30 avril 2015

Un Petit Tour à Marseille aux Printemps ... Une Morue à la Provençale, des Alouettes sans Tête, une Daube de Bœuf et la Tarte aux Pignons de M. Gedda ...


mosaïque blog Marseille 2015

Je vous avais promis il y a quelques jours une promenade à Marseille ... Nous y voilà par un beau samedi d'avril ... C'est sympa, d'aller explorer la région pendant tout un week-end ... Et Marseille est une ville si attachante ! Nous commencerons donc la balade au beau milieu de la très longue rue Paradis, rendue célèbre par le film d'Henri Verneuil de 1992, dans lequel il raconte son enfance marseillaise de fils d'Arméniens. Un très joli film ...

rue Paradis

Notre hôtel est placé à deux pas de la place Estrangin-Pastré, au milieu de laquelle trône cette belle fontaine. Une fontaine offerte à la ville en 1887 par le négociant Henri Estrangin, pour décorer la place Paradis sur laquelle donne son hôtel particulier. Il souhaite à la fois réduire le chahut de de la place et rendre hommage aux activité commerciales de Marseille.

Le projet est alors confié à Joseph Letz, l'architecte du département, et au sculpteur André Allar. Ainsi naît cette belle allégorie de Marseille ... Le groupe sculpté qui coiffe la fontaine représente Marseille, qui tient une corne d'abondance et s'appuie sur un Mercure enfant (le dieu du Commerce), avec à ses pieds une sirène, la Méditerranée, qui tient dans ses mains une corne d'abondance ...

Représentés sous forme de bustes autour de la vasque, le Rhône et de la Durance, les deux fleuves de la région, ainsi que les quatre continents connus à l'époque, l'Europe, l'Asie, l'Afrique et l'Amérique, avec lesquels Marseille commerce ..

Et si vous regardez bien, vous verrez que l'Amérique est représentée par un Indien à l'allure fière et déterminée ...

fontaine estrangin

Redescendons donc la rue Paradis en direction du Vieux Port ... On croise, chemin faisant, des ruelles longues et pentues, comme ici, la rue Grignan ... Vous vous souvenez de qui était M. de Grignan ? Pour celles et ceux qui auraient oublié, il fut le gendre de Madame de Sévigné, le mari de Françoise de Sévigné, en fait, et son nom revient très souvent dans les fameuses lettres que nous avons tous plus ou moins étudiées à l'école ...

rue Grignan

Continuons notre descente ... La rue est animée ...

rue Sainte

... et bordée de belles boutiques anciennes ...

armes et munitions de chasse

... comme cette armurerie Gatimel, ouverte depuis 1830 ...

Gatimel

Juste en dessous, dans la rue Francis Davso, une boulangerie mérite que l'on fasse un arrêt ... La Boulangerie Aixoise ...

la boulangerie aixoise

Merci le Routard. Sans toi, on serait passé à côté sans rien voir ... ;o)

pâtisserie aixoise

... et on aurait loupé à coup sûr ...

biscuits

... ces exquises navettes, dont nous rapporterons un gros sac à la maison ...

navettes

Nous goûtons sur place la fameuse tarte aux pignons, celle dont les pignons sont posés sur une épaisse couche moelleuse de crème d'amandes et de fruits confits ... Un vrai régal, et exactement le même goût que celle que nous avions appris à préparer chez le grand Guy Gedda, dans sa cuisine de Bormes les Mimosas ... 

 tarte aux pignons gedda

... et que je vous redonne ici immédiatement ... Une des gourmandises les plus merveilleuses de la région, cette tarte-là ...


tarte aux pignons


La Tarte aux Pignons de Guy Gedda ... 

Ingrédients pour 2 tartes de 24 cm de diamètre : 

Pour la pâte sablée : 

 - 250 gr de farine
- 1 pincée de sel
- 2 cuillerées à soupe de sucre
- 125 gr de beurre
- l jaune d'œuf
- 3 cuillerées à soupe d'eau

Pour la garniture: 

- 175g de sucre glace
- 175 g de poudre d'amande
- 200 gr de beurre mou
- 5 œufs
- 200 g d'écorces d'orange confite coupées en petits dés
- 3 cuillerées à soupe de rhum
- 200 gr de pignons
- 2 cuillerées à soupe de raisins secs macérés dans du rhum.

 Préparation :

1. Préparez la pâte sablée en mélangeant du bout des doigts les ingrédients. Rassemblez la pâte en boule et laissez-la reposer quelques heures au frais, si possible.

2. Préchauffez le four à 200°C.

3. Pour la garniture, mélangez énergiquement tous les ingrédients, en ajoutant en dernier lieu les écorces confites et les raisins.

4. Étalez la pâte sur 3 mm d'épaisseur, et foncez les moules (2 petits ou 1 grand). Versez la garniture sur la pâte, lissez avec une cuillère. Recouvrez les tartes d'une couche de pignons. Appuyez légèrement dessus avec les doigts pour enfoncer un peu les pignons.

5. Enfournez pour 35 à 40 min 200/220°. Démoulez les tartes une fois refroidies.

tarte aux pignons et compote d'abricots au romarin.jpg

Quand j'y repense ! Quel merveilleux souvenir que ces cours de cuisine-là ... Ils m'ont appris à connaître et apprécier la cuisine de la Provence que je commençais juste à investir ...

guy gedda

 Ainsi requinqués, nous repartons et arrivons enfin sur le Vieux Port ...

arrrivée sur le Vieux Port

Je découvre enfin ce miroir immense qu'est l'Ombrière de l'architecte britannique Norman Foster, installé sur le Quai de la Fraternité depuis Avril 2013 ...

miroir du Vieux POrt 2

D'une surface d'un peu plus de 1000 m², cette structure en acier inoxydable permet aux passants de faire des photos ... tout à fait renversantes ! ;o) Se poteaux sont enfouis dans le sol à 16 mètres de profondeur ... C'est qu'il ne faudrait pas qu'il s'envole lors d'un grand coup de Mistral, ce toit ...

miroir du Vieux Port

Une jolie réussite, je trouve ... Le Vieux Port n'en a pas perdu son âme, en tout cas ...

roue du port

C'est vraiment beau, hein, le Vieux Port ?

la mer au Vieux POrt

Derrière nous, à l'entrée de la Canebière, voici le Club Pernod ...

51

Remontons la Canebière, justement ...  Un petit arrêt devant la tourelle de la COMEX ...

COMEX

On essaye de ne pas se faire écraser par le nouveau tramway ...

TRAM

... et on file à la Maison Empereur passer quelques ... heures ???? ... avant qu'elle ne ferme ...

maison Emprereur

La Maison Empereur est située dans le quartier Noailles, un très vieux quartier de Marseille surnommé aussi "Le Ventre de Marseille" ...  Un coin plutôt aristocratique jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, avec quelques très belles demeures, puis plus bourgeois, accueillant d'élégantes boutiques après la Révolution. Avec l'augmentation de la circulation, ces beaux commerces migreront dans la rue Saint-Ferréol et le quartier se fera plus populaire ...

hotel rome saint pierre

Aujourd'hui encore, don, Noailles reste un coin populaire, à la population bigarrée, mais je trouve toujours agréable d'aller y prendre un bain de foule ... Patientez un instant, je vais vous montrer ...

restaurant le femina

Mais en attendant, entrons dans la Maison Empereur ... C'est Monique, du délicieux blog "La Table de Nana", qui m'a donné envie de retourner y faire un tour, en m'envoyant, parmi plein de jolies choses, un DVD de Josée di Stasio consacré à Marseille ...

