirige vers l'hôpital Lariboisière. Tout n'a pas l'air simple ici non plus ...

non à la salle de shoot

Mais bon, nous allons nous en arrêter à l'aspect historique de cet autre magnifique hôpital.

 l'hôpital lariboisière

Après un petit café, quand même ! ;-)

au bistrot 

Situé au 2 rue Ambroise Paré dans le 10ème arrondissement, l’hôpital Lariboisière a été construit au 19ème siècle selon les théories hygiénistes et sur un type pavillonnaire.

 lariboisière 9

En 1832, une épidémie de choléra fait rage et il devient nécessaire de construire au plus vite un hôpital pour les habitants des faubourgs de la rive droite de Paris. Le conseil général des hospices (le précurseur de l'Assistance Publique de Paris, en quelque sorte) veut en faire un modèle, "un monument de charité où la philanthropie, où la science et l'art soient développés avec tous les progrès du temps"

lariboisière 8

L'hôpital ouvre ses portes en 1854.

lariboisière 6 

La comtesse Élisa de Lariboisière, née le 22 janvier 1794 à Paris, épouse du comte de Lariboisière, lui-même fils du général d'Empire, est morte sans héritier le 27 décembre 1851. Elle a laissé par son testament la plus grande partie de sa fortune pour la fondation d'un hôpital à Paris. Cet hôpital sera donc l'hôpital Lariboisière.

Elle est enterrée ...

lariboisière 4

 ... dans la chapelle de l'hôpital.

 chapelle de larib

La façade de la chapelle est ornée de trois statues de Julien-Charles Dubois représentant les vertus théologales, celles qui, dans le christianisme, doivent guider les hommes dans le rapport au monde et à Dieu : La Foi, la Charité et l'Espérance.

lariboisière 7

Les galeries de l'hôpital sont remarquables elles aussi ...

lariboisière 2

... et le parc, au centre des bâtiments, est vraiment reposant.

lariboisière 3

L’inauguration de l’hôpital a lieu le 13 mars 1854. C'est le premier hôpital en France à être bâti sur des idées hygiénistes et un concept architectural nouveau, des pavillons séparés qui "dispersent" mieux les microbes (notez que l'on ne connaissait pas encore le microbe et qu'on appelait alors ces "bestioles" des miasmes ...).

 lariboisière 5

Première réalisation de la toute nouvelle Assistance Publique, l'établissement devra être prestigieux, avec des bâtiments majestueux, des colonnes, des sculptures et des jardins superbes. Pari réussi !

lariboisière 1

Suite de la balade ... On revient à Barbès.

Tati

Arrêtons-nous devant le Louxor ...

 palais du cinéma

Une salle de cinéma située au 170 boulevard de Magenta. Construit par l'architecte Henri Zipcy et inauguré le 6 octobre 1921, c'est l'un des rares cinémas rescapés d'avant-guerre. Sa façade néo-égyptienne est tout à fait remarquable.

 entrée du Louxor

Les mosaïques bleu cobalt, noires et or de la façade, œuvre du décorateur Amédée Tiberti, ont été réalisées par la fabrique de céramiques Gentil et Bourdet, implantée à Billancourt, très réputée dans les années 1920-1930. On trouve les motifs floraux classiques de l'époque mais aussi des scarabées, des cobras et, au-dessus de la petite terrasse, un grand disque ailé.

 louxor 2

 Longtemps cinéma populaire qui passe aussi bien les succès français grand public que les films américains, le Louxor choisit de projeter à partir des années 1970 des films "exotiques" en version originale, susceptibles d’attirer une population immigrée en nombre croissant dans le nord-est de Paris ainsi que du porno soft ...

 films au louxor

 Le 29 novembre 1983 se tient la dernière séance du Louxor. Le bâtiment, qui est racheté par Tati puis mis en gérance car il est impossible d'en modifier la façade, va rester longtemps à l'abandon. Ensuite, il devient boîte de nuit antillaise, puis une grande discothèque gay qui ferme en 1988. Le bâtiment est à nouveau laissé à l'abandon.

À partir de 2001, des associations de quartier se mobilisent pour sauver ce patrimoine de la ruine. La ville de Paris va le racheter à la société Tati, à qui il appartient toujours.
Commence en 2010 une campagne de réhabilitation, orchestrée par l’architecte Philippe Pumainciel.

 louxor 4

À la même période, une nouvelle association, "Paris-Louxor, vivre ensemble le cinéma", voit le jour, dans le but "de favoriser, développer et promouvoir des actions et des activités autour et avec le cinéma Le Louxor dans les champs d'interventions culturels, artistiques, patrimoniaux, éducatifs et sociaux". Elle organise régulièrement des manifestations, à type de rencontres, d'expositions ou encore de soirées-projection ... sert de lien entre les acteurs du projet, les élus et les habitants du quartier. Depuis décembre 2012, c'est la société CinéLouxor qui détient la délégation de service public pour l'exploitation de la salle de cinéma.

louxor 3

Tati, lui, est en face !


tati et métro

... et aussi un peu plus loin. Le vieux Café des Deux Marronniers a eu moins de chance que le Louxor !

aux 2 marronniers

On continue ? Vous voyez qu'il est ici nécessaire de lever la tête quand on se promène. Sinon, on rate vraiment des trucs ! Je sais bien que dans le quartier, le spectacle est sur le trottoir mais quand même !!! ;-)

lampadaire et bow windows

Profitons de Paris qui, de fait, se fait belle !!!

paris fais-toi belle

On croise la rue Seveste, avec au fond, les Tissus Reine du Marché Saint-Pierre ...

Tissus reine

... mais on reste quand même sur le boulevard de Rochechouart.

grand atelier

Regardez cette grande enseigne ... Le Canotier ... du Pied de la Butte ! C'était un petit cabaret, dans les années 90. Encore une page de tournée ... et encore un magasin de fringues qui remplace un peu de l'essence de Paris !

le canotier

Dépassons le métro Anvers, à la belle entrée de style Guimard !

métro anvers

Encore plus loin, le très bel Élysée Montmartre, joliment rénové après un terrible incendie en 2011 qui a, heureusement, épargné la façade. Autrefois salle de bal, il présente aujourd'hui des concerts de rock, en général !

façade de l'élysée montmartre

Il est au coin du boulevard et de la rue de Steinkerque. Une rue très fréquentée, comme vous pouvez le constater !

rue de l'élysée montmartre

Sur le boulevard, les pistes cyclables ont la cote ...

voie cyclable

... auprès des Parisiens.

vélo l'hôtel du nord

Nous voici maintenant devant le Trianon, un autre théâtre édifié en 1894 à la place du jardin de l'Élysée Montmartre. Son premier nom était  le Trianon-Concert et Mistinguett, la Goulue ou encore Valentin le Désossé s'y produisaient ... ;-)

le trianon

Juste après, une étonnante et mignonne petite maison à colombages rouges ...

maison à colombage

Allez, même si vous êtes proches du torticoli, levez encore un peu la tête !

coquilles

 Vous n'êtes pas au bout de vos découvertes !

verrière néo classique

 Un jour, je vous organiserai un jeu de piste ... ;-)

bas relief sur façade

Au niveau du 106 boulevard de Rochechouart, une jolie voie privée ...

l'escalier derrière la grille

Des toits arrondis en zinc comme je les adore !

toits arrondis

Et la Cigale, alors ? Encore un Café-Concert, construit en 1887 sur l'emplacement de l'ancien bal de La Boule Noire (1822). Mistinguett, Maurice Chevalier, Yvonne Printemps, Arletty, Raimu ou encore Max Linder s'y produisirent.

la cigale

Après la Première Guerre Mondiale, on y joue des opérettes, des vaudevilles, et aussi les soirées futuristes de Jean Cocteau. Il ferme ses portes en 1927. Il est remplacé un moment par un petit music-hall, La Fourmi. Dans les années 1940, La Cigale sera une salle de cinéma, spécialisée dans les films de Kung-fu, puis dans les films X. En 1987, réouverture de La Cigale qui accueillera désormais des concerts.

