24 février 2007

La crichente breilloise, une fondante brioche de la vallée de la Roya, en revenant d'Italie...

crichente

crichente coupée

Je me suis arrêtée, dans la relation que je vous aie faite de ma dernière petite virée italienne, il y a dix jours, à notre visite du marché de Vintimille. Nous pouvons maintenant poursuivre un peu plus en avant. Pour ce faire, il faut d'abord que je vous confesse que le temps n'était pas bien beau, ce jeudi-là, ce qui a généralement le don de me mettre dans un état proche de la grande dépression ( moins grave quand même que celle de 1929, je vous rassure !). Les nuages semblant envisager de gâcher ma journée, j'ai décidé qu'ils ne gagneraient pas la partie et, au lieu d'aller passer l'après-midi à visiter tranquillement les villages de la Riviera italienne, nous avons pris le parti de remonter la vallée de la Roya. La Roya est le fleuve qui se jette dans la mer à Vintimille, après avoir traversé la montagne toute proche en sinuant au milieu de gorges profondes. La route qui longe ces gorges n'est pas mauvaise, et passe à proximité de jolis petits villages ligures pittoresques, un peu hors du temps.
Voyez d'abord le hameau de Fanghetto, à quelques kilomètres seulement de la côte italienne, avec son joli clocher !

Village ligure 2

Village italien 1

Ces villages sont, du côté italien en tout cas, un peu laissés à l'abandon. Les italiens qui rachètent les maisons ne semblent pas très soucieux de restaurer les bâtiments de façon raisonnée. C'est un peu dommage, mais nombreuses sont encore les ruelles où l'on a l'impression que le temps s'est un jour arrêté, il y a bien longtemps...

Personne en vue, le village était tout à nous ! Un moment rare...

PJ et clem en italie

Un seul être vivant a daigné se montrer à nous, sphinx montant la garde ...

le sphinx roux

Après cette petite balade digestive, nous avons poursuivi notre chemin jusqu'à Breil- sur-Roya.
Breil est une bourgade de plus de 2000 habitants, située dans un méandre de la Roya, entre mer et montagne.

D’abord possession des Comtes de Vintimille, Breil passa à la Savoie avec le Comté de Nice. En 1860, Breil fut rendue à la France par le traité de Turin.

Autrefois étape obligée sur la route du sel entre Nice et le Piémont, les influences provençales et ligures y sont toujours bien présentes : Les cultures d'oliviers cotoient les façades aux enduits de couleurs des anciennes demeures qui bordent les ruelles étroites , les peintures murales en trompe l'œil et les arcades qui bordent la place. Un joli mélange, tout en couleurs...

L’église Sancta Maria In Albis a été édifiée au XVII ème siècle. Toute en dorures et en décorations en trompe-l’œil, riche d’un orgue magnifique, fabriqué au départ pour une église royale de Turin et offert ensuite à la cité de Breil, c’est une des églises les plus remarquables de la route du baroque des vallées de la Roya et de la Bévéra.

rues de breil

Le Breillois mange bien. D'ailleurs, les rues de la ville portent des noms bien engageants. Voyez plutôt ! :

ruelle des tourtes

Les habitants de Breil ont , jusque vers 1939, vécu en quasi-autarcie, se nourrissant des produits de leur terroir : Blé, seigle, pommes de terre, olives, vignes, fruits et légumes de toute sorte, tout poussait dans ce micro-climat lié à la confluence des vents alpins d'une part, maritimes d'autre part. Une vache, quelques chèvres donnaient la viande et le lait. Poules, lapins, on avait de quoi manger, à Breil !
Le blé occupait une place prépondérante dans l'alimentation, et les femmes, chaque jour, confectionnaient pâtes, "gnoc", chugéli, quiques et ravioles... Je vous entretiendrai de ces délices petit à petit. Il faut savoir faire durer le plaisir...
Pour aujourd'hui, je vous donnerai la recette de la crichente, une tendre brioche aux arômes de fleur d'oranger, citron et anis vert.
La crichente, a crisenta en breillois (avec un ^ sur le s, mais mon clavier ne veut rien entendre !), est LA pâtisserie de toutes les fêtes breilloises.