À la Di Stasio

La dame passe par toutes les plus belles boutiques de la ville, et bavarde de façon joliment enjouée avec les commerçants. C'est gai et enlevé, très agréable à regarder, par conséquent. Je connais certaines de ces boutiques ... La Maison Empereur en fait partie ... Il m'en reste quelques-unes à découvrir, néanmoins ... ;o)

 filets et moulins à café

On est ici dans la plus ancienne droguerie de France, paraît-il. Installée dans le quartier de la Bourse depuis 1827, elle eut pour premier propriétaire un certain François Empereur, taillandier de son état. En 1845, la quincaillerie partit s'installer rue d’Aubagne. L'histoire de la maison Empereur reste depuis le commencement une histoire de famille - six générations s'y sont déjà succédé -, et il serait plus que dommage de passer par Marseille sans aller la visiter.

entrée de la Maison Empereur

La philosophie de la maison, c'est de privilégier la qualité et l'édition originale. Vous trouverez chez Empereur des milliers d'objets du quotidien rares ou insolites, toujours liés aux univers de la quincaillerie, de la droguerie, des arts culinaires ou de la coutellerie.

 presse à canards

Trente-mille références, toutes témoins de la tradition artisanale et manufacturière de la France ou, plus largement, de partout où l'on fait de belles choses ...

 paniers

Chez Empereur, on prend son temps. Le client prend tout son temps pour regarder, rêver, choisir ... Les vendeurs, eux, prennent le temps de conseiller les clients et de leur glisser quelques mots sympathiques au passage ...

roulettes

Cherchez-vous un panier particulier, un gaufrier spécial, une presse pour réussir aussi bien qu'à la Tour d'Argent votre canard au sang, de belles brosses pour nettoyer vos objets en laque ou bien encore de ces filets à provisions en coton que l'on utilisait lorsque j'étais petite ? Tout est là, sous vos yeux, et vous ne saurez vite plus où donner de la tête !

filets

De la serpillère ...

serpillères au mètre

... ou du torchon au mètre ?

torchons

C'est ici aussi !


Une bassine en zinc, une pelle et un râteau, une moustiquaire, un hamac pour deux ou un barbecue géant ? Vous serez exaucé aussi !

BBQ

La boutique est grande, très grande ... Il vous sera difficile de ressortir les mains vides, croyez-moi !

serpillères

Fin de la journée au marché de Noailles, sur la place des Capucins. Il est pratique, ce marché, ouvert tous les jours de 8 heures à 19 heures ... Et pas cher du tout, de surcroît ...

marché du soir

On rejoint le Vieux Port à l'heure de l'apéritif ... Un petit pastis ...

pastis

... au Bar de la Marine ...

bar de la marine

Et même si César, Escartefigue, Panisse et M. Brun n'y ont jamais mis les pieds et encore moins fait des parties de manille ... oui, même si cette découverte va, je le sais, vous fendre le coeur ... il n'en reste pas moins que c'est un joli bar qui mérite bien que l'on s'y attable un petit instant.

bar d ela marine 2

Une bouillabaisse plus tard, nous laissons derrière nous le Vieux Port illuminé et retournons dormir à notre joli hôtel de la rue Dragon ... Une petite marche ne nous fera pas de mal ... ;o)

vieus port la nuit

Le lendemain matin, nous quittons tôt l'hôtel. Le quartier dort encore.

antiquités

En même temps, dans le quartier des Antiquaires, peu de choses sont ouvertes, le dimanche ...

quartier des Antiquaires

Ce coiffeur, à la jolie devanture, n'échappe pas à la règle ... Le temps semble s'être figé ...

coiffeur

On rejoint la Canebière ... On passe devant le Grand Hôtel de Noailles,  édifié en 1862, le plus grand et célèbre hôtel de Marseille ... et devenu aujourd'hui ... un commissariat ! On dit que c'est dans le piano-bar de cet hôtel que Charles Trenet donna sa première représentation en public ...

grand hôtel

Bon, errons maintenant  un peu dans les ruelles derrière le Vieux Port ... Au loin, Notre-Dame de la Garde, appelée affectueusement "la Bonne Mère" par les Marseillais, veille sur la ville ...

trouée sur la bonne mère

Oups ... Cette sardine-là ne bouchera pas le port ... ;o)

la sardine

Le dimanche matin, le Quai du Port est bien calme ...

e vieux port de bon matin

Il est temps de petit-déjeuner !

le petit pernod

Allez, on va faire les vrais touristes. Un passage obligé lors de nos week-ends marseillais ...

petit dej sur le vieux port

Première lecture du jour ... la plus importante ... ;o)

météo

Puis seconde lecture, sans doute plus culturelle, devant un délicieux p'tit-déj ...

petit dej

Après la bouillabaisse d'hier soir, voilà qu'on nous suggère un aïoli à midi. Pourquoi pas ? C'est bon, un aïoli bien fait, à la vraie morue salée ... On réserve donc une table à l'Hippocampe et on part vadrouiller un peu.

clem choisit son menu

La première des choses à faire est de profiter de ce temps divin ...

petit bateau

Quoi de mieux que d'aller regarder les pêcheurs arriver et déballer leur poisson ultra-frais sur le quai ?
 les mâts du Vieux Port

Le marché aux poissons est une belle attraction, prisée autant par les locaux que par les touristes ...

le marché aux Poissons

Plusieurs bateaux sont déjà là ...

marché 1

Les autres ne tarderont pas à arriver.

clem à Marseille

Pendant que les femmes vendent le poisson, les pêcheurs s'occupent de leurs filets. ils les rangent ...

le retour du pêcheur

... ou les raccommodent en bavardant. Ah, le joli accent des Marseillais !

racommodage de filets

Je vous laisse faire un petit tour et regarder ce que vous aimeriez acheter.

poulpes de roche

Faites attention, le poulpe est un animal fugueur. ;o)

pêcheur de poulpe

Vous voulez mettre du congre dans votre soupe de poisson ?

congres

 Ce n'est pas cela qui manque, par ici ...

 main et congres

Ah, voilà un nouvel arrivage !

arrivée du pêcheur

Étonnant comme le poisson est rapidement installé sur les tables !

filets

Les rougets de roche sont extra-frais ...

rougets

Ils frétillent encore dans la balance ...

pesée

Ça vous dirait, un œil de Sainte-Lucie ? On en vend beaucoup, par ici. Il paraît que ça porte bonheur.

yeux de sainte lucie

Si vous ne voulez pas de rouget aujourd'hui, peut-être succomberez-vous aux charmes (gustatifs, pas visuels, cela s'entend ...) d'une "belle" baudroie ?


C'est vraiment très, très moche mais qu'est-ce que c'est bon !

poissons plats

Et puis de toute façon, quel que soit le poisson que vous achetiez, on vous le préparera en deux temps, trois mouvements. Ils sont d'une dextérité incroyable, ces gens-là !

couteau

Voilà un oiseau qui a tout compris.

joli cormoran

Ce cormoran a trouvé comment attraper de la nourriture toute fraîche sans trop se fatiguer ...


Il se met sous les bateaux qui arrivent et chope toutes les sardines qui tombent des filets.

cormoran pêcheur

Futée, la bestiole !

tête de cormoran

Les sardines rescapées sont très prisées par les clients du marché. Il y a une véritable cohue autour de la seule table qui en vende, ce matin. Il faut dire que c'est un poisson peu cher et vraiment frais.

sardines

Bon, la murène, je ne suis pas fan ...

nasse

Pas fan du tout. Ça me dégoûte un peu. Même lorsque je faisais de la plongée sous-marine, je n'aimais pas trop la rencontrer, celle-là ! ;o)

murènes

Le mérou, par contre,  me tente vraiment plus ...

mérou

Bon, alors, on se décide ?

tête de congre

Je vous laisse faire votre choix.

découpe

Et puis pendant ce temps, je vais vous donner une petite recette ...

murène ficelée

Une recette à base de morue salée qui n'est pas l'aïoli ...

marue à la provençale

Morue à la Provençale ...

Ingrédient :

- 500 g de filets de morue salée, dessalés
- Farine
- Sel, poivre
- 1 kg de petites pommes de terre nouvelles brossées et coupées en quartiers pas trop petits.
- 500 g de tomates cerises
- Une bonne poignée de petites olives noires de Nice
- Un petit bouquet de persil
- 3 gousses d'ail haché
- Huile d'olive

Préparation :

1. Séchez la morue dessalée et coupez-la en lamelles. Farinez ces lamelles et réservez.

2. Placez les tomates cerises dans un plat, saupoudrez-les de thym et de romarin secs. Salez et poivrez. Arrosez d'un filet d'huile d'olive et faites rôtir à four très chaud jusqu'à ce que les tomates soient prêtes à éclater.