toits

Tout contre la Cigale, le célèbre cabaret Chez Madame Arthur ...

madame Arthur

À ce point de la balade, on commence à avoir les pieds en feu ...

bel immeuble du XVIIIème

... et le torticoli dont je vous parlais tout à l'heure ... ;-)

belle baie vitrée

Dans un sens, heureusement qu'il y a quelques nuages dans le ciel parisien !

place du XVIIIème

S'il faisait une chaleur à mourir ... eh bien ... on serait morts depuis longtemps ! ;-)

villa royale

De toute façon, il nous reste des choses à voir ...

folies pigalle

Quand on commence à découvrir un quartier, on a toujours du mal à s'arrêter !

belles grilles de fenêtres

Nous voilà dans la petite et tortueuse rue André Antoine, du nom du créateur du fameux Théâtre Antoine ...

babel art

Au loin, on entrevoit un morceau d'une jolie église que nous irons visiter dans un instant !

rue piémontès

Le quartier est ancien et attachant. Partout, des boutiques old fashion ...

atelier peinture

... et des courettes pleines de plantes.

grille

Un tournage aura bientôt lieu par ici ... Une série historique de la BBC ! Le rêve !

tournage

Je tâcherai de me souvenir de ça en la regardant, quand elle sera sortie ...

ruelle blanhce

Elle est jolie, cette rue. Ils ont bien raison, finalement, ...

façade  de la rue antoine

... de la transformer en rue de l'après-guerre ... La série sera une saga familiale qui nous plongera dans le Paris de l'après-guerre alors que la Haute-Couture parisienne tente de renaître ... Cela promet d'être sympathique !

ecaliers d ela rue Antoine

Les menuisiers, les peintres ...

menuisier

... les décorateurs, aussi ...

hôtel à louer

... vont nous faire faire un bond en arrière dans le temps !

plaque hôtel rouge

Un petit chat surveille le va-et-vient avec intérêt.

petit chat

La transformation est rapide et impressionnante.

café de la mairie

Juste en haut des escaliers de la rue Antoine, c'est le métro Abbesses.

métro abbesses 2

Encore un chef d'œuvre signé Hector Guimard. L'un des plus aboutis, en matière de bouche de métro, je trouve ...

métro abbesses

Je vous montre là quelques céramiques de Gentil et Bourdet. Je vous en parlais tout à l'heure ...

émaux station abbesses

Elle est tellement jolie, la place des Abbesses ... Comme un petit village ...

place des abbesses

Et sur la place des Abbesses, il y a l'église Saint-Jean de Montmartre.

l'église saint jean 
l'évangéliste

Je vous laisse lire ici l'histoire de cette église exceptionnelle ...

église saint jean l'évangéliste

"Une architecture sociale et économique, en harmonie avec l'essor industriel" ... C’est donc au pied de la butte Montmartre que la grande innovation architecturale du siècle, le béton armé, apparaît pour la première fois dans l’art sacré. Elle est édifiée entre 1894 et 1904.

saint jean l'évangéliste

Cette première église en ciment armé et recouverte de brique, de mosaïques et de pastilles de grès flammé subit incontestablement les influences de l'Art nouveau. Elle répond parfaitement à la station de métro Guimard que je viens de vous montrer ...

émaux

 L’architecte, Anatole de Baudot, est un disciple de Viollet-le-Duc.

mosaïques 2

 La construction de l'église, qui débute en 1894, ne va pas être bien perçue par tous et l'on va même jusqu'à prédire son effondrement ! Un procès arrête très vite les travaux, qui peuvent néanmoins reprendre en 1902. La construction s'achèvera en 1904.

un autel

La façade principale en brique est décorée par des céramiques architecturales d'Alexandre Bigot et le décor intérieur est assez incroyable, surtout pour qui apprécie ce style Art Nouveau tellement novateur à son époque.

mosaïques 1

Cette église d’avant-garde, du fait de l'utilisation du béton armé, surtout, ouvrira sans conteste la voie aux travaux d'architectes ultra-novateurs comme les frères Perret ou encore Le Corbusier.

vitraux jaunes

Alors, à ce point de notre promenade autour de la butte Montmartre, que pensez-vous du quartier ?

vélo et nuages

Sous ce ciel étonnant ...

rue et nuages

... la balade a de quoi charmer, non ?

tabac

Un joli quartier populaire ...

chien peint

... dans lequel vinrent s'installer tellement de grands hommes ! Comme ici Max Jacob, dans la rue Ravignan, cette rue qui suit le tracé du plus ancien chemin, fort abrupt, paraît-il, ayant existé pour monter en haut de la butte Montmartre ... Napoléon y aurait laissé ses belles bottes de cuir, en pataugeant dans la boue parce que son cheval n'arrivait pas à grimper ce sentier raviné ! Voilà pour la petite histoire ... :-)

max jacob

Il reste encore de cette belle époque du début du 20ème siècle un côté bohème bien agréable ...

drôle de librairie

... et une décontraction amusante. Vous voyez la petite pancarte en bas à gauche de la photo ci-dessous ? ;-)

je suis dans le quartier

Je crois qu'il est temps de marquer un petit arrêt et de nous hydrater un peu.

le relais de la Butte

Le Relais de la Butte, en haut de la rue Ravignan, sera l'endroit parfait ...

le relais de la butte 2

Une bonne bière glacée et quelques olives ...

bière et olives

... en regardant au loin ...

ud haut d ela butte

... les toits de Paris ...

toit doré

Pourrait-on demander quelque-chose de plus ? ;-)

paul au relais de la butte

Le ciel est, par-dessus le toit, si bleu, si calme ... Je crois qu'on y est, Monsieur Verlaine ...

le ciel est par-dessus les toits

Et c'est ici, devant le Bateau Lavoir ...

le bateau lavoir

... sur la place Émile Goudeau, que cela se passe ...

les escaliers

Les marronniers roses sont en fleurs ...

les marronniers sont en fleurs

Le petit Poulbot gambade encore dans les rues escarpées ...

petits poulbot

Nous voilà rue Durantin ...


deux époques

Une jolie petite rue avec de jolies boutiques ...

lutherie d'art

La vie semble douce pour tout le monde ...

chat parisien

Voilà une maison où je voudrais bien vivre !

de belles verrières

Un peu de lèche-vitrine ...

bijoux et pochette

Je crois que Paul a trouvé le magasin de chaussettes de ses rêves.

kiki socks

De la chaussette coréenne, figurez-vous ?

ne mattez pas la main dans les chaussettes !

On n'arrête plus la mondialisation, hein ? ;-)

3 paires, 10 euros

Allez, on remonte encore un peu la rue Durantin. Plus facile à pied ...

 À pied rue Tholozé

... qu'à vélo, finalement, j'en ai bien l'impression !

À Paris, en vélo

Dead or alive, nous finirons cette promenade dans le 18ème.

wanted

Les moulins de la butte Montmartre, c'est quelque-chose ! Tout en haut de la rue Tholozé, le moulin de la Galette. Le moulin de blute-fin, plus précisément ...

le moulin de la galette

Le paysage n'a pas beaucoup changé depuis 1905, non ?

la rue Tholozé

On est au coin de la rue des Abbesses ...

café le Nazir

Sur la place Anne-Marie Carrière. Vous vous souvenez d'Anne-Marie Carrière ?

place anne marie carrière

Saviez-vous qu'elle avait été candidate à la présidence de la République de Montmartre en février 73 ? :-)

place anne marie carrière 2

L'heure n'est pas à acheter de vin des vignes de Montmartre ... Il est pittoresque mais pas très bon, en fait, paraît-il ... Cela dit, les bénéfices de la vente de ce millier de bouteilles va chaque année dans les caisses des œuvres sociales de la Butte.

de verres en vers

Toujours ces nuages dans un ciel bleu ...

rue Lepic

À l'heure de l'apéro, la lumière est vraiment très jolie ...

l'apéro pain qou'

Vous ne trouvez pas ?

chambres de bonnes sous le ciel bleu

Aujourd'hui, à Montmartre, ça sent vraiment le printemps.

fleurs

Ici, on est au croisement de la rue Lepic et de la rue Véron.