Recettes de cuisine breilloise

D’après l'excellent "Recueil de cuisine breilloise", compilant des centaines de recettes recueillies auprès des anciens par le Cercle Culturel Breillois, on la faisait autrefois « les veilles de Noël, Pâques, Assomption, pour les baptêmes, confirmations, communions, noces, les « coutiz », fêtes de sociétés où chacun apportait sa participation en nature ». Les femmes emmenaient leurs plaques dressées chez le boulanger, qui les cuisait ensuite dans son four.

Cette crichente, je l'ai faite "à l'ancienne", en remisant ma MAP au fond du placard. Il y avait, à mon avis, un anachronisme trop flagrant entre cette recette issue d'un si riche patrimoine culinaire et cet ustensile ultra-moderne ! Mais bien évidemment, chacun pourra la réaliser comme il le sent, sur une planche, dans un saladier ou même avec sa machine :o). L'essentiel sera d'y goûter, pour avoir une petite idée, l'espace d'un instant, de ce que pouvait être un moment de fête, dans ce village encaissé entre mer et montagne, il y a bien longtemps...

La Crichente :

crichente 2

Ingrédients pour 1 plaque de 40 cm/30 cm :

- 600 g de farine de blé
- 120 g de beurre ou ½ verre d’huile d’olive
- 2 cuillerées à soupe de crème de lait ou de crème fraîche
- 120 g de sucre en poudre
- 1 sachet de sucre vanillé
- 1 pincée de sel
- 12 à 15 cl de lait entier
- 2 sachets de levure de boulanger
- 2 cuillerées à soupe d’eau de fleur d’oranger
- 1 pincée de graines d’anis vert
- 1 zeste de citron non traité, râpé.

Préparatifs crichente

Préparation :

Faites chauffer légèrement le lait dans lequel on fait dissoudre le sel et le sucre et le beurre ou l'huile d'olive. Incorporez au lait le sucre vanillé et l’anis.

Dans un ramequin, délayez la levure dans 5 cl d’eau tiède.

levure crichente

Prélevez 100 g de farine pour pétrir sur la planche, à la fin.
Versez le reste de la farine sur une grande planche.
Creusez dans la farine deux fontaines, une petite et une grande.

Fontaines crichente 0

Dans la petite fontaine, versez la levure délayée et mélangez avec un peu de farine pour en faire une pâte molle.

Fontaines crichente

Versez dans la grande fontaine le lait sucré et parfumé, l’eau de fleur d’oranger, la crème de lait (ou la crème fraîche), le zeste de citron râpé et la pincée de sel.

Zestes de citron

Voyez le beau citron de Menton que je suis en train de râper ! C'est l'un des fruits magnifiques que Michèle, du blog Miechambo, nous a gentiment distribués dimanche dernier, lors de notre rencontre chez Vanessa, à Fréjus. Elle nous a demandé de concocter une petite recette avec, et c'est avec plaisir que je lui présente la mienne.

Après cette petite digression, reprenons le fil, plutôt sinueux, je m'en rends bien compte, de cette recette.

Mélangez avec un peu de farine, comme précédemment, pour faire également une pâte molle.
Puis incorporez le contenu de ces deux fontaines avec toute la farine et commencez à pétrir la pâte. Il vous faudra peut-être rajouter un peu de lait, pour obtenir une pâte souple et douce ...

Pétrissage crichente 1

Formez une boule et continuez à pétrir environ 15 minutes, en malaxant avec ce qu'il faut de la farine réservée que l’on ajoute peu à peu, pour enfariner planche et mains.

pétrissage crichente 2

Boule de pâte crichente

Reformer une boule.
Laissez lever la pâte, couverte d’un torchon, dans un endroit chaud et sans courant d’air pendant 1h à 1h30.

pâte crichente levée

Pétrissez à nouveau très légèrement la pâte, pour la faire retomber.
Abaissez au rouleau sur 1 cm d’épaisseur. Etendez-la sur la plaque à peine beurrée, en réservant un petit morceau de pâte pour décorer la crichente. On la roule en petits boudins de 2 mm de diamètre, et on en fait des motifs, des initiales ou des messages que l’on colle ensuite sur la crichente avec un peu d’eau.
On laisse à nouveau lever, la plaque couverte d’un torchon, pour que la pâte redouble d’épaisseur. La pâte a suffisamment levé lorsque, en appuyant sur un coin avec le doigt, le creux obtenu est aussitôt regonflé.


crichente pr^te à cuire

Enfournez dans le four préchauffé à Th. 7.

crichente au four

Cuisez 15 à 25 minutes, suivant votre four et l’épaisseur de votre pâte. Au besoin, tournez la plaque devant derrière à mi-cuisson.
Juste sortie du four, vous pouvez saupoudrer la crichente de sucre glace mélangé à la même quantité de sucre en poudre.