3. Dans une poêle, faites sauter vos pommes de terre dans de l'huile d'olive. Ajoutez dans la poêle l'ail haché en fin de cuisson des pommes de terre. Retirez les pommes de terre de la poêle. Remettez un peu d'huile d'olive et faites sauter les lamelles de morue farinées. Pour servir, remettez les pommes de terre dans la poêle, remuez délicatement pour ne pas écraser la morue. Répartissez à la surface les olives et les tomates rôties. Saupoudrez de persil haché. Servez immédiatement et régalez-vous.


morue aux olives

C'est bon, vous êtes requinqués ? On reprend donc ...

miroir port de marseille

Enfin, si Clem se lève ! ;o)

clem

Le ciel est magnifique, aujourd'hui ...

ciel marseillais

On remonte la Canebière jusqu'à la rue de Rome. Vous avez vu comme elle est calme, aujourd'hui ? Il faut dire que le tramway n'étant pas tout à fait terminé par ici, la rue, que l'on connaît d'habitude plutôt encombrée, semble abandonnée. Mais cela ne saurait durer ... ;o)

rue de Rome

L'immeuble de l'herboristerie du Père Blaize aurait besoin d'un petit coup de rénovation, lui aussi ...

pharmacie du pere blaize

Installée ici depuis 1815, la boutique est, un peu comme la Maison Empereur, un incontournable si l'on visite Marseille ...

blaize

Je ne peux vous en montrer l'intérieur cette fois-ci. Dommage, ses comptoirs en bois ont un cachet certain. On est dimanche et l'endroit est fermé. Ce sera pour une prochaine fois, donc ...

père blaize 1

Remontons maintenant la rue d'Aubagne, dans ce quartier de Noailles dont je vous parlais tout à l'heure ... Voilà une toute petite échoppe étonnante ... Chez Jacques, Fils et Petit-Fils ... Encore fermé aujourd'hui ... Dommage, j'aurais dû vous la photographier hier soir mais la lumière n'était pas bonne ... Ici, depuis une quinzaine d'année, une famille, les Mulateri, écoule la production laitière de sa ferme. Une enclave paysanne dans la ville. Une vraie bonne affaire pour les clients qui se peuvent ainsi se régaler de bon lait cru autant que de lait fermenté ou caillé ... Chaque communauté peut y trouver son compte ... C'est ce que j'aime bien, dans le quartier Noailles ...

lait cru

Si vous cherchez des fruits et légumes à bon prix ...

soleil d'orient

... c'est par ici qu'il faut venir aussi ...

oranges

Ici, le commerce n'est pas qu'alimentaire.

la paradis d'épices

Avec ses airs de medina, le quartier offre au visiteur des échoppes emplies de senteurs exotiques et de produits d'ailleurs ...

riz et savons

Les plaisirs du corps et de la bouche sont au rendez-vous ... Ici, on s'occupe de soi et des siens ...

savon noir et beurre de karité

Voulez-vous faire un voyage en Afrique du Nord, en Turquie, en Afrique, en Inde ou encore en Arménie ?

 stockfish

C'est ici qu'il faut venir vous promener ... Les olives, les citrons confits côtoient le smen et l'huile d'olive, le soudjouk et le stockfish, le thé à la menthe ou le café turc, la poudre de molokhia ou encore les épices pour préparer le meilleur tandoori du monde ... ;o)

olives

Cherchez-vous du savon noir, du beurre de karité ?

savons encore

De quelles céréales et graines aurez-vous envie aujourd'hui ? Ou besoin. Parce que les envies deviennent de vrais besoins ... et ces besoins deviennent irrépressibles, quand on se promène au milieu de ces boutiques-là ... ;o))

céréales

Orge perlé ou grillé et réduit en farine, millet, boulgour, frik, fèves séchées et cocos en tout genre ... On voudrait tout prendre et se mettre en cuisine ...

la caverne d'ali baba

Quant aux épices. Ah, les épices !!! Le choix est juste inimaginable !

colorant alimentaire

Et puis si vous aimez les dattes, entières ou déjà dénoyautées et un peu déchiquetées pour préparer bradjs et autres makrouds, vous serez bien servis, ici ...

dattes

Enfin, si vous avez un petit creux, ou si, comme moi, vous souhaitez rapporter votre dîner à la maison, l'endroit que je vous conseille est le Soleil d'Égypte, au 9 rue Longue des Capucines ...

treeses et fricassés

Ici, on fabrique en famille des spécialités orientales très appréciées dans le quartier.

femmes en cuisine

Les galettes, les pains, les tresses fourrées aux parfums méditerranéens, les boureks farcis de viande épicée, les fricassés ... tout y est délicieux. Achetez dans la boutique à côté quelques tomates, deux ou trois piments et un bouquet de coriandre ... et vous aurez là de quoi faire un excellent repas ...

 pain marocain et melwi

Pour en terminer avec ce quartier ... pour cette fois-ci tout au moins ... voilà encore un exemple de ce qui rend le quartier Noailles bien vivant ... Le retour du crieur public ... Vous avez besoin de faire passer un message à vos voisins ? Le crieur public est à votre disposition ...

crieur public 2

Cherchez bien les petites boîtes aux lettres dans lesquelles vous glisserez vos requêtes ... Il y en a cinq dans le quartier. L'idée est jolie, non, même si elle n'est pas nouvelle ?

crieur public

 Rebroussons chemin, maintenant. Si nous traînons encore, nous allons louper notre réservation à l'Hippocampe ! ;o) En passant dans la rue de Rome, une ancienne enseigne rappelle qu'ici se trouvait, depuis 1760, la confiserie Dromel Aîné. À l'époque, la famille Dromel importait et commercialisait les denrées rares arrivant des colonies françaises ... Café, sucre, cacao, thés, épices ...

On raconte d'ailleurs que Monsieur Dromel fut à l’origine du cube de sucre en inventant une machine à découper les pains entiers.

Le magasin de la rue de Rome a fermé ses portes en Juillet 2010. La boutique est aujourd'hui au 19 Avenue du Prado. Je vous y emmènerai faire une petite dégustation une prochaine fois. Il paraît que les marrons glacés y sont divins ... ;o)

dromel ainé

Revenons vers la Canebière ... Au 5 du cours Saint-Louis, une très belle boutique centenaire accueille une chapellerie ...

la chapelleire

La Chapellerie Marseillaise ... Tout un programme ! ;o)

casquette marseillaise

Et encore une fois, attention au tram !

tram 2

Surtout quand vous levez le nez pour admirer les jolies façades !

L.REY, Joailler

Nous revoilà en bas de la Canebière, devant la Chambre de Commerce.

chambre de commerce

On passe devant un joli plat de bouillabaisse ...

la bouillabaisse du miramar

... mais on s'attable à l'Hippocampe, en plein soleil ...

clem devant son aïoli

... devant un aïoli divin ...

portier

... et fort bien servi.