R. Benard

Au loin, une drôle de maison ...

brocante

Encore un joli passage avec au fond, sur la gauche, une belle maison. Les propriétaires on installé une grille pour être un peu plus tranquilles. On les comprend mais dommage pour nous !

pasasg elepic

Le Café des Deux Moulins, celui d'Amélie Poulain.  Il paraît qu'à l'origine, le film de Jean-Pierre Jeunet devait s'appeler Amélie des Abbesses. J'aurais adoré ça !

café des deux moulins

 Boris Vian habitait dans le coin ... Le jazz avait toute sa place, dans ce quartier !

 autour de midi

Hôtels et magasins de souvenirs se succèdent ...

souvenirs de paris

On est dans un coin hyper-touristique de Paris ! ;-)

moulin rouge

Encore le Sacré Cœur au bout d'une rue.

au sacré coeur  ...

Un peu plus bas, une fois traversé le boulevard de Clichy, Hector Berlioz trône au milieu du square ...

berlioz

... de la place Adolphe Max.

 place adolphe max

Le peintre nabi Édouard Vuillard vécut dans ce quartier ...

vuillard

... à l'angle de la rue de Vintimille, dans ce très bel immeuble orné de bow windows ...

bel immeuble place adolphe max

De toute façon, les beaux immeubles sont légion, dans le quartier.

bel immeuble de la rue Ballu

Voilà la maison dans laquelle vécurent les sœurs Lili et Nadia Boulanger, deux musiciennes d'exception ...

place lili boulanger

Allez, on avance encore un peu, m'sieurs-dames !

petit hôtel particulier


On a changé d'arrondissement, nous voilà dans le 9ème, pour terminer notre journée !

très belles fenêtres

Vous connaissez le théâtre de l'Œuvre ?

Beckett au théâtre de l'Oeuvre

Il se trouve dans un petit passage, la Cité Monthiers, qui s'ouvre sur au niveau du 55 rue de Clichy. Cette compagnie théâtrale fut créée par l'acteur-metteur en scène Aurélien Lugné-Poe, le poète Camille Mauclair et le Nabi Édouard Vuillard, pour promouvoir le mouvement Symboliste au théâtre ...

théâtre de l'oeuvre

Voici un joli cadeau pour qui sait lever le nez !

mosaïque bleue

Encore un peu plus loin, au 16 rue de Clichy, voilà le célèbre Casino de Paris. Le bâtiment actuel édifié sur commande du Baron Haussmann, date de 1851.

le casino de paris

Mistinguett, Maurice Chevalier, Joséphine Baker, Line Renaud, Zizi Jeanmaire, Tino Rossi ... et tant d'autres ... s'y produisirent.

le casino de Paris 2

Un joli décor Belle Époque, de grandes verrière ... ce bâtiment est un petit bijou !

casino de paris 2

Encore un peu plus bas c'est le théâtre Mogador ...

mogador

Et l'on arrive enfin derrière l'Opéra Garnier. C'est la fin de notre balade du jour ... On reprend notre métro à Havre-Caumartin ... Il est temps de rentrer, j'ai encore quelques idées pour demain !!! ;-)

l'opéra

Samedi matin ... Direction République. Et de bonne heure, s'il vous plaît !

on est Charlie

On va même pouvoir prendre notre petit-déj sur place ! ;-)

tropicana

Au pied de la statue de la République, il y a des sportifs qui courent ...

course à pied à la République

Il y a aussi des touristes ! ;-)

coucou

Nous allons faire un tour dans ce coin-là de Paris, aujourd'hui.

kraken je t'aime

Faire les touristes aussi. Ça, je sais bien le faire !

vintage summer

Nous voilà donc au métro Temple ...

métro temple

... à la découverte, pour commencer, d'une église dans laquelle je ne suis encore jamais entrée.

sainte elisabeth

L'église Sainte-Élisabeth. Vous la connaissez, vous ?

église sainte élisabeth

Elle servira aujourd'hui de point de départ à une grande procession. Une grand-messe est en cours. Ce n'est pas cette fois-ci que j'entrerai à l'intérieur, donc ... Tant pis, il faut toujours garder des coins inexplorés pour les visites suivantes ... ;-)

grande procession de la saint martin

Je n'avais jamais vu non plus la corniche de cet immeuble-là. Elle est pourtant impressionnante et difficile à manquer ...

corniche

Encore une publicité encastrée dans une immense image du quartier. Lors de notre dernier passage à Paris, j'en avais déjà repéré une jolie dans la rue de Passy, pas loin de la Tour Eiffel ...

affiche rrépublique

Voici une jolie cour d'immeuble bien cachée ... et donc bien tranquille ... quoique dans un coin très animé.

arche

Le Square du Temple est un bel endroit pour prendre du bon temps.

jeux de ballon

Un petit paradis au milieu de la ville ...

kiosque à musique du jardin du temple

Une enclave de verdure où le temps semble ralentir ... On vient y lire, y dessiner ...

sur un banc.du square du temple

... ou jouer aux échecs.

échecs

Ce matin, devant la mairie du 3ème arrondissement, on a installé une gigantesque toile blanche ... À quoi servira-t-elle ?

mur blanc

Vous avez la réponse !

street art

C'est dans ce coin que Louis XVI et la famille royale passèrent leurs derniers jours ... Une pensée pour eux, les amis ! :-)

le donjon du temple

Ainsi va la vie ...

Ous un parapluie vert

Le Carreau du Temple a été merveilleusement restauré il n'y a pas longtemps ...

carreau du temple

...et le bâtiment de l'école Supérieure des Arts Appliqués, l'école Duperré, édifié ici entre 1911 et 1913, est toujours aussi beau !

école duperré, 1856

Là, on est devant la Fontaine Boucherat ...

devant la fontaine

... sur la place Olympe de Gouges ...

place olympe de gouges

Il y a la queue devant la boutique de BD Comics records, rue Charlot ...

records

Retour en direction de la République ...

iberté égalité

Le drapé du boulevard du Temple, juste avant la place de la République, est très réussi.

drapeau

Flaubert était un habitué du boulevard du Temple. Il vivait au numéro 42 et passait là les mois d'hiver, tenant salon et recevant chez lui des amis écrivains : Jules et Edmond de Goncourt, Zola, Théophile Gautier, Feydeau et bien d'autres encore ...

gustave flaubert

Un petit arrêt devant Chez Jenny, l'une des grandes brasseries parisiennes.

hez jenny

Sur la statue de la République, une femme passablement dénudée fait des trucs bizarres ...

belle de la république

Les pompiers se chargent de la faire redescendre ...

ompiers

Elle est animée, cette place ...

nuit debout

... , depuis quelques mois !

Place de la commune

On ne s'attarde pas trop par là et on prend la direction du Canal Saint-Martin.

sur le canal saint martin

Par là, il y a une rue que j'adore ...

lobe

C'est la rue Beaurepaire.

le repère

Il y a là des tonnes de  jolis magasins !

joli tote bag

Oui, vous me direz que c'est hyper-bobo ...

atelier beaurepaire

... et vous aurez raison.

vélo rouge

Mais en fait, j'adore ça ! ;-)

bazartherapy 

 Et Paul aussi !

paul fait du shoppping

Je suis une faible, je le sais ! ;-)

mystery in space

Il va être l'heure de déjeuner, là ! On va s'arrêter chez Prune. Ma maman doit nous rejoindre ...

chez Prune, canal saint martin

... et chez Prune, sur le quai de Valmy, tout au bord du canal ...

vélos sur un pont du canal 

... on sera bien.

la terrasse de chez prune

Le menu est court mais sympa ...

chez prune menu

Il y a un très beau bar en cuivre ...

chez prune 1

... et l'ensemble dégage un charme fou ...

chez prune 2

Dans les assiettes, on est plutôt à la fête ! C'est simple, bon, copieux ...

chez prune 3

... et pas dispendieux du tout !

chez prune 4

Notre plat avalé, on ressort ...