Crichente sur le tabouret


Après Breil, nous sommes remontés vers la vallée de la Bévéra, pour arriver à temps pour le goûter dans la belle ville de Sospel.

Un vieux pont italien enjambe la rivière et relie les deux vieilles villes qui s'étendent de part et d'autre de la Bévera.

maisons sospel 2

maisons sospel 1

Voyez, au bord de la rivière, ces belles maisons aux façades peintes en trompe l'oeil polychromes.
A l'extrémité du pont se trouve un joli palais à arcades du XIIème siècle avec, juste devant une fontaine.

fontaine sospel

C’est sous ce pont que se sont installées deux néerlandaises, qui ont repris un petit restaurant et en ont fait un charmant salon de thé.

Salon de thé à Sospel

Idéal pour une pause goûter !

chocolat chaud Sospel

Chocolat chaud mousseux,
 Le thé à Sospel 1

Lapsang Souchong et cheese-cake délicieux... 

 Salon de thé sospel 2

Un moment bien agréable, ma foi !

De quoi reprendre quelques forces avant de partir à la découverte du reste de la ville. En repassant le vieux pont, nous rejoignons la cathédrale Saint Michel, un autre haut lieu de la route du baroque Roya Bévera, et son clocher du XIème siècle : A l'intérieur, la splendide "Vierge Immaculée de Sospel", réalisée par François Bréa au XVème siècle, nous accueille.

cathédrale Saint-Michel

Intérieur cathédrale

En ressortant de la cathédrale, sur la place, il fait nuit. Les fenêtres des maisons sont allumées.

fenêtrees à Sospel

Nous repartons, mais la vie ici suit son cours, calme, calme…

sospel la nuit

48 commentaires:

  1. Merci pour cette belle balade ! Et merci pour cette recette que je ne manquerai pas d'essayer, mais version huile d'olive qui me semble être la plus "vraie". J'en aurais bien pris une part maintenant tout de suite ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette très belle balade et pour cette magnifique brioche !!!!
    bizzzzzzzzzz
    Barbichounette

    RépondreSupprimer
  3. Merci Aurélie pour ce premier commentaire. Les deux versions sont "vraies", car les breillois avaient et des olives, et des vaches ! Mais à l'huile d'olive, c'est délicieux aussi, quoique le goût de l'olive soit assez insoupçonnable. Essaye et tu me diras... Bises
    Hélène

    RépondreSupprimer
  4. tu nous emmènes en rêve avec ce beau reportage ! et quelle application en cuisine pour faire cette jolie brioche à pois !!

    RépondreSupprimer
  5. Jolie balade en effet, avec l'huile d'olive, la fleur d'oranger et le zeste fruité, cela rappellerait un peu notre pompe provençale...

    RépondreSupprimer
  6. Wawouuuu je découvre une brioche et par la même occasion je voyage avec toi - enfin en photos ;(. Mrerci pour cette découverte

    RépondreSupprimer
  7. Te lire est un vrai bonheur, et en plus tu nous offres des photos en prime ! J'ai l'impression de revenir d'une grande balade à l'air pur, alors que je ne suis pas encore sortie de la journée... Merci aussi pour la recette de cette belle brioche !

    RépondreSupprimer
  8. Bon dimanche. Elle est sublime ta brioche et j'aime beaucoup que tu met les étapes en photos car quand on essaie de réaliser par la suite, c'est plus facile. Merci, j'aime toutjours beaucoup aussi vos commentaires et photos c'est divin comme la brioche. D'ailleurs, je n'ai pas encore dejeuner il y en reste

    RépondreSupprimer
  9. ton billet me transporte dans la région de vintimille! et j'en suis émue et ravie! j'adore l'italie, j'ai passé quelques plus heureux moments de ma vie dans la région de san remo!
    merci pour tous ces souvenirs!
    bises

    RépondreSupprimer
  10. c'est chouette ces villages italiens,et cette bricoche le mélange des saveurs doit être super !!