L'aïoli de l'hippocampe

Une belle crème catalane au dessert, et un café servi avec de délicieux petits rochers au chocolat ...

dessert

Un excellent déjeuner.

restaurant l'hippocampe

À Marseille, certaines cagoles sont plus appréciées que d'autres ... ;o)

la cagole

Bon, on fait quelques pas sur le port ?

promenade sur le Vieux Port

Ça fait du bien, de regarder les bateaux.

la bonne mère

 C'est reposant, même.

pointus

C'est un joli port, le Vieux Port de Marseille.

groupe amical des canotiers phocéens

On poursuit ?

vieux bateliers marseillais

Là, nous sommes devant la mairie.

mairie

Nous ne prendrons pas le "Ferry Boat" (prononcez féri boîte !) aujourd'hui ...

ferry boat

Par contre, comme j'adore passer devant les immeubles Pouillon,  je ne m'en priverai pas, encore une fois.

pouillon

Vous arrêterez-vous pour acheter une bonne bouteille de pastis ou quelques vrais savons de Marseille ? Vous avez là les boutiques dont vous aurez besoin.

maison du pastis

Saluez la Bonne Mère au passage ...

la bonne mère 2

... et entrez dans le Fort Saint-Jean.

fenêtre sur ciel

Clément ne connaît pas encore le MuCEM ...

clem bonne mère

... et il a hâte de la découvrir.

la tour du fort saint-jean

Je dois bien avouer que je suis heureuse de le voir séduit par l'esthétique du lieu.

pointu au MuCEM

Nous ne visiterons pas les expositions. Pas le temps et puis de toute façon, on a vu celle de Raymond Depardon à Paris, l'an dernier ...

depardon

On arrive devant l'entrée. La prochaine fois que nous viendrons, nous irons visiter le musée Regards de Provence, que vous voyez ici et qui est installé dans l'ancienne Station Sanitaire de Marseille, un autre bâtiment de Fernand Pouillon construit en 1948 pour accueillir les migrants qui arrivaient à Marseille (et surveiller leur état de santé pour éviter les risques d'épidémie ...). Le bâtiment, qui fut très vite abandonné et laissé dans un état catastrophique, squatté puis muré et promis à la démolition, revit, 65 ans plus tard, grâce à un collectionneur d'art marseillais, Pierre Dumon, qui en 2010 a racheté le site. Après 18 mois de travaux, en Mars 2013, le musée Regards de Provence a ouvert. Et je ne l'ai toujours pas visité ! ;o)

musée provençal

Nous n'irons pas au cirque non plus, même si la caravane Pinder a fière allure sur l'esplanade du MuCEM.

pinder et église

On rentre par contre dans le musée pour voir les parties visitables hors expositions temporaires.

terrasse du mucem

Pour admirer la jolie vue, aussi ...

mucem et ciel

Elle vaut vraiment le coup, la vue ...

mucem et cathedrale

On se promène un moment sur le Fort Saint-Jean, après avoir emprunté la longue passerelle de béton fibré.

le fort saint jean

La balade plaît à Clément. À nous aussi, d'ailleurs ...

food

Un petit tour à la librairie du musée, très bien achalandée en ouvrages sur la ville ...

lirairie du Mucem

J'en profite pour racheter un guide. Vous savez combien j'aime les guides ! ;o)

weekend à Marseile

À la sortie du musée, un poteau métallique sur lequel les visiteurs du MuCEM collent les petites pastilles colorées qu'on leur remet à l'entrée des expositions ...

tickets

On passe devant l'église Saint-Laurent, tellement bien restaurée et élégante avec son style Roman Provençal ...

eglise panier

Tiens, voilà une exposition à voir à tout prix !

time capsule

On est tout de suite dans le Panier. Nous sommes ici sur le site historique d'implantation de la colonie grecque de Massalia en 600 ans avant J-C. C'est l'un des plus anciens quartiers de la ville. Il fut aussi le premier lieu d'implantation des immigrés à Marseille. Il reste encore aujourd'hui marqué par ces vagues d'immigrations, et de nombreuses familles d'origine corse ou d'Afrique du Nord y vivent toujours.

 chichi

Longtemps considéré comme un quartier insalubre, le Panier fait aujourd'hui l'objet de nombreuses réhabilitations. Le processus de gentrification est enclenché ...

Le Panier devient peu à peu un quartier touristique : des ateliers d'artistes y ont été créés dans le quartier et des boutiques plutôt "bobo" s'y ouvrent. Les adeptes de la série télévisée "Plus belle la vie" seront contents de savoir que les décors du "Mistral" sont largement inspirés du Panier ! ;o))

enfant dans l'escalier

Cette mouette s'est posée sur un muret de la Place de la Lenche, à l'emplacement de l'ancienne agora grecque et de l'ancien forum romain.

mouette place de lenche

Je vais vous laisser faire quelques pas tout seuls ...

under art ground

Je suis sûre que vous serez conquis.

bar des 13 coins

La Panier, c'est vraiment le Marseille que l'on s'imagine lorsque l'on n'est jamais venu dans cette ville.

sandwiches à toute heure

Les ruelles étroites qui grimpent ...

jolie porte du panier

Les vierges à l'angle des maisons ...

vierge bleue

Toute une vie qui s'écoule tranquillement ...

volets jaunes

Oui, c'est sûr, ici, c'est Marseille ! ;o)

oiseeau marseillais

On s'exprime, dans le Panier ... À la Marseillaise ... Avé l'accent ...

le p$êcheur

... et le pastaga !

les apéros du panier

Tiens, je vous montre cette -très- petite boutique ... 72 % Pétanque ... qui regorge de jolis savons. De vrais savons de Marseille, ce qui est loin d'être toujours le cas aujourd'hui ... Natures, bien sûr, mais aussi au concombre, à la peau de tomate, au pastis ou encore au melon ... Sous forme de cubes, de paillettes ou encore découpés sur place en forme de sardine, pour votre peau ou bien pour votre linge ... Le choix est large et vous ne repartirez jamais les mains vides. Un conseil, choisissez un moment où il y a peu de monde car la boutique est minuscule ... Quand il y a trop de monde, on a un peu de mal à circuler et à tout regarder ... ;o)

pétanque

Bon, comme je vous le disais, le quartier est en pleine restructuration ...

au vieux panier

Alors j'en profite pour photographier les anciennes devantures avant qu'elles ne disparaissent ...

huiles, vins

Certaines seront conservées, certes ... Cela fait partie du cachet du Panier et c'est plutôt vendeur ...

bazar du panier

Enfin, nous verrons ... Dans le doute, je photographie, comme je vous le disais ... ;o)

ppot de fleur

En tout cas, les coins rénovés sont vraiment sympas ...

linge qui sèche

Et puis si un commerce attractif s'y réinstalle, ce sera chouette.

magfasin cagole

Le seul truc, c'est qu'il faudrait que cela reste un quartier où chacun trouve sa place. Parce qu'on sait que la gentrification n'a pas toujours que de bons côtés ... surtout pour les populations d'origine ...

église

Bon, on redescend sur le Vieux Port. Au passage, je m'arrête devant ce bas-relief, placé au-dessus de la porte d'entrée du 5 rue de la Prison ...

( rue de la prison

"La Méditerranée "... Une œuvre d'Oscar Eichacker (1881-1961), sculpteur et peintre, qui fut élève puis professeur de l’École des Beaux-Arts de Marseille et dont on retrouve beaucoup de travaux un peu partout dans les rues de Marseille. C'est joli, non ?

eichaker

On passe ensuite devant l'Hôtel-Dieu, l'un des grands monuments de Marseille, édifié au 18ème siècle, et qui a été récemment reconverti en hôtel de luxe, ce qui n'a pas été du goût de tous les Marseillais. Ce qui peut se comprendre, entre nous soit dit ... mais ainsi va la vie ...

hotel dieu 2

Et Marseille devient très belle, ça, c'est sûr !

hotel belle-vue

Fin de la journée au-dessus de la calanque de Sormiou ...

calanque 2

La lumière de fin de journée est tout à fait somptueuse ...

calanque

Et un jour peut-être, je saurai ce que fait cette maisonnette perchée par ici ... ;o)

petite maison

Bon, une petite pause gourmande ? On reste en Provence, hein ? Et si on se faisait quelques paupiettes ? C'est bon, les paupiettes. Enfin, c'est bon lorsqu'on a de bons ingrédients, en fait. Parce que ça peut être franchement dégueu, les paupiettes, aussi. Vingt ans de restauration collective m'en avaient dégoûtée ...

Bon, je vais vous dire comment je fais. Vite fait ...

 Les Alouettes sans Tête comme en Provence ...