école canal saint martin

La rue Dieu ...

agnès B

La rue Yves Toudic ...

du pain et des idées

... et sa très belle boulangerie "Du pain et des idées" ...

pains fantaisie et chaussons

Si vous ne connaissez pas bien le quartier ...

coq

... je vous assure que vous vous régalerez !

azulejos

On peut traîner le nez au vent ...

M

... sauter d'une époque ...

immeuble désaffecté

... à l'autre ...

sango

Paris est une galerie d'art à ciel ouvert ...

Kraken 2

Comme on n'a pris ni café, ni dessert, on va s'arrêter rue Lucien Sampaix.

rue Lucien Sampaix

Le Juice Bar de Marc Grossman est l'endroit qu'il nous faut !

bob's juice bar

Chez Bob, les jus de fruits sont divins ...

bob 9

La boutique est minuscule, je vous préviens.

bob 8

C'est un joyeux bazar ... Un peu comme quand vous entrez dans ma cuisine ! :-)

bob 7

Il y a de chouettes trucs sains à manger ...

bob 5

Muffins et cookies sont divins !

bob 4

Une seule grande table, façon table d'hôte ...

bob 2

Et des plats avec des gourmandises empilées ...

Bob 1

On est comme à la maison, je vous dis ... et pour le dessert, c'est l'endroit qu'il nous fallait !

bob 3

Après ça, on n'a plus qu'à repartir encore une fois ...

vélos devant le resto

De drôles murs rouges dans la rue Légouvé ...

les murs rouges de la rue Légouvé

Encore de belles réhabilitations de boutiques anciennes ...

boulangerie de la Liberté

... et de chouettes endroits où acheter des antiquités.

coiffeuses

À noter, le bâtiment 1900 d'un dispensaire de la Fondation Thuillier, entièrement recouvert de céramiques décoratives colorées. ...

fondation thuillier

Nous voilà au coin de la rue Sampaix et du quai de Valmy, devant la chouette façade colorée ...

frida

... de la boutique Antoine et Lili. Encore une dans laquelle j'irais bien me perdre un peu chaque jour ...

antoine et lili 1

Depuis sa remise en eau, je trouve le canal encore plus joli !

boucle du canal

Il faut dire qu'il en avait besoin ...

Le canal vous inspire 

Comme nous sommes samedi et qu'il fait très beau, les pelouses du jardin Villemin sont prises d'assaut !

pelouses près du canal

Sur le canal, pas un bateau en vue, pour l'instant ...

sous les marronniers du canal

La Terrasse de la Cantine de Quentin est prise d'assaut aussi ...

la cantine de Quentin

La boutique Loulou les Âmes Arts, sur le quai de Jemmapes, est un atelier-brocante ...

loulou les âmes arts

... tout à fait ravissant !

mariières

Juste à côté, le fameux Hôtel du Nord ...

devant l'hôtel du Nord

Mais je me rends compte que je ne vous ai pas encore bien parlé du canal Saint-Martin ... Allons-y donc ! ;-) Il s’étend sur 4,5 km, et possède neuf écluses. Sa construction fut décidée par Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul, partie d'un bien plus vaste chantier, qui incluait la création du canal de l'Ourq et du canal Saint-Denis.

Le but initial est de résoudre les épidémies et les problèmes de d’alimentation en eau potable de Paris. On pourra en outre relier par voie fluviale le Nord-Est et le centre de Paris en coupant une boucle de la Seine. De petits ports seront créés.

chat sur le canal saint-martin

Sa construction est achevée en 1825.  S'installent alors  le long du canal des entrepôts de vitriers, de meuniers, des ateliers et autres bâtiments industriels. Il en reste quelques-uns aujourd'hui ...

 cristallerie

Vers 1860, le Préfet de Paris va décider de la construction du Boulevard Richard-Lenoir. On couvre donc une partie du canal. Ces aménagements font disparaître les petits ports.

Aujourd'hui,  le trafic commercial a pratiquement disparu, et  ce sont désormais les bateaux touristiques qui naviguent sur le canal ...

l'arletty

Les berges, elles, ont gardé leur charme d'antan ...


vélos au bord du Canal

... et font toujours les délices des Parisiens ...

farniente devant chez Prune

... et des touristes de passage ! ;-)

llala et paul au bord du canal

Une campagne de publicité ...

 l'alcool fait perdre la tête

... et quelques aménagements (!!!) ...

pissotière

... ont été mis en place depuis le nettoyage du canal. Il paraît que le spectacle n'est pas idyllique après les nuits de fin de semaine ! Quoiqu'il en soit, dans la journée, c'est nickel ! ;-) On y fait la sieste au bord de l'eau ...

sieste au bord du canal

On y promène les enfants ...

sur un banc

On y fait du vélo ...

je porte mon vélo

Ça, c'est très à la mode ! ;-)

paul et les vélos

... et on peut même y faire voguer son bateau à voile en toute tranquillité ! Encore mieux que sur le bassin des Tuileries ou sur celui du jardin du Luxembourg !

des bateaux sur le canal saint martin

Faisons encore quelques pas sur les bords du canal. Admirez en passant la belle entrée de l'hôpital Saint-Louis ... Je ne vous le remontre pas. Nous y étions déjà venus il y quelques années ... Si vous voulez revoir tout cela, c'est par là ! Les enfants étaient bien plus petits. C'est rigolo de revoir ces images-là, maintenant qu'ils sont adultes! ;-)

entrée de saint louis

On enjambe l'un des ponts du canal ...

escalier canal saint martin

Pas de bateau en vue aux écluses ...

canal saint martin

Et nous voilà plongés au milieu d'une manifestation contre Monsanto et consorts.

Monsanto

Nous sommes tout près de la place de la République et cela se sent ! ;-)

manif anti monsanto

Même si tout se passe plutôt calmement ...

OGM

...  je préfère malgré tout fuir la foule et  traverser le joli square ...

les poissons de la Seine

... non sans saluer la Grisette.

la Grisette

Personne dans le kiosque à musique ... On s'attendrait pourtant, après cette promenade, à y entendre une fanfare, comme autrefois ...

kiosque canal saint martin

Nous quittons le canal Saint-Martin ...

grignon

... en admirant les rues alentour.

lanterneau 7 av de la République

En cherchant le détail étonnant ...

dépôt RATP

La devanture à l'ancienne ...

façade verte

La petite place tranquille ...

miroiterie

La belle porte d'immeuble ... Bref, tout le charme d'autrefois ...

paris Medoc

Nous voilà au Cirque d'Hiver.

cirque d'hiver

Au 21 de la rue des Filles du Calvaire, une boutique amusante ... La galerie Chardon.

galerie chardon

Une galerie qui expose et vend des animaux naturalisés tout à fait étonnants ! ;-) Amateurs de Deyrolles, feu la maison Boubée et encore Claude Nature, allez y faire un tour ...

ratatouille et superman

... et vous serez comblés !

chauds lapins

Nous arrivons dans le Marais ...

t'as beau pas être bobo

... dans la rue de Bretagne.

égyptiens

On entre dans le marché des Enfants Rouges, forcément ...

marché des enfants rouges

Il a beau être tard dans l'après-midi ...

enfants rouges

... les amateurs d'un petit truc bon à manger ...

les enfants rouges

... sont encore nombreux.  Ou quand Paris se met à l'heure espagnole ! ;-)

corossol

Cela dit, on les comprend. Ça sert à ça, le week-end. Se lever tard, traîner et enfin, sortir manger un truc sympa ... Il y a pire comme programme, non ?

plats nord africains

Pour nous, ce sera juste un thé à la menthe, histoire de se poser un peu pour reprendre un chouilla d'énergie.

thé à la menthe

Il va quand même falloir nous rapatrier dans nos coins à nous ... non sans nous arrêter pour pousser quelques portes d'immeubles ...

l; Casel 

...  ou de passages privés !

courette

Sans oublier de jeter quelques regards indiscrets aux fenêtres ...

fenêtre paon

... de remarquer enfin des façades qui nous avaient jusque-là échappé ...