    RépondreSupprimer
  11. Encore une jolie ballade... Et, on prononce crihente à la française ou avec un K comme chez le italiens?

    RépondreSupprimer
  12. Quels beaux voyages tu nous fais faire. Un massage pour l'âme... Ces deux fenêtres illuminées à la brunante me parlent. La pierre, la chaleur dorée de la lumière, le calme du soir qui s'annonce. Et le grand-père avec le petit-fils, en conversation complice. Bon dimanche... Ici, il est midi, le soleil est radieux, le ciel est d'un bleu intense et... il fait doux!

    RépondreSupprimer
  13. Grâce à toi, j'ai l'impression d'être partie en vacances. D'ailleurs, tu pars bientôt au ski ? A quand ton prochain billet ? Tu me diras pour les crozets ? Bisous,
    Sophie

    RépondreSupprimer
  14. Ballade très agréable.
    superbe brioche.

    RépondreSupprimer
  15. Merci Hélène pour ton billet dépaysant et culturel. Nous allons préparer notre virée dans le coin car avec ton billet sur Vabonne et mon chéri qui était allé en colo dans la vallée de la Roya à St Dalmas de Tende, tu nous allèches.

    Comme tu me l'as écrit, lorsque ce sera plus concret, je te ferai signe bien sûr.
    As tu des bonnes adresses pour déjeuner dans la vallée de la Roya ou à Valbonne ou une chambre d' hôtes à nous conseiller ???

    RépondreSupprimer
  16. Encore une jolie promenade gourmande... Et cette brioche, hmmm...

    RépondreSupprimer
  17. hmm, superbe cette briocheet toutes les photos!

    RépondreSupprimer
  18. superbe brioche, et quelle chance de trouver une si belle recette sans MAP (sur ma liste de courses depuis des mois si pas des années, toujours pas achetée)

    RépondreSupprimer
  19. tu es decidement bien attirée par l'Italie !!!
    tres jolie recette qui fera certainement plaisir à Michèle, j'ai également posté la mienne et fais un lien vers toutes les autres recettes !
    bises

    RépondreSupprimer
  20. Venir sur ton blog, c'est faire une promenade !
    Très jolie brioche ...

    RépondreSupprimer
  21. Merci Hélène pour cette super recette que je vais tenter de faire un de ces jours.
    Je t'ai suivie avec plaisir dans cette balade dans la vallée de la Roya. J'aime beaucoup ces villages particulièrement Sospel d'alleurs.
    Je suis "folle" du vieux pont, des façades en trompe l'oeil, du lavoir et de ses fresques, des églises baroques, etc......
    Mais je ne connais pas le salon de thé dont tu parles. Je ne vais pas manquer d'y faire une halte à mon prochain passage !
    Bises
    Michèle

    RépondreSupprimer
  22. Très joli reportage avec de magnifiques photos ! Quand à la brioche, elle a l'air sublime.
    Bisous Marie

    RépondreSupprimer
  23. voilà une superbe brioche à tester absolument!

    RépondreSupprimer
  24. merci pour ton commentaire et comme je rentre aussi d'Italie, ta dernière recette prolonge le plaisir du voyage

    RépondreSupprimer
  25. Merci pour tes belles photos de cette région que j'aime beaucoup!
    Cette brioche est très belle aussi, elle me rappelle un genre de tourte que faisait ma grand-mère...

    RépondreSupprimer
  26. Encore une superbe balade dont tu nous fais profiter. Merci Hélène de nous emmener ainsi dans tes promenades familiales. J'aime aussi beaucoup tes photos de préparation de la brioche. Une aide précicieuse quand on veut essayer de refaire une recette.

    RépondreSupprimer
  27. C'est beau et les digressions ajoutent à l'ambiance.

    RépondreSupprimer
  28. Je me répète mais merci pour ces belles images. J'adore aussi ton gâteau, un peu rustique. C'est un genre que j'aime beaucoup!

    RépondreSupprimer
  29. Quelle belle reussite cette brioche, bravo, pour cloturer une si jolie promenade. Je viens de faire un tour chez toi pour rattrapper mon retard. Le risotto aux truffes de ton papa etait magnifique aussi, les grains translucides comme il convient, et la complicite du grand-pere et du petit-fils tres belle a voir.