Je fais rôtir à four chaud quelques tomates cerises avec un peu d'huile d'olive.

tomates cerises

Oui je sais, je suis une maniaque de la tomate rôtie ... Mais c'est si bon !

tomates cuites

Pendant qu'elles dorent, je prépare mes paupiettes. Ou mes alouettes sans tête, comme on dit ici. Ou mes oiseaux sans queue, comme on disait chez ma grand-mère, en Bourgogne ... Du très bon veau, donc ... Et puis le meilleur bacon que vous puissiez trouver. Et puis de la très bonne chair à saucisse. Moi, ce que je préfère utiliser, finalement, c'est l'excellente saucisse anglaise Cumberland de chez mon boucher. La boucherie Fabre, au marché Forville.

pour faire des paupiettes

Je prépare de petites paupiettes ... J'adore les toutes petites paupiettes ... C'est plus joli dans l'assiette et on ne mange pas que de la chair à saucisse ... Affaire de goût, cela dit ...

une paupiette ouverte

Bon, le problème, quand on fait de toutes petites paupiettes, c'est le ficelage. Mais avec un peu de bonne volonté ... et beaucoup de patience ... on y arrive !

paupiettes fermées

On les met à dorer dans une cocotte avec une noix de beurre et un peu d'huile ... On le fait en plusieurs fois. Ça dore mieux ... On retire de la cocotte et on met à dorer à la place de la viande un ou deux beaux oignons émincés ... Lorsqu'ils ont bien fondu, on ajoute de l'ail haché. La quantité qu'on aime ... et puis on remet tout dans la cocotte. Des fois, je mets aussi quelques gros lardons, taillés dans une épaisse tranche de lard fumé. Pour le goût fumé. Mais pas toujours ... J'ajoute enfin de la tomate pelée (en hiver, les tomates en boîte sont bien meilleures que les fraîches ... gardez cela bien à l'esprit ...). Pas mal d'herbes, aussi. Du thym, du romarin. Et puis de la sauge, qui va si bien avec les viandes blanches ... Du sel, du poivre, une pincée de sucre pour contre-balancer l'acidité des tomates ... et je couvre. Je laisse compoter une bonne demi-heure, jusqu'à ce que la sauce soit épaisse et les tomates, comme confites ...

paupiettes revenues

Je remets ensuite les paupiettes dans la cocotte, je mélange et je couvre. Je laisse mijoter à feu doux une vingtaine de minutes ... Je m'adapte à la taille de mes paupiettes, en fait ... Il ne faudrait pas qu'elles durcissent à la cuisson, non plus ... ;o)

plat d epaupiettes 1

Au moment de servir, je pose sur le dessus de la cocotte les tomates cerises brûlantes. Du persil haché aussi. Pour la couleur autant que pour le goût ...

paupietets 2

Je sers avec des pâtes et du fromage râpé, comme on fait en Provence ... Et c'est bon ... c'est bon !!!

assiette d epaupiettes

Puisque nous sommes dans la vraie Provence, que diriez-vous de découvrir le joli Musée du Terroir Marseillais à Château-Gombert ?

panneau chateau gombert

Château-Gombert, c'est un quartier du 13ème arrondissement de Marseille aux allures de village.

fontaine de chateau gombert

Une place centrale avec une jolie fontaine, une église et un monument aux morts ! ;o)

monument aux morts de chateau gombert

On a du mal à imaginer que cela fait partie d'une des plus grandes villes de France !

cloche chateau gombert

Sur la place du village, une boucherie attire mon œil. Elle nous promet du bœuf gras de Pâques, des pieds paquets maison ...

boucherie de chateau gombert

... et surtout, de bons raviolis à la daube ...

les raviolis de gasteu gombert

Je ne fais ni une, ni deux et rentre dans la boutique pour voir à quoi ils ressemblent, ces raviolis. Je suis vite conquise, croyez-moi, et ressors de la boutique avec un joli paquet sous le bras ... rempli de raviolis, bien sûr, mais également de vraie brousse du Rove ... dont je vous reparlerai un peu plus loin dans ce billet.

raviolis chez le boucher

Pour l'instant, on stocke tout à l'ombre, dans la voiture ... et on croise les doigts pour que tout reste frais jusqu'à ce soir ... En attendant, voici le fameux musée du Terroir Marseillais ... Une très belle maison provençale, comme vous pouvez le constater.

musée provençal

Je vous laisse lire ces quelques lignes ...

musée des arts et traditions populaires de Marseille

... et nous entrons : Le Musée du Terroir Marseillais est donc un musée des arts et traditions populaires. Il fut créé en 1927 par le félibre Jean-Baptiste Julien-Pignol. Vous savez ce qu'est un félibre ? Pour ceux qui ne sont pas du coin, un félibre est un auteur qui écrit en langue provençale ...

Le Musée est aujourd'hui géré par une association. Le château actuel fut imaginé et construit par M. Julien-Pignol en remplacement d'un château médiéval disparu au XVIème siècle.

 le musée provençal

Les riches collections du Musée ont été essentiellement constituées par des dons privés. Elles sont présentées dans huit salles immenses : Parmi elles, la superbe reconstitution d'une cuisine provençale, avec son immense cheminée, son estramàgi ( ou réserve à provisions) et sa gatouille, petite pièce dans laquelle on faisait la vaisselle, ici sur une pile en pierre de cassis). Sur la table, les treize desserts de Noël avec les trois nappes, les trois chandelles et les coupelles de blé de la Sainte-Barbe traditionnelles. Autour, des automates animables grâce à une borne interactive très bien faite.

la table du gros souper

Dans une autre pièce, une reconstitution d'une chambre bourgeoise avec ses beaux meubles et ses tableaux anciens. Sur la table, un service à thé qui appartint en son temps à Frédéric Mistral ...

 service de F. Mistral

 La borne interactive raconte la vie et le confort des classes aisées dans la Provence d'autrefois.

dans la chambre, 2

On ne sait où poser les yeux tant il y a d'objets à découvrir ... ou à redécouvrir ! Bassinoire, vase de nuit de bonne contenance (!) ...

 vase de nuit

Beau linge, cotonnades et boutis.

dansl'armoire

D'autres salles présentent des jouets d'enfants, des santons et des crèches ... ou bien encore des instruments de musique provençaux ... Galoubets et tambourin, tout un pan de la culture provençale ...

 méthode de galoubet

Dans la dernière salle, la plus récente, quelques scènes de vie se déroulent devant nous. J'aime particulièrement la partie de campagne au cabanon, moi ... tellement réaliste. Ce cabanon si cher au Marseillais, avec ses repas entre amis, ses loisirs conviviaux, ses parties de boules ou de chasse au poste ... Les grives que l'on en rapporte sont dévorées autour de la grande table et chacun pousse la chansonnette à la fin du repas ...

au cabanon

En sortant dans la cour intérieure du musée ...

belle porte

... on peut entrer dans la salle agraire, consacrée aux techniques et aux instruments aratoires en usage dans le terroir marseillais.

dans les champs

Juste au-dessus, un beau pigeonnier ...

colombier

... et derrière, un petit jardin, avec des arbres en fleurs ...

arbre en fleur

... et des statues qui, on le jurerait, chuchotent sur notre passage ... ;o)

conversation

Je ne peux que vous enjoindre à aller visiter ce si joli endroit ... Vous ne pourrez pas être déçus, c'est certain !


en bout de table

À Château-Gombert, pas si facile de trouver un truc fantastique pour le déjeuner. Nous parcourons donc les ruelles en plein vent glacial à la recherche d'un restaurant ... ;o)

sole rouge

Heureusement, mon œil est attiré par cette pancarte, installée sur un mur pas terrible dans une petite rue ... La Table d'Arménie ... au 29 Boulevard Bara ... Le programme me plaît bien. En général, les Arméniens ont une belle cuisine, souvent familiale. Nous tentons donc l'aventure ! Et le menu est à un prix défiant tout concurrence ...

 la table d'arménie

Sur l'assiette de mezzes, des trucs à mourir ... Un hommos de grande classe, un caviar d'aubergines à base d'aubergines, bien sûr, mais aussi de pommes de terre et de poivrons rôtis avec un assaisonnement au yaourt. La salade de poulet est divine. Juste divine ! Du poulet finement émincé, presque haché, des cornichons, plein d'aneth et une mayonnaise à l'ail maison. Comme bouchées chaudes, un beurek à la viande épicée et un autre au fromage ... Quel délice ! Ou plutôt, quels délices !!!