Office  public d'hygiène

Bref, de nous imprégner de cette atmosphère parisienne tellement attachante ...

lampadaire au coin de la rue

... à laquelle aucun touriste ne saurait résister ...

au petit fer à cheval

... mais qui échappe parfois à celui qui y vit !

a la ville de rodez

Parole d'ancienne Parisienne ! :-)

rue vieille du temple

Nous voilà arrivés près de l'Hôtel de Ville.

café l'étincelle

On a encore bien, bien trotté aujourd'hui.

le front populaire

Il fallait en profiter. Avec le temps qu'il fait ces jours-ci, on ne sait jamais bien combien de seaux d'eau on se prendra sur la tête le lendemain !!!

le BHV Marais

Pour aujourd'hui, on en a donc bien profité, du beau temps ...

l'euro

Après Tropicana ce matin, c'est Andros qui se propose de nous rafraîchir ce soir ...

andros

En attendant notre 72, on se promène un peu sur la parvis de la mairie de Paris ... Le vieux manège est à l'arrêt ...

le manège de l'hôtel de ville

Les installations de fleurs dont nous avions vu l'installation avant-hier sont plutôt réussies ...

Hortensias et hôtel de ville

Un peu de campagne dans la ville, c'est toujours joli !

plantes à l'hôtel de ville

Le soir, on ressort, malgré un doux crachin. L'accalmie fut de courte durée ! C'est la Nuit Européenne des Musées, ce soir, et je veux voir la Fondation Vuitton relookée par Buren ...

daniel Buren à la fondation Vuitton

De fait, c'est assez impressionnant !

buren 2

Je crois que je la préfère au naturel, cela dit. Mais peut-être suis-je juste un peu ronchon à cause de ce temps de crotte ? ;-)

buren 1

Dimanche matin ... Retour dans le Marais. Le BHV est ouvert et Les Niçois dans la place ! ;-)

le kermesse des Niçois

Les Niçois, c'est un resto parisien, hein ?

au menu chez les Niçois

D'ailleurs, le prix du pan bagnat est assez parisien aussi, non ? ;-)

ricard

Cela dit, pour ce prix-là, on peut jouer à la pétanque sur gazon ! ;-)

BHV niçois

Sinon, le dimanche dans le Marais, le must, c'est le brunch ...

un brunch

Il y en a des plus sympathiques que d'autres ... Y'en a quand même qui se moquent un peu !

le brunch au coeur du marais

Une chose est sûre, il faut aimer faire la queue ... et payer cher pour pas grand-chose dans l'assiette. Un concept lucratif, c'est sûr ... ;-)

deux brunches

Mais bon, on est dans le Marais, hein ?

une fleur dans la ville

J'imagine que la carte du Benedict vaut le coup. En tout cas, on fait la queue devant le restaurant.

benedict

Oui, on est bien dans le Marais.

prenez-moi homo

Curieux affichage ! J'aime beaucoup les empanadas ! :-)

menergy

Paul a piscine, ce matin ...

le Bazar

Piscine et lèche-vitrine.

edmond

Il faudra qu'on essaye un de ces jours ce glacier que je ne connais pas. Il paraît qu'il est juste fabuleux ! C'est au 15 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, si vous voulez tout savoir ...

une glace à Paris

Tout près de chez Hermé ...

hermé

À l'angle de la rue Aubriot, une vierge veille ...

ecce mater tua

Une jolie rue que cette petite rue Aubriot, d'ailleurs.

belle rue du marais

Un peu plus loin encore dans la rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, le théâtre du Point Virgule, créé, à l'époque, en 1975, sous le nom de "la Veuve Pichard" par Martin Lamotte, Anémone et Gérard Lanvin ...

le point virgule

 On continue ?

petit balcon dans le Marais

Si vous commencez à avoir faim ...

be yourself

... ça commence à sentir bon.

tartes sucrées

On arrive dans la rue des Rosiers ...

strudel aux pommes

... qui est une rue sacrément gourmande.

la boutique jaune 

 Pendant que, devant Chez Marianne, ...

chez Marianne

... on hésite quant à nos envies ... il se met à flotter fort !

frise tigres

On s'arrête donc là où l'on est, chez Marianne, dans l'annexe qu'ils ont ouvert il n'y a sans doute pas longtemps juste à côté de la boutique jaune de Sacha Finkelsztajn. Avant, c'était un fleuriste. La Rose du Désert. Une rose partie s'installer depuis en Israël, à Tel Aviv, je crois ... Une assiette de falafels, de houmous et d'aubergines frites arrosée d'une bonne bière israélienne Maccabee.

assiette de kefta

On termine en se partageant une belle part de vatrouchka tout en avalant un expresso reconstituant ...

vatroucha

... et pendant que Paulo va retrouver une de ses copines dans le quartier, Lala et moi filons au musée Cognacq-Jaÿ, spécialisé dans l'art européen du 18ème siècle.

musée cognac jay 4

Le musée Cognacq-Jaÿ est installé dans l'hôtel de Donon, au numéro 8 de la rue Elzévir. Ce vieil hôtel particulier du Marais a été entièrement restauré pour y installer ce musée.

Un premier musée Cognacq-Jaÿ fut inauguré le 4 juin 1929 par le président Doumergue, dans un immeuble situé 25 boulevard des Capucines, légué en même temps que son extraordinaire collection d'art du 18ème siècle à la ville de Paris par le couple Cognacq-Jaÿ, fondateur du grand magasin de La Samaritaine.

paris, capitale des lumières

 Dans des salles ornées d'un magnifique mobilier d'époque et d'objets précieux ...

musée cognac jay 1

... rappelant la vie raffinée du Siècle des Lumières ...

lit

... sont présentées de très belles collections.

buste

Un musée gratuit -hors expositions temporaires- tout à fait intéressant, ...

musée cognac jay 2

Des œuvres superbes ...

 petit garçon

...  présentées de façon didactique ...

musée cognac jay 3

Voilà de quoi échapper agréablement à la pluie pendant une heure ou deux !

pop up café

Parce que oui, il pleut toujours !

la rue des francs bourgeois sous la pluie

Il ne nous reste plus qu'à nous réfugier au Voltigeur ...

le voltigeur 1

... un agréable bistrot de la rue des Francs Bourgeois ...

le voltigeur 3

Un grand café réconfortant en attendant Paulo ... et voilà comment se termine notre escapade parisienne !

le voltigeur 2

Pour conclure ce billet de façon gourmande, je vous montrerai notre déjeuner de fête des mères ... Il date un peu mais comme ce fut un des moments sympathiques de mon début d'année, je vous en fais part ici ... ;-)

Réveillée avec un énorme bouquet de roses par mon Clément, descendu au marché de bonne heure, la journée commençait bien ...

roses

Au menu du jour, du très bon lard de Colonnata de chez mon Italien sur de petits crostini légèrement vaporisés d'une huile à la truffe blanche ...

lard de colonnata

Le tout passé au four et servi avec un verre de vin ... pas italien ... et de fines tranches de salame al fenocchio ...

antipasti

En plat de résistance, un rôti de magrets de canards (ceux du marché de Samatan, épargnés lors de notre dîner-cassoulet du mois d'avril), à l'orange et au romarin frais. Comme ce fut un régal, je vous laisse la marche à suivre, plus que la recette ...

Rôti de Magrets de Canards à l'Orange et au Romarin ...