    RépondreSupprimer
  30. comme reinefeuille l'a dis tu m'a tres attirée par l'Italie, mon épouse aussi ! jolie cette brioche et en plus appetissante, a tenter !
    amitié
    sassenach

    RépondreSupprimer
  31. Merci pour cette petite escapade italienne et pour cette bonne recette!

    RépondreSupprimer
  32. Quel magnifique billet (comme à chaque fois!!). Tu as bien de la chance de pouvoir te rendre en Italie aussi souvent! tes photos sont très jolies et cette crichente breilloise me tente beaucoup!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  33. Superbe brioche, superbes photos, superbe chat ! bravo
    a bientôt

    RépondreSupprimer
  34. pour avoir goutté cette part qui joue la star, Helene tu merites un oscar!

    RépondreSupprimer
  35. Pour Mamina, avec un peu de retard, la crichente se prononce "crichènte", avec le joli accent du pays. Donc, un che, pas un ke. Cela faisait de nombreuses années que je me posait aussi la question de la prononciation. L'autre jour, je me suis lancée, je suis rentrée dans une épicerie (je ne sais pas pourquoi, mais les boulangeries sont toujours fermées aux jours ou aux heures où je passe...), j'ai demandé et j'ai eu tout de suite ma réponse !
    Par ailleurs, le i du début oscille entre un vrai i et un é.
    Voilà, mamina, de quoi satisfaire ta curiosité...
    Un grand merci à toutes pour vos commentaires, qui m'incitent à vous en raconter toujours un peu plus sur mes balades locales, et sur les découvertes gastronomiques qui vont avec.
    Une dernière chose : Espera, ton mail est si gentil que je le transfère dans mes commentaires, juste pour en garder une trace ! Tu vois, je mets à la traçabilité, moi aussi :o)
    Bises à toutes
    Hélène

    RépondreSupprimer
  36. Je n'ai pu être très présente la semaine dernière sur les blogs et je ne suis passée sur le tien qu'hier soir. Il s'en est passé des choses pendant ces quelques jours ! Cette rencontre de blogueuses a dû être super. Je suis épatée par toutes vos réalisations ... et par le projecteur pour les photos !
    Et tes balades sont toujours aussi plaisantes ... et alléchantes ;-) elles sentent la joie de vivre et le goût des petits bonheurs. Alors un grand MERCI !
    Bises,
    Catherine

    RépondreSupprimer
  37. J'aime toujours autant tes billets qui me font voyager, de superbes photos qui me transportent ! Quant à la Crichente, je ne connaissais pas mais vu les ingrédients qu'elle contient, je ne peux qu'aimer !

    RépondreSupprimer
  38. Merci pour cette belle balade...et bonne brioche!

    RépondreSupprimer
  39. Hummmm ... ! Quand je te lis et que je regarde tes photos j'ai l'impression d'avoir toutes les odeurs du Sud avec :o)
    Pour cette jolie brioche, je suis d'accord avec toi, je la vois mieux faite à la main...Maintenant ce que j'aimerais, c'est la goûter ;o)

    RépondreSupprimer
  40. une jolie ballade de plus que tu nous fais partager !

    RépondreSupprimer
  41. Je ne raterai ces balades dans le sud pour rien au monde. Ton blog sent bon la joie de vivre, tu me transportes avec toi dans ces petites ruelles Italienne. Merci, merci et encore merci.

    RépondreSupprimer
  42. Encore une bien belle promenade assortie d'une recette merveilleuse. Merci. :-)

    RépondreSupprimer
  43. Grâce à toi, je viens de voyager.
    Vintimille et son marché très réputé.L'Italie que je ne connais pas encore.
    Ta crichente est magnifique, parfumée au citron elle doit être succulente

    RépondreSupprimer
  44. bien trop loin et pourtant si près par les souvenirs...il ne me reste plus qu'à réaliser à l'ancienne pour ne rien trahir cette crichenté à l'huile d'olive.
    Le lanpsang souchon je vais le trouver et mon imagination va faire les reste...ton fils et son grand papa ensoleillent ton billet.
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  45. Merci pour ce joli post, j'adore lire tes balades, et cette brioche que je ne connais pas me fait de l'oeil!

    RépondreSupprimer
  46. Tres jolies photos et belles explications pour une confection pas à pas ... Merci !
    agnes
    P.S. qui rentre de Breil !

    RépondreSupprimer