entrée arménienne

Après cette entrée déjà copieuse, voilà qu'arrivent les keuftés, servis avec une sauce tomate, des pommes de terre épicées et du boulgour ... Trop bon !

 kefta

Et pour ce prix modique, on a aussi droit à un dessert. je choisis un moelleux et délicieux gâteau à la semoule ... Un régal aussi ! Un quart de vin rosé et un café plus tard ...

 dessert

... il est plus que temps de ressortir de cet endroit de perdition que je ne peux que vous recommander chaudement. De toute façon, vous avez maintenant toutes les coordonnées de cette excellente maison ...

la cigale

En effet, il me reste une chose à faire à Marseille. Enfin ... Pour cette fois-ci ! ;o) Direction le MAC, donc ...

mac 2

Le MAC, c'est le Musée d'Art Contemporain de Marseille.

mac 3

Et en ces premiers jours d'Avril va se terminer une extraordinaire exposition autour des Times Capsules d'Andy Warhol que je dois absolument voir.

il est encore temps de rebrousser chemin

Vous connaissez tous Andy Warhol, cet artiste américain, figure emblématique du pop art, l'un des artistes les plus connus du XXème siècle.

Peintre, réalisateur de films expérimentaux, producteur de musique, il entretint des liens étroits avec les grands du monde artistique et culturel américain. Ces Time Capsules sont des cartons de déménagement dans lesquels Warhol a "jeté", année par année, entre 1974 et 1987, des lettres, des photographies, de petits objets de son quotidiens, des invitations à des manifestations, des mots de remerciements ... Il existe plus de 600 de ces cartons, précieusement gardés au musée de Pittsburgh, la ville de naissance de l'artiste. Le MAC a choisi d'en présenter 8. Ce qui est déjà beaucoup, vu le nombre d'objets conservés dans chacun d'entre eux ... Parmi eux, celui, daté de 1965 à 1972 et intitulé "Time Capsule # 4". , est sans doute celui qui nous fait le plus plonger dans l'intimité de Warhol. On y trouve des témoignages d'amitié d'inconnus et des lettres d'amis reçus à l’hôpital, où il resta deux mois après la tentative d’assassinat dont il fut victime le 3 juin 1968 et qui faillit lui être fatal.

Ces huit " Time Capsules" n'ont pas été choisies par hasard. Elles ont pour fil conducteur les chansons de l'album "Songs for Drella" de Lou Reed et John Cale, tous deux membres fondateurs du Velvet Underground, composé pour les concerts donnés en l'église St Ann, à New York, en janvier 1989 en hommage à l'artiste. "Drella", c'est un mot-valise, fusion de"Dracula" et "Cinderella". Warhol n'aimait pas qu'on lui donne ce surnom-là, d'ailleurs ...

Ces chansons racontent la vie de Warhol. Vous pouvez voir des extraits de ces concerts sur You Tube, si vous le souhaitez. Dans le musée, des bornes passent les chansons pour Drella ...

Autour des grandes vitrines exposant les objets des Time Capsules, les murs sont couverts de gravures de Warhol et dans des pièces noires, on passe des extraits de ses films expérimentaux. La visite est assez fantastique. En sortant, on a traversé avec Warhol une partie de sa vie ...

time capsules

En sortant du musée, comme on est tout près du bord de mer, on passe faire un tour à la Pointe-Rouge ...

la mer à Marseille

Il y a un vent à décorner les bœufs !

la pointe rouge

Pas un bouliste en vue ...

amicale bouliste

Et pourtant, on aime la pétanque, à Marseille ! ;o) Fin de la balade. Il est temps de rentrer chez nous.

pétanque

On a de belles provisions ... et on reviendra vite ! Il y a tant de choses à voir, à Marseille ...

raviolis et fèves

Bon, on en revient à nos raviolis à la daube ?

raviolis et vin

Et si on commençait par parler de cette fameuse brousse du Rove qui, entre nous soit dit, a fort heureusement très bien supporté le voyage ! ;o) ? La brousse du Rove est une vraie délicatesse, un fromage tout frais, présenté en petites faisselles oblongues, fait avec le lait des chèvres du Rove, des chèvres rustiques à la robe brune et aux longues cornes torsadées, qui passent leurs journées à paître dans la garrigue des collines de l'Estaque et dont le lait prend un goût de plantes aromatiques ... Un projet "Sentinelles du Goût" a d'ailleurs été mis en place par le mouvement Slow Food pour préserver les spécificités de cette brousse si typique ... Un vrai gage de qualité et de savoir-faire ...

vraies brousses du rove

On la mange sucrée avec quelques gouttes d'eau de fleur d'oranger ... ou bien, comme ici, salée, avec une giclée de très bonne huile d'olive, quelques févettes à la croque au sel et une morceau de bonne baguette de campagne ... Un régal !

Brousse et Huile

Quant aux raviolis, on les trempe juste quelques minutes dans beaucoup d'eau bouillante salée, on les y laisse juste le temps qu'ils refassent surface, et on les arrose de quelques bonnes louches d'une sauce daube maison ... Vous savez, la vraie, la bonne, avec une lamelle de zeste d'orange pour lui donner bon goût ... Comme celle de Guy Gedda, notre meilleur ambassadeur de la cuisine provençale, que je fais et refais chaque année en hiver ...

 daube feuillet

La Daube de Bœuf de Guy Gedda ...  

Ingrédients :

- 3 joues de boeuf (1,5 kg)
- 50 gr de saindoux
- 2 cuillerées à soupe d'huile d'olive
- 200 gr de petit salé (lard maigre non fumé)
- 1 morceau de 10 cm de couenne fraîche
- 3 oignons moyens (soit 300 g environ)
- 5 gousses d'ail
- 3 carottes moyennes
- 2 tiges de persil avec leurs feuilles
- 12 grains de poivre concassés
 - 2 pincées de gros sel
- 1 pointe de couteau de noix de muscade
- 4 baies de genièvre écrasées
- 1 morceau d'écorce d'orange de 7 cm
- 4 clous de girofle
- 1 branche de céleri
 - 1 tige de thym
- 2 feuilles de laurier
- 1 bouteille de vin rouge des Côtes de Provence
- de l'eau à couvert

Préparation :

1. Parez puis rincez les joues de boeuf. Coupez chaque joue en 8 morceaux. Salez la viande.

2.  Coupez le petit salé en dés et la couenne en lanières.

3. Épluchez les oignons et hachez-les.

4. Épluchez l'ail, coupez-le en rondelles. Épluchez les carottes et coupez-les en rondelles.

5. Mettez une cocotte sur feu assez vif et faites-y fondre le saindoux avec l'huile d'olive. Faites rissoler le petit salé, la viande et la couenne. Ajoutez ensuite les oignons, les carottes, faites légèrement revenir, versez le vin rouge et de l'eau bouillante jusqu'à couvert. Ajoutez le poivre concassé, la muscade râpée, l'écorce d'orange, les clous de girofle, le genièvre, le laurier, le thym, le céleri, le gros sel, le persil et l'ail. Couvrez la cocotte et laissez cuire à feu doux durant 4 à 5 heures.

NB. 1 : Si vous trouvez que la sauce est un peu liquide, vous pouvez ajouter un peu de beurre manié. Mais bon, ça, c'est moi qui le dis ... pas M. Gedda ! ;o) J'ai souvenir d'une discussion très enflammée devant les fourneaux de ce grand monsieur où chacun avait défendu son point de vue à ce sujet avec ferveur ! ;o))

NB. 2 : La viande de la daube, on la fait mariner ... ou pas. Moi, j'aime tremper la viande dans le vin, les herbes et les épices pendant une nuit au frais ... Tout est affaire de goût, comme toujours ...

NB. 3 : La daube faite la veille est la meilleure. On la réchauffe le lendemain juste au moment de servir !

daube

Bon, bref, quand votre daube est prête et que vos raviolis sont cuits, vous servez avec beaucoup de fromage râpé et, de toute façon, vous vous régalerez !!!

raviolis


Alors, bon appétit et à très vite !!!