Le principe est simple : On va farcir deux magrets de canards dont on a entaillé profondément la graisse (voir photos un peu plus bas) d'un peu de beurre mou, du zeste d'une belle orange, râpé très fin à la Microplane, et de brins de romarin frais. Un peu de fleur de sel, pas mal de poivre, pourquoi pas une pincée de piment d'Espelette ... 


rôtis garnis

On ficelle le rôti (il me restait quatre énormes magrets congelés ensemble, j'ai donc dû faire deux énormes rôtis !!!). Pour des leçons de ficelage, cherchez sur Internet, il y en a plein et c'est sympa d'avoir un rôti bien ficelé ...

ficelage

On repoivre les deux côtés de la bête et on met dans un plat allant au four avec un peu de graisse de canard au fond et quelques oignons coupés en morceaux.

les rôtis dans le plat

On enfourne à 210°C pour une bonne demi-heure, en arrosant souvent le rôti et en le retournant au bout de 20 minutes. Attention, suivant la taille de vos magrets, le temps de cuisson peut varier ...

L'important est surtout de bien penser, quand on le retire du four, à l'emballer dans une feuille d'alu et à le laisser reposer à température ambiante pendant 10 bonnes minutes, le temps que les chairs se détendent et que le sang se rediffuse dans l'ensemble du morceau de viande. C'est important et ça vous évitera les habituels magrets trop cuits à l'extérieur et sanguinolents, quasi-crus, au centre ...

les rôtis reposent

Pendant que le rôti repose, préparez votre sauce :

Il vous faudra :

- 10 g de sucre
- 1 dl de vinaigre de cidre
- 6 cl de Grand Marnier
- 1/4 litre de fond de canard (j'en ai tout un stock au congélateur depuis mon épopée samatanaise ...) ou de bouillon de volaille, à défaut
- 2 oranges, jus et zestes finement râpé
- 1/2 citron, jus et zeste finement râpé
- 3 oranges pelées à vif, dont vous récupérez les quartiers et le jus qui se sera écoulé

Vous videz la graisse de votre plat et vous déglacez le fond avec le jus des oranges et du citron. Vous réservez.

Dans une poêle, vous mettez faites caraméliser le sucre sans eau, vous ajoutez le vinaigre et vous faites bouillir 2 ou 3 minutes. Vous déglacez au Grand Marnier et vous versez alors doucement dessus votre fond de canard et le mélange issu du déglaçage de votre plat avec le jus des agrumes. Vous portez à nouveau à ébullition et vous ajoutez les zestes d'agrumes. Vous laissez réduire à feu vif quelques minutes, vous rectifiez l'assaisonnement, vous plongez dedans les quartiers d'orange réservés, juste le temps de les réchauffer, et vous servez avec le rôti, que vous aurez découpé en tranches épaisses après les 10 minutes de repos réglementaires. Avec des pâtes fraîches, c'est un vrai délice !

NB : Si votre plat, comme le mien, peut aller sans problème sur la flamme de votre cuisinière, vous pouvez faire tout cela directement dans le plat de cuisson. Sinon, un transvasement est nécessaire ...

rôti cuit

Pour le dessert, Clément nous a préparé de gros choux à la crème et aux fraises ...

clem et sa pâte à choux

... avec le livre que je lui ai rapporté de Paris. Un excellent livre, au demeurant.

Jérôme cellier

 Les Choux à la Crème d'après Jérôme Cellier ...

plaque de choux

Pour 24 à 26 petits choux, ou 9 ou 10 gros, comme ici ...

- 125 g d'eau
- 100 g de farine
- 50 g de beurre
- 3 œufs + un pour la dorure, si vous voulez les dorer
- 1 pincée de sel (alors là, moi, je mets une petite cuillerée à café de sel et une bonne cuillerée à café de sucre. Je préfère. )

Préparation :

1. Vous versez l'eau dans une casserole, vous ajoutez le beurre, le sel et, le cas échéant, le sucre, et vous portez à ébullition. Dès que l'eau bout, vous jetez dedans, en une seule fois, votre farine. Vous mélangez énergiquement et, en baissant le feu, vous continuez à remuer pour dessécher la pâte, jusqu'à ce que celle-ci se détache parfaitement des parois de la casserole et forme une boule qui ne colle plus quand on la touche.

2. Versez cette pâte dans un cul de poule, hors du feu, et continuez à remuer jusqu'à ce que plus aucune vapeur n'en sorte.

3. Ajoutez alors les œufs un par un. Vous les aurez battus légèrement auparavant, de façon à pouvoir en verser juste assez pour que la pâte soit, à la fin, souple, lisse et brillante. Si elle est trop compacte, ajoutez encore la moitié d'un œuf battu. Si elle est trop liquide ... c'est trop tard ! Tant pis pour vous, vos choux s'étaleront misérablement sur la plaque au dressage ! ;-)

Jérôme Cellier donne une astuce pour savoir si la pâte a la bonne consistance : Faites une empreinte avec votre doigt au fond du cul de poule. Si la pâte se rabat sur le trou, elle a la bonne consistance. Si elle ne se rabat pas et reste trop compacte, c'est là que vous rajoutez un peu d'œuf battu.

4. Dressez, à l'aide d'une poche à douille, des boules de pâte sur un tapis en silicone ou une plaque couverte de papier sulfurisé. Aplatissez légèrement, à l'aide de vos doigts humidifiés, la petite pointe laissée sur le haut des choux par la douille. Laissez un bon espace entre chaque car ils gonfleront à la cuisson. Là, vous pouvez les dorer ... ou non. Moi, je les préfère tels quels. Affaire de goût ... Si vous faites des chouquettes, cela dit, c'est le moment de les couvrir d'une bonne couche de sucre casson ...

chouquette

5. Enfournez à 200°C pour 20 à 25 minutes. Un peu plus si vous faites de gros choux. N'ouvrez surtout pas votre four durant les 15 premières minutes. Vos choux, même déjà montés, retomberaient comme le ferait un soufflé ... Les dernières minutes, vous pouvez juste entrouvrir le four en le coinçant ainsi avec une cuillère, pour que toute la vapeur puisse bien s'échapper.

6. Retirez du four lorsqu'ils ont la bonne couleur et qu'ils sont fermes. Laissez-les refroidir complètement, avant de les ouvrir en deux et de les fourrer avec une chantilly maison, nature, agrémentée de grains de vanille ou aromatisée à ce que vous voulez. Quelques fraises ... Un nuage de sucre glace et hop, on passe à la dégustation ! Merci Clément, tu es un chef !

pyramide de choux

Un petit café servi dans mon extraordinaire cadeau de fête des mères, ce service rapporté des Puces du Design ...

café et choux

Je reçois également la nouvelle série d'assiettes en mélamine de chez Fragonard ... J'adore !

assiettes

Et maintenant, je vous laisse souffler un peu ... jusqu'au prochain billet, qui prendra racine dans notre beau Sud ... et sous le soleil ! ;-)

À très vite !










 

66 commentaires:

  1. quel beau moment passé encore à paris aujourd'hui, je me suis régalée de toutes tes photos, de tes mots, j'adore vraiment tout ça !! bisous

    RépondreSupprimer
  2. Ah Paris ! J'y suis née, y ai vécu, rencontré mon mari, fait une partie de ma vie... Mais à l'époque c'était le vrai Paris où l'on pouvait se balader sans problèmes, les rues n'étaient pas taguées, pas de monuments modernes que je déteste car pour moi Paris c'était les immeubles en pierre, anciens, magiques aux entrées marbrées. Quand ils ont construit Pompidou à proximité de la cathédrale Notre Dame, nous étions en colère mon mari et moi, une horreur ces gros tuyaux qui ne ressemblaient en rien à de l'architecture parisienne. Puis, le Louvre et autres bâtiments. Une vraie horreur ce Paris qu'il est devenu. Nos quartiers étaient le Marais, Montmartre, St Michel, nous avions nos habitudes qui se perdaient au fil des ans. Par contre, on pouvait manger et danser à toute heure de la nuit, fallait connaître et c'était le rendez-vous des potes, boîte de nuit et tralala... Je suis heureuse d'avoir quitté ce petit pays il y a bien longtemps. Seule ma fille y travaille mais elle quitte intra-muros pour se rendre en campagne respirer et ne souhaite pas y aller le week-end, du tout. Sur Saint Malo, comme quand j'étais en Vendée, beaucoup de parisiens sont partis, ont tout quitté comme nous pour s'installer loin de cette capitale. Comme quoi tout change dans une vie, du simple au double, du bon au mauvais, seuls les souvenirs resteront à jamais gravés.
    En tous cas merci pour ce GRAND reportage et ces balades régales. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai de la chance, c'est sûr, d'aimer le mélange des genres. Tant qu'on ne détruit pas ce qui est beau et vieux, en tout cas. Mais je trouve quand même qu'à Paris comme, surtout, à Londres, ce mélange prend bien. Après, tout est affaire de goût, c'est certain. Ainsi va la vie. Les choses changent. je râle aussi lorsque des trucs que j'aime disparaissent ... tout en m'extasiant quand d'autres, chouettes aussi, ouvrent à leur place. ce n'est pas toujours le cas mais ça arrive parfois ! ;-) En tout cas, tes passages ici sont toujours appréciés et ça, ça ne changera pas ! :-) Bises et bonne journée, Mamounette