61 commentaires:

  1. hummmmm quel régal ton article, je me suis arrêtée au milieu pour la pause déjeuner, mais quel bonheur !!
    mention spéciale pour les filets à provision à trous, gros souvenir d'enfance !! ici à bruxelles ça n'existe plus, on n'en trouve plus nulle part et ça me désole bien
    bisous !!

    RépondreSupprimer
  2. J'adore la cuisine de Guy Gedda présent il fut un temps à la fête de l'oursin à Toulon et à la fête de la figue à Solliès Pont. Merci Hélène d'avoir une nouvelle fois régalé papilles et pupilles. Amitiés de Mylène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mylène ! C'est vrai que c'est un grand bonhomme, ce Guy Gedda ! Bises et à très vite.

      Supprimer
  3. Comme toujours, tu me fais rêver et me donnes faim! Merveilleux.

    Bises,

    Rosa

    RépondreSupprimer
  4. Comme..si j'étais allée avec toi:)
    Oh ce magasin..je ne serais pas repartie les main vides.
    De belles recettes..de belles photos..un rayon de soleil chaque fois qu'un de tes billet apparaît.
    Je me tanne jamais de voir l'eau..des bateaux..des villes et des villages avec vous..
    Je crois que tu dois avoir une impression perpétuelle au cou comme moi..(nos caméras:) )..

    RépondreSupprimer
  5. Hélène : je viens de parcourir ton blog et j'ai bien aimé et surtout flacher sur tes paupiettes sans tête , il va me falloir aller a ta boucherie Fabre , j'ai tout bien noté .
    un grand merci

    RépondreSupprimer
  6. Tu me permets de voir Marseille sois un autre aspect qui me plaît bien et je retiens quelques adresses.

    RépondreSupprimer
  7. Alors là ! je vais me faire....des années que mon mari réclame des alouettes sans tête....des années ! et quand il va voir la photo...
    Je garde précieusement cet article ! je veux TOUT cuisiner !
    bonne soirée et bravo de toujours te renouveler, toujours enchanter, à bientôt...

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Hélène
    encore une bien jolie balade! les tomates rôties on adore je fais cuire avec des gousses d'ail en chemise et des herbes de Provence sur des ,petites tartines grillées pour l'apéritif. Cette recette de morue est très appétissante. toujours de bonnes recettes qui font envie. Voilà de quoi mettre un peu de soleil dans nos assiettes Christiane

    RépondreSupprimer
  9. très complet ton article , de belles photos , d'une ville que je connais mais j'y suis allée il y a 20 ans , elle a du changer en bonne partie ...
    et des plats qui me donne faim .....
    merci de ce partage qui sent bon la mer et le soleil :)
    passe une belle fin de semaine

    RépondreSupprimer
  10. Parfait, comme à chaque fois tu m'emmène en voyage , Marseille, c'est un peu ici chez moi, les bâtisses comme ici, certaines rénovées, le port , le mérou qui coûte les yeux de la tête chez nous, ce grand magasin, où je trouverais mon bonheur avec des km de torchon, ces ustensiles que j'adore, la chambre , je m'y croirais chez mémé, avec son immense salle à manger, tes paupiettes et ta tarte qui me font les yeux doux, belle balade, je découvre la France sous un autre angle, merci, bisouss, zika!

    RépondreSupprimer
  11. Merci Hélène pour cette ballade au coeur de ma ville. Je vis à Marseille et c'est une ville magnifique et toujours en action. La maison Empereur je peux y passer des heures! Et en plus, tu peux y aller et y retourner 15 jours apres et découvrir encore d'autres merveilles! Tes alouettes sans têtes sont superbes! Je n'ai jamais pensé à les faire avec des tomates cerises, c'est vrai que ça leur donne un petit cachet! C'est le plat préferé de mon fils et pourtant ne les cherche pas sur mon blog, je n'ai jamais pensé a les faire figurer, il va falloir que j'y remédie!! Bisous

    RépondreSupprimer
  12. Et dans tout ça, tu n'as pas mangé un chichi? Jolie balade. ça fait longtemps que je ne suis pas allée à Marseille. Le poteau à la sortie du Mucem, je l'ai aussi en photo, comme d'autre d'ailleurs, hi! Ah la maison Empereur! La caverne d'Ali-baba! Quant à vos repas, ils ont l'air copieux et assez bons, hi! Bisous et merci pour la balade ensoleillée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À chaque fois, on se dit qu'on va aller faire un tour à l'Estaque ... Et à chaque fois, il est trop tard quand on quitte Marseille. UN jour, il faudra qu'on commence par là ... ;o)

      Supprimer
  13. J'avais juste connaissance de la gare de Marseille.......il faudra quand même que j'y passe un peu plus de temps la,prochaine fois.....avec tes bons conseils, ça devrait le faire....merci!....

    RépondreSupprimer
  14. Le crieur public me fait penser au livre (et film) Pars Vite & Reviens Tard ............ j'avais bien aimé le principe ! (et je te pique une paupiette au passage) ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est chouette, comme idée ! Bises, Cali.

      Supprimer
  15. La tarte aux pignons m'a conquise! Bises Helene.... Belle soirée...

    RépondreSupprimer
  16. Tu m'as encore éblouie avec ton beau reportage! Quelle magnifique région!
    Tout me fait envie! Et puis tes recettes me font baver! j'ai gardé en réserve ta daube qui est très appétissante!

    RépondreSupprimer
  17. Coucou ma chère Hélène
    Comme d'hab on en prend plein la vue. Il faut lire, relire pour suivre toutes vos aventures. Il y a toujours une part de découvertes, de l'histoire, de la gourmandise mon dieu ces recettes, je me dis qu'au lieu d'hésiter je n'ai qu'à les tenter TOUTES ! Bon long we et biz bien cordiale

    RépondreSupprimer
  18. Bonsoir, voici arrivée ma récompense du soir. Enfin de la lecture où je peux visiter, voyager mais aussi manger. Les raviolis !!! Ma fille adore la daube, je vais essayer cette recette la prochaine fois. J'ai testé l'huile d'olive D'Arnaud Gillet. Je la trouve super pour la cuisson ( en particulier pour le chili con carne). Merci pour le voyage, belle soirée, Carole

    RépondreSupprimer
  19. Ton cormoran a vraiment une tête terrible. Je ne suis pas revenue à Marseille, depuis une visite au Mucem et j'avais déjà trouvé que la ville avait bien changé. Je vais envoyer ma fille lire ton billet, même si elle commence à bien connaître la ville, je suis certaine que cela l'intéressera. Longtemps, elle a voulu habiter au Panier, avant que le quartier soit rénové. Il va falloir qu'elle me rapporte ces fameux raviolis et surtout qu'elle goûte aux brousses. Merci à toi pour la visite guidée. Bises

    RépondreSupprimer
  20. What amazing pictures Hlene, tres belle, and delicious foo Je aime la tarte aux pignons!!
    Bizzzzz
    gloria

    RépondreSupprimer
  21. Je repasserai demain pour mieux lire - Merci de ce beau reportage sur ma ville - Vrai que j'habite dans le 13ème & je ne descend pas souvent "en ville" comme nous disons - encore merci
    Les alouettes sans tête........... je les faisais au début du mariage... souvenirs souvenirs
    Bon 1er mai anne-marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'explore jamais assez sa propre ville, Anne-Marie ... ;o)

      Supprimer
  22. cette tarte aux ignons tombe si bien! Il me reste des pignons, de la poudre d'amandes et surtout plein d'écorces d'oranges à écouler. Tu m'as aussi donné envie de revoir Marseille et les films de Fernandel. Coiffeur pour dames surtout :)

    RépondreSupprimer
  23. Vos photos sont superbe! Tres bel endroit, j'aime bien les magasins, les belles vues et tous! Moi, j'habite a Montreal, Quebec, Canada, et, en regardant vos photos, ca me fais penser de Vieux Montreal! Ici a Montreal et Quebec, tous est en francais. The narrow streets and stores in your photos remind me of Old Montreal! Merci beaucoup d'avoir partager ces photos! :)

    RépondreSupprimer
  24. J'habite un peu loin, mais si je vais dans le coin, je ne serai pas dépaysée avec ton grand article !!
    Je te souhaite une bonne fin de semaine. Bisous

    RépondreSupprimer
  25. Et dire que nous nous sommes peut-être croisées... j'aurai tant voulu!! En tous cas merci pour ce bel hommage rendu à Marseille. Gros bisous et bon 1er mai avec plein de bonheur pour toi et ta famille.