      Supprimer
  3. Quelle visite, une fois encore!!!!!!!!! ça donne forcément envie de prendre le TGV pour PARIS..... MERCI Hélène et belles vacances d'été!
    Pensées bourguignonnes
    NIC

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci NIC ! En plus, depuis la Bourgogne, Paris n'est pas bien loin ! Bises et à très vite

      Supprimer
  4. Tu sais chaque fois que je lis ton nouvel article, j'apprécie la visite qui me mènera comme toujours vers de fabuleuses recettes.
    Merci Hélène ;)
    Bon après midi, bises.
    Ps : je vais regarder sur tes anciens articles si tu ne parles pas de la région d'Anduze. J'y vais au mois d'août.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anduze, on y est passé il y a quelques années mais on ne s'y était pas arrêté longtemps, en fait. Cela dit, on avait trouvé la région très jolie ... Va voir par là si tu trouves un truc ou deux à ton goût. Bisous

      http://questcequonmange.blogspot.fr/2012/09/suite-des-vacances-dete-le-grand-aioli.html

      Supprimer
  5. J'ai tellement aimé les ponts superbes..et le pain d'Eric Kayser:)
    Je t'avoue.. en 1973..lorsque j'ai rencontré Jacques..so appartement était exactement comme aux puces de design..vraiment..
    C'eat vrai que Paris nous donne des ailes..:)
    Tu es encore beaucoup plus photos que moi..ce que je ne pensais était possible..dans mon billet de Montmartre..je reconnais plusieurs sites..c'est charmant Montmartre..et Mouffetard.. qui sera mon dernier billet..je crois que nous avons des photos similaires..
    quel guide touristique tu es..tu connais tout!
    Je dois avouer que l'on voyait de superbes buildings..dont nous ne savions pas le nom:(
    Il y a tellement de belles vues:)
    Merci pour ce superbe partage..le temps que tu y mets..l'affection.
    Et les recettes..Lala est vraiment admirable!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, maintenant, mes photos t'évoqueront encore bien plus de choses ... ;-) En tout cas, ton voyage, que je suis avec plaisir et intérêt, a été un concentré de belles choses. Tu as su choisir tes endroits et voir le plus beau de la ville. Et cela malgré le temps gris, les grèves et les ennuis pratiques du début !
      Bises et à très vite, Monique

      Supprimer
  6. Merci pour la balade en image que nous avons raté à cause des grèves. Tu as été gâtée pour la fête des mères ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est dommage parce que cette journée a été l'une des plus sympas de la semaine. Le seul jour où il ait fait vraiment beau, en fait ! ;-)

      Supprimer
  7. NB Tes assiettes:) ♥ Une collection? Jardin d'Eden aussi? Hihihi..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une collection ... de plus !!! J'ai du mal à résister à la vaisselle en général et chez Fragonard, on trouve des choses ravissantes ! ;-)

      Supprimer
  8. Très belle visite de Paris j'aimerai avoir la santé pour faire de même mais grâce à vous je voyage par l'esprit et je vous en remercie. J'attends le prochain billet, portez-vous bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voyage aussi beaucoup virtuellement, vous savez, et c'est là l'un des aspects magiques du partage via les blogs. À bientôt, donc.

      Supprimer
  9. Je suis parisienne (eh oui ! Toulousaine d'adoption...depuis 30 ans, certes mais élevée en région Parisienne) et tu nous fais déc ouvrir cette ville ! ce n'est pas la mienne ! par contre, je reconnais bien le climat du mois de mai...Bon, je garde cette article précieusement pour l prochaine visite...
    bonne soirée et merci de ce partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr qu'on voit la ville avec des yeux différents une fois que l'on n'y habite plus ! ;-) Bises, Agnès

      Supprimer
  10. Comme d'habitude, un régal de parcourir ton article..
    Et pour rester terre à terre, j'avais la même cocotte jaune que toi, je l'ai donnée faute de place lorsque je suis passée à l'induction.
    Et enfin, j'ai eu le grand privilège de prendre des cours de pâtisserie avec Jérôme Cellier j'ai d'ailleurs eu la grande surprise de me découvrir en photos sur plusieurs pages de ce joli livre que tu as offert à ton fils.
    Bisous Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais regarder mieux le livre, alors ! ;-) Bises, Michèle

      Supprimer
  11. Cela ne fait pas très longtemps que je suis moi même parisien mais je me plais à flâner à travers ton article dans tous ces coins de Paris que j'aime tant comme le Marais, la rue Mouffetard, le Jardin des Plantes, etc... Bravo au pâtissier pour ces magnifiques choux aux fraises terriblement gourmands!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'on a un peu la même façon de flâner, Romain ! :-) Je transmettrai les compliments au cuisinier, cela lui fera plaisir ! Bises

      Supprimer
  12. coucou hélène de cannes,
    quelle balade mais quelle merveilleuse balade dans paris, toutes ces rues ces quartiers magiques, moi l'ex-parigotte (!) devenue limougeaude je me régale !!!!
    merci de tout ce bonheur que tu m'apportes tout au long de ces billets.
    corinne de limoges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en en étant parti qu'on l'apprécie le plus, ce beau Paris ! ;-) Merci de tes toujours gentils passages par ici. Bises et à bientôt, Corinne

      Supprimer
  13. Une fois de plus, je viens de passer un très bon moment à paris....sans la pluie! découvertes ou redécouvertes, j'y prends toujours autant de plaisir.
    Je suis toujours admirative du nombre de km que tu fais à chaque fois! Quand nous y allons, nous marchons beaucoup aussi, forcément, mais je ne crois pas pouvoir te battre là dessus.
    Quant à cette nouvelle version pour moi du rôti de magrets, je la garde dans mes "à tester"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime la sensation d'épuisement à la fin des promenades dans les grandes villes. Tant que je ne le ressens pas,je continue, persuadée de n'en avoir pas vu assez ! C'est une espèce de drogue, en fait ... ;-) Bises, Babeth

      Supprimer
  14. Une magnifique promenade que tu nous offres encore une fois ma chère Hélène, très gourmand le rôti de magret et bravo à Clément pour les choux. Bisous et belle journée

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour ma belle Hélène,

    Comme tu le sais, ces filles du Roy et souvent de ''mauvaise vie'' ont peuplé avec grâce notre beau Québec. Voilà une bel héritage de notre joyeux passé! ;-)

    J'ai eu grand plaisir à découvrir les Recycleries et son jardin communautaire. Impressionnant à voir... j'adore le genre. Un jour, j'irai voir cela avec vous.

    J'ai aussi reconnu le canal St-Martin et bien d'autres lieux. Même sous un ciel gris et ouvert, Paris se fait une jolie ville, crois-moi.

    Au plaisir de te lire,

    AnneXX

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour toi que j'ai mis la photo, Anne ! ;-) Je savais qu'elle te plairait !
      Bisous

      Supprimer
  16. Paris est en constante mutation - et c'est bien, c'est beau de la voir vivre ainsi, avec ou sans pluie (aujourd'hui, grande nouvelle, il ne pleut pas), au rythme des manifestations, des affichages, des expos, au rythme de la promenade (quoique, comme toujours, votre rythme m'effraie).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, on n'est pas en vacances pour traîner, hein ? ;-)

      Supprimer
  17. comme vous le dites, en effet, vous êtes une faible...

    RépondreSupprimer
  18. Merci de me faire revivre mes voyages antérieurs..Ce fut une très belle balade et je rêve déjà de découvrir votre prochaine. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On restera dans notre Sud pour la prochaine balade. et puis ce sera la Grèce ... mais un peu plus tard, en toute fin d'été ! ;-) Merci de votre visite, Danielle, et à très vite

      Supprimer
  19. j'adore tes balades à Paris, les autres aussi bien sur mais celles là plus spécialement car tu nous montre toujours des endroits magique inédits pour les "touristes" que nous sommes ;-)
    bizzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On trouve toujours de quoi s'émerveiller, à Paris, tu as raison, Domi !
      Bises
      Hélène

      Supprimer
  20. Sympathique ballade à Paris malgré la pluie!
    Les assiettes Fragonard sont absolument magnifiques! Quel beau cadeau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les assiettes de chez Fragonard sont chaque année plus belles, c'est certain ! Je commence à en avoir une sérieuse collection ... Bises, Ingrid

      Supprimer
  21. J'ai mal aux pieds et aux cervicales ;o) mais ça vaut toujours le coup de te suivre dans paris même si ce n'est que virtuellement maintenant !!
    J'ai adoré la Recyclerie et les boutiques bobo, moi

    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore trotter dans les villes, tu le sais ! Tant pis pour les cervicales. En fait, chez moi, c'est souvent l'épaule droite qui trinque, à force de porter un sac qui pèse un âne mort tout en tenant en main l'appareil photo la journée entière, et en le dégainant à chaque seconde ! ;-) Il faudra que tu ailles faire un tour à la REcyclerie. Tu aimeras, c'est sûr !

      Supprimer
  22. J'adore Paris! Tes photos me donnent envie d'y retourner car je ne connais pas Bercy Village.
    Merci Hélène pour cette agréable balade dans Paris comme si l'on y était!
    Belle journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le quartier de Bercy vaut vraiment qu'on s'y arrête, et pas que pour les boutiques de Bercy Village, qui se révèlent plutôt décevantes car boutiques de "chaînes" plutôt que magasins originaux. Ils auraient pu faire mieux à ce niveau, je trouve. Pour le reste, j'adore !

      Supprimer
  23. un p'tit partage de photos et de souvenirs sous la pluie à bientôt pour d'autres avantures!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sandra. la prochaine balade sera sous un grand soleil, mais bien plus au Sud ! ;-)

      Supprimer
  24. Je ne connais pas très bien Paris à part le 13e arrondissement, oui Tang Frères et Paris Store alors merci pour cette magnifique balade sous la pluie certes mais bien rafraichissante. Cela me fait toujours autant plaisir de voir que vous n'oubliez pas votre maman dans vos promenades et cela les rend encore plus précieuses.
    Encore merci et toutes mes amitiés à toute la famille et surtout à la grand-mère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mariana, je transmettrai ! :-) Oui, Paris est décidément une bien belle ville, quel que soit le moment où on la visite. À bientôt pour d'autres promenades, donc.

      Supprimer
  25. c'est vrai que paris est une tres belle ville tres agreable de flaner dans ses rues et ses boutiques ! beaucoup de choses a visiter je compte y retourner cet ete
    bonne journee
    Samar

    RépondreSupprimer
  26. Depuis Montréal,où je lis ton blog depuis longtemps, je viens de voir les Infos. J'espère que toi et tous les tiens allez bien.

    RépondreSupprimer
  27. Merci, Pasbiengrande ... Nous sommes tous très choqués ce matin, avec le stress de découvrir que l'une ou l'autre de nos connaissances était là-bas hier soir ... Heureusement, mes deux garçons avaient renoncé hier soir à aller faire la fête à Nice ... Ils sont en sécurité et c'est déjà ça ... Bises et au plaisir de te relire. Hélène

    RépondreSupprimer
  28. Les petits choux sont justes superbes. C'est amusant rue chevaleret tu as photographié la maison d'une amie. Je me demandais pour tes séjours comment les prépares tu notamment comment choisis tu lieux pour les repas ?

    RépondreSupprimer
  29. Une pensée pour toi et ta famille qui êtes si près de Nice.
    Super circuit parisien que même la pluie ne peut pas gâter... Elyx by Yak est formidable et je me suis régalée avec tes photos du salon vintage. Un petit faible pour les fauteuils en peau de mouton mais refroidit par les tarifs !!! je n'ai lu que la moitié de ton billet, je reviens plus tard pour la suite.
    Bises

    RépondreSupprimer
  30. Je découvre toujours de beaux articles chez toi...ponctués de recettes fabuleuses!
    C'est toujours un plaisir de te lire;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Martine ! C'est toujours un plaisir que de te lire aussi par ici ! ;-) Bises

      Supprimer
  31. 2eme passage ! Je ne me lasse jamais de Paris. J'aime decouvrir et aussi revoir Paris avec ton regard. Cest incroyable , tu as pris en photo l'entrée de l'appartement d'une amie de mon fils à Montmartre. Les choux à la crème de ton fils ont l'air divin. Bizzz

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour Hélène,
    J'ai pensé à vous et a votre famille dans ces jours de tristesse. Je suis heureux de sentir que tous va bien avec vous et que vous étes en securité.
    Un gros bisou de l'Italie.
    Nicole

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nicole. Je réponds un peu tard à ce gentil message mais l'été a été dense ... Au plaisir de vous relire par ici ...

      Supprimer
  33. Hé bien quelle balade à travers Paris! j'ai beaucoup aimé la balade parmi les galeries couvertes pendant la pluie, super idée car une fois sur deux quand j'y vais... il pleut ^^ et aussi les puces du design , j'y étais allée il y a longtemps mais sans un sou en poche, j'aimerais bien y retourner pour m'acheter quelques meubles, pas sure d'avoir le budget même encore maintenant hihi!

    RépondreSupprimer
  34. Coucou ma chère Hélène,
    C'est toujours un bonheur que de te suivre, haletante, captivée par l'intensité de tes promenades toujours avec un fond de culture, un peu de shopping et de bonnes adresses. Je pense sincèrement que tu pourrais sincèrement rédiger un guide de tous les endroits visités par tes soins, et on serait nombreuses à l'acheter. Ah les assiettes fragonard...chaque nouvelle collec est une merveille. Bise bien amicale et au prochain périple

    RépondreSupprimer
  35. Ouh là là, et bien j'ai mal aux pattes avec tous ces kilomètres ;-)
    Vous êtes courageux et ta maman aussi.
    C'est cool de jouer aux touristes depuis son salon.Je connaissais peu de quartiers et j'ai aimé ton pèlerinage dans le quartier de ton enfance.

    Des bises Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien de se balader depuis son canapé mais quand même, je sais que tu préfères le faire en vrai ! ;-) Bises coco

      Supprimer
  36. Une jolie balade parisienne avec des lieux que je connaissais et d'autres qui me laisseront le loisir de les découvrir une prochaine fois...Très bel après-midi Hélène.

    RépondreSupprimer
  37. c'est tout a fait chez moi, ça ! l'église j d'arc est mon église, le square h et abélard mon square et la ligne 6 ma ligne je voulais faire faire le tour des nouvelles fresques de mon quartier mais j'ai le poignet droit casse et ca va attendre
    le marché st pierre, la butte, le sacre coeur, le terrain de jeu de mon enfance et la république, temple, le marais, est l'endroit de mes dernières années de travail.
    Ma vie en résumé quoi !
    Merci pour cette belle balade ou je découvre toujours qurlqur chose

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce gentil mot, Crisitane ! J'aime vraiment beaucoup ce quartier. À bientôt pour d'autres balades, alors ? :-)

      Supprimer