    RépondreSupprimer
  26. c'est toujours un plaisir que de se promener en ta compagnie, j'attendais Marseille et je suis comblée !!!!!

    RépondreSupprimer
  27. passe un bon premier mai , un bon vendredi et j'espère que ce long we sera pleins de petits et grands bonheurs

    bisous

    muguet-je-porte-bonheur

    C'est le premier mai Cherchons, cherchons... Les brins de muguet.

    Dans les bois, sur les talus, Sentez, sentez... Ces belles clochettes parfumées.

    Regardez ce massif de fleurs : Cueillons, cueillons.. Ce porte-bonheur.



    (Comptine)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est jolie, cette comptine ... Merci et bon premier mai à toi aussi !

      Supprimer
  28. Je passe te souhaiter un bon 1er mai malgré la pluie !
    A bientôt, ma pause se termine ...
    Bisous

    RépondreSupprimer
  29. Tu me rappelles de très bons souvenirs. Je découvre quelques lieux que j'ai ratés et qu'il va falloir que je visite impérativement la prochaine fois que j'y passe.
    Une belle ballade, comme d'hab.
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  30. Comme d'habitude je me régale à te lire. Et je suis en train de dire à mon chéri .... et si on allait à Marseille pendant les prochaines vacances !!! et il n'a pas dit non. Merci et continue à voyager pour nous.

    RépondreSupprimer
  31. jolie balade les photos sont superbes ainsi que les recettes mille bravo
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  32. OMG !! je bave devant ta daube.
    Je découvre Marseille, comme j'ai découvert Gêne, par "tes" chemins de traverse, les meilleurs pour découvrir une ville.
    Par les chemins gourmands aussi ;o)
    Je suis sure que ta tarte aux pignons plairait beaucoup à Jean-MI
    bisous à vous quatre

    RépondreSupprimer
  33. Quel agréable depaysement comme toujours ! On se régale a tout point de vue, du debut a la fin ! Et merci de nous montrer Marseilles autrement que ce que l'on entend régulièrement a la radio ! Quelle belle ville pleine de trésors ;-) bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je souhaite ne jamais connaître le Marseille dont on parle à la radio, en tout cas. Mais c'est vrai que c'est une ville attachante ... Bises

      Supprimer
  34. Pfiou j'ai mis du temps à pouvoir voir toutes tes photos avec ma connexion internet de .... Mais quel dépaysement ! Ca valait le coup ;-)

    RépondreSupprimer
  35. (^◡^)✿

    Oh ! Que c'est beau ! ... et c'est appétissant !!!!

    J'adore ❤

    MERCI chère Hélène pour ce superbe partage qui donne envie !

    GROSSES BISES D'ASIE vers Cannes
    et bon lundi !!!

    RépondreSupprimer
  36. de très jolie photos. Et ta recette de paupiette est extra, je garde ^^ Bisous

    RépondreSupprimer
  37. Du temps de la Faculté en droit, j'avais une copine qui venait d'Aix. Son accent chantant est si charmant.

    Ce billet nous donne le goût de ton pays, une fois de plus. Bravo!

    AnneXX

    RépondreSupprimer
  38. De bons produits comme j'aime qui respirent les bonnes odeurs et les bonnes saveurs en bouche. J'adore tes alouettes (je te plumerai la tête...) Bises bretonnes

    RépondreSupprimer
  39. Merci pour cette visite de Marseille que je ne connais pas du tout,pas l'habitude d'aller vers le Sud en vacances .C'est très chouette ,le vieux Marseille existe donc toujours ,façon film Fernandel (d'ailleurs c'est Fernandel dans une vitrine qui présente la casquette ).Pour la recette de la tatre aux pignons ,ca doit être excellent vu les ingrédients .J'aime les alouettes sans tête ,mais je les achéte directement chez le boucher et je les cuisine après

    RépondreSupprimer
  40. Le routard est bien fichu comme guide. On est parti avec quatre bouquins dans le sac à dos et en fin de compte, je me suis servie que du Routard. Ah ! Marseille. J’ai gardé de bons souvenirs de cette ville.
    Cette morue à la provençale et les alouettes me titillent les papilles. Je ne te parle même pas de cette daube… Encore une fois, tu me donnes fin de bon matin.

    Je t’embrasse

    RépondreSupprimer
  41. Tout tout tout me plait (comme toujours, me diras-tu !) : tes photos = dépaysement total ! Marseille, ahhh Marseille ! Et voilà que certaines de tes photos me rappellent un beau billet de ma copinaute Crystal ! Voici le lien :
    http://www.quatresaisonsaujardin.com/euromediterranee-transforme-marseille-en-capitale/
    Vous êtes formidables de partager ainsi toutes ces beautés !
    Et puis ta tarte aux pignons... Hmm ! un délice !
    Quant au marché aux poissons, certes une belle attraction, mais bouhh de la murène... je croyais la bestiole protégée ! comme toi, je la préfère au fond de l'eau :)
    Gardons les pieds sur terre avec ta terrible daube ! tu sais nous mettre l'eau à la bouche ! like always ^^
    Bises ! Sandy

    RépondreSupprimer
  42. coucou Héléne, j'ai envoyé ma fille à la Maison de l'Empereur ,ma fille à trouver son temple du bonheur. Vivement que j'ai eun week-end pour que je puisse m'y rendre à mon tour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La balade vaut vraiment le coup, c'est sûr ! à toi de découvrir cet endroit fabuleux, maintenant ! Bises

      Supprimer
  43. Encore une fois un super article qui donne envie de voyager.
    Je suis allée à Marseille en décembre mais j'ai raté pleins de belles adresses !
    Il faut que j'y retourne (ma tante habite pas loin)
    Tes photos et tes recettes sont toujours magnifiques. Merci.
    Sylvie01

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a toujours quelque-chose de nouveau à découvrir dans cette ville-là, Sylvie !

      Supprimer
  44. Humm, que de bonnes choses ! De belles recettes et du soleil partout partout, un vrai bonheur ! Bises Hélène

    RépondreSupprimer
  45. Et bien, quel beau reportage sur Marseille ! J'aime aussi cette ville et la maison Empereur, je l'adore !

    RépondreSupprimer
  46. Marseille, que de beaux souvenirs pour moi. Mes grands-parents vivaient à Marseille en haut de la rue de la République en dessous du quartier du Panier . Des balades avec mon grand-père qui m'emmena au Chateau d'If lorsque j"étais ado passionnée par Edmond Dantes et le livre de Dumas, et tellement de souvenirs remontent à ma mémoire sur la cité Phocéenne, le Prado, la rue Paradis ou vivait ma tante, les Chutes la Vie et le Palais Longchamp, la fameuse Cannebière et bien sûr la Bonne Mère qui veille .... Un grand merci pour cette magnifique visite. Des bises

    RépondreSupprimer
  47. C'est une ville qui m'attire depuis longemps et que je n'ai jamais eu l'occasion de visiter - un jour surement, en tout cas ce que j'en vois parle pour elle. Et tes petites recettes aussi me parlent, avec l'accent.

    RépondreSupprimer
  48. Superbes ces photos! Je retiens ta recette de tomates cerises roties, j'adore! Je connaissais les émissions A la Distasio, mais pas les livres et les DVD :D
    Cela fait tellement longtemps que je ne suis pas allée à Marseille, merci de nous faire vivre tes périgrinations ^_^
    bisous

    RépondreSupprimer